En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 447.44 PTS
+0.46 %
5 450.00
+0.52 %
SBF 120 PTS
4 358.59
+0.42 %
DAX PTS
12 765.94
+0.82 %
Dowjones PTS
25 196.54
+0.31 %
7 388.93
-0.20 %
Nikkei PTS
22 794.19
+0.43 %

Affaire du Mediator: grand procès en vue pour Servier et l'Agence du médicament

| AFP | 405 | Aucun vote sur cette news
Les laboratoires Servier et l'Agence du médicament renvoyés devant le tribunal dans le volet principal du scandale du Mediator
Les laboratoires Servier et l'Agence du médicament renvoyés devant le tribunal dans le volet principal du scandale du Mediator ( Fred TANNEAU / AFP/Archives )

Après six années d'âpre bataille judiciaire, la perspective d'un grand procès du Mediator se concrétise: les juges ont renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris les laboratoires Servier et l'Agence du médicament dans l'affaire de cet anti-diabétique tenu pour responsable de centaines de morts.

Le groupe pharmaceutique répondra de "tromperie aggravée, escroquerie, blessures et homicides involontaires et trafic d'influence", selon une source judiciaire, confirmant une information révélée mardi par France Inter.

Au terme de leur ordonnance, les juges d'instruction ont également renvoyé devant le tribunal, pour "blessures et homicides involontaires", l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), qui n'a pas souhaité réagir. Au total, onze personnes morales et quatorze personnes physiques seront jugées.

Prescrit pendant plus de 30 ans à cinq millions de personnes en France, cet anti-diabétique était largement utilisé comme coupe-faim. Le Mediator avait été retiré du marché en novembre 2009, deux ans après les révélations du Dr Irène Frachon, à l'origine de la médiatisation de l'affaire.

La réquisitoire du procureur de Paris du 24 mai, confirmé en tous points par les juges, "déroule implacablement le récit de ce crime industriel hors norme au terme d’une instruction exemplaire, constamment entravée par les manœuvres dilatoires des conseils de Servier", a réagi auprès de l'AFP la pneumologue brestoise.

Durant six années d'information judiciaire, trois ont été "exclusivement consacrées à la procédure à la suite de multiples demandes et recours faits par la défense des mis en cause", avait déploré en janvier le procureur François Molins.

A l'annonce de leur renvoi en correctionnelle, les laboratoires Servier ont dénoncé une instruction "tronquée" qui a minimisé, selon eux, la responsabilité des autorités administratives. "L'action de l’Agence du médicament, de ses hauts fonctionnaires et de sa tutelle ministérielle a été occultée, alors que le Mediator était sous enquête nationale de pharmacovigilance de 1995 jusqu’en 2009", ont accusé les laboratoires dans un communiqué.

- Un procès en 2018 ? -

"Même si Servier indemnise les victimes, les personnes malades et les proches de personnes décédées sont dans l'attente d'un procès pénal pour identifier les responsabilités, du côté des laboratoires, des agences étatiques comme l'Agence du médicament (ANSM) ou parmi les experts dans les commissions de contrôle du médicament", a réagi Charles Joseph-Oudin, avocat de parties civiles.

"Il reste à organiser ce procès dont on espère qu'il se tiendra en 2018", a ajouté ce fer de lance de ce combat judiciaire. Une porte-parole de Servier a indiqué mardi qu'"aucun recours" n'était envisagé.

Le procès devrait alors réunir, dans une configuration exceptionnelle, 4.129 parties civiles mais il se tiendra sans le principal protagoniste: Jacques Servier, fondateur des laboratoires, mort en 2014 à 92 ans.

Au total 11 personnes morales, dont des sociétés de la galaxie Servier, ainsi que 14 personnes physiques seront appelées à comparaître. Parmi ces dernières, l'ancien numéro deux du groupe, Jean-Philippe Seta, des fonctionnaires, des médecins ou encore l'ex-sénatrice Marie-Thérèse Hermange (UMP), soupçonnée d'avoir rédigé en 2011 un rapport favorable à Servier.

Dans son réquisitoire, le parquet estimait que les laboratoires avaient mis en place une "stratégie" pour dissimuler son caractère anorexigène et n'avaient pas signalé les risques d'hypertension artérielle pulmonaire, une pathologie rare incurable, et ceux de graves lésions des valves cardiaques (valvulopathies) qui lui étaient imputables. La dangerosité de certains types d'anorexigènes proches du Mediator était documentée au moins depuis 1995.

Le parquet, en se basant sur la dernière expertise judiciaire, avait chiffré entre 1.520 et 2.100 le nombre de décès à long terme causés par le Mediator.

Selon les magistrats, il y a "une volonté délibérée de ne pas faire apparaître la norfenfluramine", molécule toxique à l'origine du retrait en 1997 de l'Isoméride, autre coupe-faim de Servier, comme entrant également dans la composition du Mediator.

L'affaire du Mediator fait déjà l'objet d'une procédure pénale au tribunal de Nanterre saisi par le biais de citations directes. La Cour de cassation devrait avoir à se prononcer sur une éventuelle jonction au procès parisien.

nal-bl-etb-abb/spe/ct

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

Chaîne de magasins spécialisée dans la distribution de produits biologiques

Publié le 18/07/2018

HighCo publie une marge brute de 22,47 millions d’euros, au titre de son deuxième trimestre 2018, en hausse de 2,6% sur un an. Sur le premier semestre 2018, le spécialiste du marketing indique que…

Publié le 18/07/2018

Manutan a enregistré au troisième trimestre, clos fin juin, un chiffre d'affaires de 183,998 millions d'euros, en progression de 8,4%. A change, périmètre et jours constants, le chiffre…

Publié le 18/07/2018

Des avancées au premier semestre...

Publié le 18/07/2018

ECA Group, filiale de Groupe Gorgé, a remporté deux contrats pour la fourniture d'équipements spécifiques auprès d'un client de la défense pour un montant total de près de 9 millions d'euros.…