En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.27 PTS
-0.15 %
4 845.00
+0.00 %
SBF 120 PTS
3 864.66
-0.09 %
DAX PTS
11 066.87
-0.21 %
Dowjones PTS
24 470.73
+0.27 %
6 637.40
-0.14 %
1.139
+0.23 %

Aéronautique: Bombardier supprime 5.000 postes pour "rationaliser la structure"

| AFP | 283 | Aucun vote sur cette news
Le constructeur aéronautique canadien Bombardier a annoncé jeudi la suppression de quelque 5.000 employés
Le constructeur aéronautique canadien Bombardier a annoncé jeudi la suppression de quelque 5.000 employés ( Clement Sabourin / AFP/Archives )

Le constructeur aéronautique et de matériels ferroviaires canadien Bombardier a annoncé jeudi la suppression de quelque 5.000 employés (7,2% de sa masse sociale) d'ici 12 à 18 mois dans le monde afin de "rationaliser la structure" de l'entreprise en difficulté.

Bombardier a annoncé des "efforts" pour "rationaliser la structure" de l'entreprise qui "entraîneront une réduction d'environ 5.000 postes à l'échelle de l'entreprise au cours des 12 à 18 prochains mois, et donneront lieu à des économies annuelles d'environ 250 millions de dollars lorsque la réduction aura été totalement réalisée, ce qui devrait se concrétiser d'ici 2021", selon un communiqué.

Le groupe établi à Montréal a également fait part de la vente "d'actifs non stratégiques" totalisant environ 900 millions de dollars américains (788 millions d'euros), dont le programme de fabrication de son turbopropulseur Q400 et la marque Havilland, cédés pour quelque 300 millions de dollars à un fond d'investissement canadien.

Bombardier a fait ces annonces lors de la présentation de ses résultats pour le troisième trimestre clos le 30 septembre: l'entreprise canadienne a dégagé un bénéfice net de 167 millions de dollars, contre une perte de 11 millions de dollars un an plus tôt.

Hors éléments exceptionnels et ramené à une action, Bombardier a dégagé un bénéfice ajusté trimestriel de 4 cents, un résultat supérieur au consensus de la moyenne des analystes qui tablaient sur un gain de 2 cents.

Cette "forte croissance du résultat", selon les termes de Bombardier, a pourtant été engendrée malgré une baisse de 5% du chiffre d'affaires trimestriel, par rapport à la même période il y a un an, à 3,6 milliards de dollars.

Incapable de retrouver l'équilibre, l'avionneur canadien n'avait eu d'autre choix que de céder le contrôle (50,01%) de sa filiale dédiée à l'avion CSeries, rebaptisé depuis A220, au géant européen Airbus. La transaction a été bouclée en juillet.

"Nous continuons à progresser dans l'exécution de notre plan de redressement", a déclaré Alain Bellemare, PDG de Bombardier, nommé en 2015 à ce poste pour relancer l'entreprise qui s'était mise en graves difficultés financières avec le programme CSeries. Le gouvernement du Québec avait notamment dû venir à sa rescousse en 2015 avec un plan de sauvetage financier d'un milliard de dollars américains.

"Avec les annonces d'aujourd'hui, nous mettons en oeuvre les prochaines mesures nécessaires pour concrétiser la pleine valeur du portefeuille de Bombardier", a ajouté le PDG, indiquant qu'il continuera "de façon proactive à recentrer et rationaliser l'entreprise ainsi qu'à allouer nos capitaux avec discipline".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

BOIRONLe laboratoire publiera (après Bourse) son chiffre d'affaires annuel.ELIORLe groupe de restauration collective publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre.STMICROELECTRONICSLe…

Publié le 23/01/2019

9h15 en FranceIndice des directeurs d'achat pour les secteurs manufacturier et des services en janvier9h30 en AllemagneIndice des directeurs d'achat pour les secteurs manufacturier et des services en…

Publié le 23/01/2019

United Technologies progresse de 4,72% à 116,31 dollars sur les marchés américains, dans le sillage de résultats supérieurs aux attentes au titre de son quatrième trimestre 2018. Ainsi, le…

Publié le 23/01/2019

A l’occasion d’une journée Investiseurs, Neopost a levé le voile sur sa nouvelle stratégie baptisée « Back to Growth » et portant sur la période 2019-2022. Ainsi, le spécialiste du…

Publié le 23/01/2019

Ingenico chute de 12% à 46,03 euros après avoir atteint 44,41 euros, soit son plus niveau depuis avril 2013. Les investisseurs sanctionnent le quatrième avertissement sur résultats en moins d'un…