5 289.86 PTS
+0.64 %
5 284.5
+0.61 %
SBF 120 PTS
4 239.49
+0.61 %
DAX PTS
12 487.90
+0.83 %
Dowjones PTS
25 138.66
-0.32 %
6 829.68
+0.87 %
Nikkei PTS
21 925.10
-1.01 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Agriculture bio: c'est beau, c'est bon, mais c'est difficile aussi

| AFP | 361 | Aucun vote sur cette news
Un verger de pommiers bio dans le Lot-et-Garonne, en février 2012
Un verger de pommiers bio dans le Lot-et-Garonne, en février 2012 ( JEAN-PIERRE MULLER / AFP/Archives )

Produire du blé ou des légumes biologiques, conduire une exploitation tout en bio, y compris les animaux, c'est grisant pour les agriculteurs. Mais c'est difficile aussi.

Au salon Tech & Bio de Bourg-lès-Valence (Drôme), qui a réuni des milliers d'agriculteurs, fournisseurs, et chercheurs autour de l'agriculture bio cette semaine, le constat est unanime: travailler en bio permet de retrouver les racines du métier d'agriculteur. Et de vivre avec les saisons en retrouvant des méthodes ancestrales d'anticipation des caprices du ciel oubliées depuis l'avènement des produits chimiques de synthèse.

"On n'est plus du tout dans l'équation agronomique +un problème, une solution+ vantée pendant des décennies par les vendeurs de pesticides, et avec laquelle j'ai été formée. Il faut tout anticiper et revenir à des savoirs paysans, à l'observation" raconte Sophie Queyron, formatrice "Produire autrement" en maison familiale rurale dans l'Isère.

"Faire du bio, nous, on adore": dans un large sourire, Sylvain Raynault, venu du Canada avec son frère Richard, dit vouloir acheter des matériels agricoles européens car ils sont "meilleurs que les nord-américains" pour leur ferme de 1.400 hectares exploitée tout en bio depuis quatre ans.

Des bananes issues de l'agriculture biologique dans un supermarché de Paris, le 18 octobre 2016
Des bananes issues de l'agriculture biologique dans un supermarché de Paris, le 18 octobre 2016 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives )

"On se sent maître de notre réussite comme de nos échecs. Avant, c'était le vendeur d'intrants (engrais et pesticides, NDR) qui décidait de tout", dit le Quebecois à l'AFP.

- Jubilation -

Dans les allées du salon, on sent comme une jubilation entre les drones lanceurs d'insectes qui vont parasiter les oeufs de la pyrale du maïs et les pièges à phéronomes destinés à tromper et appâter les vers de la prune ou de la cerise.

Des produits à base de cuivre et de soufre, seuls pesticides naturels autorisés, voisinent avec des robots desherbeurs. L'ennemi, c'est l'herbe folle ou la tavelure du pommier, le pou de la poule, la tordeuse du pêcher ou le vulgaire puceron.

Sur le stand de l'institut de recherche Inra, les visiteurs se pressent pour demander comment se débarrasser de tel ou tel ravageur qui empoisonne leurs concombres et cucurbitacées.

"Le bio a encore un peu l'esprit pionnier, il cherche tout le temps. L'agriculture conventionnelle était plus sécurisante pour l'agriculteur", sourit Christian Hirschi, qui exploite 40 hectares bio dans le Jura Suisse.

"Et en bio, les erreurs ne pardonnent pas. Il y a moins de possibilités de rattrapage qu'en conventionnel, alors on atteint de très hauts niveaux techniques" dit-il.

Parfois, il s'agit simplement d'une perte de savoir-faire. "Chaque fois que j'ai un problème technique à résoudre avec mes moutons victimes d'un parasite par exemple, et que je ne trouve pas de solution ici, je me tourne vers l'institut technique algérien, qui, lui, n'a pas tout oublié", souligne Sebastien Blache, producteur en circuit court dans sa ferme du Grand Laval (30 hectares), dans la Drôme.

Cet ornithologue de formation a réussi le tour de force de transformer en quelques années une exploitation intensive de maïs en paradis de biodiversité peuplé d'oiseaux et bordé de haies, qui produit fruits, légumes, légumineuses, agneaux, poules et oeufs.

Un stand au salon du vin biologique
Un stand au salon du vin biologique "Millesime Bio" de Montpellier, le 26 janvier 2016 ( PASCAL GUYOT / AFP/Archives )

Pour Alain Cottebrune, maraîcher dans le Cotentin sur 70 hectares, dont 20 en bio, "le plus dur est de trouver les informations techniques nécessaires en France". "Sur internet, on ne trouve que des infos canadiennes" dit-il.

Un guide technique pour faire du bio en grandes cultures (céréales, oléagineux...) était présenté pour la première fois sur le stand des Chambres d'agriculture, somme des trucs, recettes, et pratiques des adhérents de tout le pays. Il sera bientôt décliné pour les autres productions.

Stephane Desrieux, producteur de semences non bio dans la région Rhône-Alpes, résume le défi: "Pour trouver des semences de maïs bio en France, on est encore obligé de les commander en Autriche, les premiers producteurs en Europe, car on n'a pas assez d'agriculteurs extrêmement pointus et ultra-performants pour les produire. Le bio, c'est de l'excellence".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2018

Mercialys a placé avec succès ce jour une émission obligataire à 8 ans d'un montant de 300 ME...

Publié le 20/02/2018

Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe PCAS s'établit à 218,3 ME au 31 décembre 2017, en croissance de 13,7% par rapport à la même période de...

Publié le 20/02/2018

Bone Therapeutics annonce le renforcement de son Conseil d'administration avec la nomination de Jean Stéphenne en tant que Président qui apportera sa...

Publié le 20/02/2018

Nexity a publié au titre de 2017 un résultat net part du groupe de 186 millions d'euros, en hausse de 33% et un Ebitda de 368 millions d'euros, en progression de 21%. Le numéro un de la promotion…

Publié le 20/02/2018

M6 a réalisé en 2017 un résultat net en hausse de 3,7% à 158,4 millions d'euros. Le résultat opérationnel courant a atteint 248,7 millions, nouveau plus haut historique du groupe, en progression…

CONTENUS SPONSORISÉS