En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 069.18 PTS
-0.30 %
5 078.00
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 072.96
-0.09 %
DAX PTS
11 577.13
+0.20 %
Dowjones PTS
25 481.80
+0.15 %
7 149.97
+0.60 %
1.147
-0.35 %

Afrique du Sud: visé par une enquête, le ministre des Finances dans la tourmente

| AFP | 218 | Aucun vote sur cette news
Le ministre sud-africain des Finances, Nhlanhla Nene, le 27 février 2018 lors de sa prestation de serment au Cap
Le ministre sud-africain des Finances, Nhlanhla Nene, le 27 février 2018 lors de sa prestation de serment au Cap ( RODGER BOSCH / AFP/Archives )

Le ministre sud-africain des Finances, Nhlanhla Nene, se trouvait mardi dans la tourmente, visé par une enquête après avoir reconnu s'être entretenu avec un trio de sulfureux hommes d'affaires proches de l'ex-président Jacob Zuma.

"La médiatrice va enquêter sur les allégations de conduite frauduleuse qui visent le ministre des Finances", a déclaré à l'AFP sa porte-parole, Oupa Segalwe.

Depuis plusieurs jours, les rumeurs vont bon train sur une éventuelle démission ou une éviction de M. Nene, 59 ans, nourrissant l'inquiétude des marchés financiers.

L'affaire a démarré mercredi dernier, lorsque le ministre a raconté à une commission d'enquête qu'il avait été remercié par M. Zuma pour avoir refusé la signature d'un juteux contrat nucléaire favorable aux frères Gupta, proches de M. Zuma.

L'ancien chef de l'Etat a été contraint à la démission en février, poussé vers la sortie par son parti en raison de nombreux scandales de corruption dans lesquels il est mis en cause. Il a toujours ces accusations.

Titulaire du portefeuille des Finances depuis 2014, M. Nene en a été écarté en décembre 2015. Il l'a retrouvé il y a huit mois, nommé par le successeur de M. Zuma, Cyril Ramaphosa.

Lors de son témoignage, le ministre a concédé avoir rencontré les Gupta à leur domicile.

Mais il a catégoriquement nié les accusations d'un parti d'opposition, les Combattants pour la liberté économique (EFF, gauche radicale), qui l'accuse d'arrangements douteux avec les Gupta lorsqu'il était vice-ministre des Finances puis patron du fonds de pension des fonctionnaires (PIC).

Le lendemain, M. Nene a publié une lettre pour s'en excuser, concédant une "faute et une "erreur de jugement".

"Je vous dois, en tant que serviteur de l'Etat, une conduite irréprochable (...) Ces visites jettent un doute sur ma conduite. Je les regrette profondément et demande votre pardon", a-t-il écrit.

Loin de calmer les critiques, son courrier n'a fait que relancer les accusations et les appels au départ du ministre.

La presse locale a rapporté pendant le week-end que M. Nene avait présenté sa démission à M. Ramaphosa, désormais pressé de toutes parts de trancher sur le sort du ministre.

"Le président est conscient de l'urgence de la situation et il s'est engagé à la résoudre le plus vite possible, d'une façon ou d'une autre", a déclaré sa porte-parole, Khusela Diko, aux journalistes, "sa décision est imminente".

"Le maintenir à son poste de ministre des Finances n'est pas dans l'intérêt de l'Afrique du Sud", a insisté le porte-parole des EFF, Mbuyiseni Ndlozi, "le Trésor ne peut pas être dirigé par une personne dépourvue d'intégrité".

Depuis son arrivée au pouvoir en février, M. Ramaphosa a promis d'éradiquer la corruption et de relancer l'économie du pays, en difficulté depuis la crise financière de 2008.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

Rallye (+4,05% à 10,40 euros) continue de faire les gros titres, avec comme sujet principal, la réduction de sa dette. Le groupe a annoncé ce matin que sa filiale Go Sport avait reçu une offre…

Publié le 22/10/2018

Lundi 22 octobreAucune donnée économique n'est attendueMardi 23 octobre8h00 en AllemagnePrix à la production en septembre10h00 en zone euroConfiance des consommateurs en octobreMercredi 24…

Publié le 22/10/2018

Manta Air, la nouvelle compagnie aérienne intérieure de la République des Maldives, a fait l’acquisition de ses deux premiers ATR 72-600 par l’intermédiaire de Nordic Aviation Capital (NAC).…

Publié le 22/10/2018

L'agence de notation AM Best a récemment attribué à Coface North America Insurance Company la note de solidité financière ‘A’ (Excellent). Celle-ci s’accompagne d’une perspective «…

Publié le 22/10/2018

Korian conclut un partenariat avec CAREIT et Primonial REIM dans le cadre du programmede reconfiguration de son parc immobilier, destiné à accélérer...