En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
-
4 808.00
+0.46 %
SBF 120 PTS
3 832.83
-
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
-0.02 %
1.140
+0.01 %

Afrique du Sud: l'industrie minière espère un changement politique rapide

| AFP | 436 | Aucun vote sur cette news
La mine d'or sud-africaine de Blyvooruitzicht, près de Carletonville, le 23 mars 2017, quatre ans après sa fermeture
La mine d'or sud-africaine de Blyvooruitzicht, près de Carletonville, le 23 mars 2017, quatre ans après sa fermeture ( GIANLUIGI GUERCIA / AFP/Archives )

Toujours convalescente, l'industrie minière d'Afrique du Sud mise sur un changement politique rapide à la tête du pays pour obtenir des réformes seules capables, selon elle, de relancer durablement la confiance des investisseurs en son avenir.

Le plus important rendez-vous mondial des acteurs du secteur minier s'est ouvert lundi au Cap (sud-ouest), alors que les spéculations vont bon train sur une fin de mandat anticipée du président du pays, le très controversé Jacob Zuma.

Son départ ouvrirait la voie à son successeur à la tête du Congrès national africain (ANC) au pouvoir, le vice-président et ancien dirigeant de compagnie minière Cyril Ramaphosa.

"Pour la première fois depuis longtemps, il est possible d'envisager l'avenir avec un optimisme raisonnable plutôt que de s'en inquiéter", s'est réjoui le patron de la Chambre sud-africaine des mines, Roger Baxter.

Selon le dernier rapport du cabinet PriceWaterhouseCooper, l'année dernière a encore été difficile pour le secteur.

Si le chiffre d'affaires des compagnies minières sud-africaines a progressé de 13% à 43 milliards de rands (2,9 Mds euros) par rapport à 2016, leur capitalisation a chuté d'un quart, malgré la remontée des prix de certains métaux sur les marchés.

Le secteur emploie encore 460.000 salariés en Afrique du Sud, mais ne contribue plus qu'à 5,1% de ses revenus, contre 5,4% en 2016.

La faute, disent les industriels, au mauvais climat des affaires, plombé par les incessants scandales de corruption qui éclaboussent le chef de l'Etat. Et au bras de fer juridico-politique qui les oppose depuis des mois à son gouvernement.

Les autorités ont promulgué en juin une nouvelle charte minière, qui oblige les entreprises du secteur à réserver une part plus grande à l'actionnariat noir, au nom de la "transformation radicale de l'économie" héritée de l'apartheid, un programme cher à M. Zuma.

Ce document va "détruire l'industrie", a mis en garde la Chambre des mines qui, avec d'autres, a porté l'affaire devant la justice.

- 'Vent positif' -

Les industriels ont repris espoir avec l'arrivée en décembre de M. Ramaphosa à la tête de l'ANC. "Un vent positif de changement est en train de souffler", s'est félicité lundi Roger Baxter.

Jusqu'à cette date, l'avenir était "sombre", a résumé l'analyste Peter Leon, de la firme Herbert Smith Freehills’ Africa Group.

Mais désormais "les investisseurs mondiaux observent avec intérêt la situation en Afrique du Sud", a-t-il poursuivi, qualifiant M. Ramaphosa de "très bon communicant" qui "envoie les bons signaux".

"Il ne fait aucun doute que la cote de l'Afrique du Sud s'est considérablement améliorée", a renchéri son confrère du Bureau for Economic Research, Hugo Pienaar.

Fondateur dans les années 1980 du Syndicat national des mineurs (NUM), un des fers de lance de la lutte contre l'apartheid, Cyril Ramaphosa s'est ensuite lancé avec succès dans les affaires, devenant l'une des personnalités les plus riches du pays.

Des mineurs sud-africains  lors des célébrations du 5e anniversaire du massacre de la mine de Marikana, le 16 août 2017
Des mineurs sud-africains lors des célébrations du 5e anniversaire du massacre de la mine de Marikana, le 16 août 2017 ( GULSHAN KHAN / AFP/Archives )

Ses intérêts dans le secteur des mines lui ont valu de vives critiques. Membre de la direction du groupe Lonmin, il s'est attiré les foudres du pays en recommandant une riposte à la grève des mineurs de Marikana (nord) en 2012. La violente intervention de la police s'est soldée par la mort de 34 mineurs.

Cette tache sur son parcours est régulièrement pointée du doigt par ses adversaires politiques, mais son nom a été blanchi par la commission d'enquête officielle.

Lors du récent Forum économique mondial de Davos (Suisse), Cyril Ramaphosa a tendu la main aux industriels.

"La charte minière doit être discutée en profondeur avec les acteurs clé du secteur, de façon à ce qu'une solution intervienne pour libérer l'industrie minière sud-africaine", a déclaré le probable futur président du pays, "nous ne voulons pas rater le wagon de la reprise du marché des matières premières".

Impatients, les patrons des compagnies minières espèrent tous que la crise de succession qui agite le sommet de l'Etat sera réglée rapidement. Au profit de leur favori, naturellement.

"Il y a beaucoup de frictions (...). Si Zuma doit partir, nous espérons que ce soit très bientôt", a résumé l'économiste de la compagnie d'assurance Old Mutual, Tinyiko Ngwenya.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

  Genève (Suisse) - le 15 janvier 2019 : WISeKey International Holding Ltd (WIHN.SW) (« WISeKey »), société de premier plan dans le domaine de la cybersécurité et…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…