5 352.76 PTS
-
5 345.50
-
SBF 120 PTS
4 261.05
-
DAX PTS
13 015.04
-1.16 %
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.12 %
Nikkei PTS
22 523.15
+0.48 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Aéronautique: Boeing relève ses prévisions pour la Chine

| AFP | 124 | Aucun vote sur cette news
Boeing révise fortement à la hausse ses prévisions pour la demande aéronautique chinoise, misant sur l'essor de la classe moyenne et l'expansion des infrastructures
Boeing révise fortement à la hausse ses prévisions pour la demande aéronautique chinoise, misant sur l'essor de la classe moyenne et l'expansion des infrastructures ( Jason Redmond / AFP/Archives )

Boeing a fortement révisé à la hausse ses prévisions pour la demande aéronautique chinoise, misant sur l'essor de la classe moyenne et l'expansion des infrastructures dans un marché clef très disputé, où l'américain s'apprête à ouvrir un centre de finition pour conforter sa position.

La Chine aura besoin de 7.240 avions commerciaux sur les 20 années à venir, tous constructeurs confondus, ce qui représente une valeur marchande cumulée de presque 1.100 milliards de dollars, selon les prévisions annuelles du groupe dévoilées mercredi.

Sur la période 2017-2036, près de 20% des commandes d'avions passées dans le monde viendront de compagnies chinoises, a-t-il estimé.

"Une croissance économique continue, de vigoureux investissements dans les infrastructures" avec la multiplication des aéroports secondaires "et le gonflement de la classe moyenne expliquent ces perspectives robustes de long terme", a commenté Randy Tinseth, vice-président de Boeing chargé du marketing, au cours d'un point de presse à Pékin.

En dépit du ralentissement de la deuxième économie mondiale, l'avionneur américain a nettement relevé ses anticipations: l'an dernier, il ne tablait que sur 6.810 avions commandés par la Chine sur les deux décennies à venir.

Seuls 31% des appareils livrés serviront à remplacer de vieux avions tandis que 69% viendront gonfler la flotte du pays, qui s’élèvera au total à 8.150 appareils en 2036 (contre 3.190 l'an dernier), précise le groupe.

- Essor du fret -

Un paysage concurrentiel effervescent, où prospèrent les compagnies low-cost fraîchement créées, contribue à dynamiser le marché chinois, tout comme l'expansion accélérée du trafic aérien.

Selon Boeing, la classe moyenne chinoise devrait doubler en dix ans pour atteindre 600 millions de personnes en 2026
Selon Boeing, la classe moyenne chinoise devrait doubler en dix ans pour atteindre 600 millions de personnes en 2026 ( TENGKU Bahar / AFP/Archives )

Selon Boeing, la classe moyenne chinoise devrait doubler en dix ans pour atteindre 600 millions de personnes en 2026: un segment de population prospère et avide de voyages de plus en plus lointains.

Ainsi, si les monocouloirs destinés aux vols régionaux resteront le cœur de la demande aéronautique du pays d'ici à 2036 (75% des commandes), Boeing prédit un décollage des achats d'avions de grande capacité (22% du total).

Bousculant la domination des compagnies étrangères sur les vols long-courriers, les compagnies chinoises opèrent désormais plus de la moitié des vols internationaux au départ ou à destination de la Chine, insiste M. Tinseth.

La compagnie Hainan Airlines avait ainsi annoncé en mai son intention d'acheter 19 appareils à Boeing (pour un total estimé à 4,2 milliards de dollars), dont 13 long-courriers B787-9 "Dreamliner".

Mais le marché des gros appareils sera surtout dopé par les besoins du fret aérien et l'explosion du commerce en ligne: selon Boeing, la demande chinoise d'avions-cargos devrait s'envoler d'ici à 2036, avec 180 nouveaux avions de fret, auxquels s'ajouteront 440 appareils reconvertis.

- Comac, partenaire et rival -

Boeing et son concurrent européen Airbus se partagent quasiment à parts égales le marché chinois.

Contrairement à Airbus, qui dispose depuis 2008 à Tianjin (nord) d'une ligne d'assemblage pour A320, Boeing ne dispose pas encore d'usine en Chine mais s'apprête à se doter lui aussi d'une implantation stratégique.

Dans le cadre d'un accord avec l'avionneur chinois Comac, il ouvrira en 2018 à Zhoushan (est) un "centre de finition" destiné à l'aménagement de ses populaires moyen-courriers B737, d'une capacité de 100 appareils par an, a confirmé M. Tinseth.

Or ce partenariat avec Comac, un groupe d'Etat, pourrait s'avérer à terme problématique: Comac a déjà dévoilé et réalisé le premier vol d'essai de son premier moyen-courrier "made in China", le C919, avec l'idée ostensible de rivaliser avec le B737 et de bousculer le duopole Boeing-Airbus.

Randy Tinseth, vice-président de Boeing chargé du marketing, le 26 janvier 2012 à Dublin
Randy Tinseth, vice-président de Boeing chargé du marketing, le 26 janvier 2012 à Dublin ( PETER MUHLY / AFP/Archives )

Reconnaissant que Comac sera "un concurrent", Randy Tinseth a observé qu'il s'agissait d'un "partenariat nécessaire": "Comac est l'exemple parfait de partenariats qui fonctionnent pour nous. Il a un réseau (qui facilite l'accès au marché). C'est un équilibre" à trouver, a-t-il fait valoir.

Comac est d'ailleurs déjà à Tianjin l'allié d'Airbus pour ses structures industrielles.

A mots couverts, le vice-président de Boeing a par ailleurs défendu les bienfaits de relations commerciales sans encombres entre Chine et Etats-Unis.

En menaçant de sanctionner les exportations chinoises, le président américain, Donald Trump, avive le spectre de représailles par le géant asiatique qui pourraient affecter l'avionneur de Chicago.

"Nous travaillons dur (...) avec le gouvernement américain" car la Chine "est un marché crucial pour nous", a martelé M. Tinseth.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2017

Genfit a annoncé que le Data Safety Monitoring Board (DSMB), un comité de surveillance et de suivi indépendant, avait formulé une recommandation positive pour la poursuite de l'essai clinique de…

Publié le 22/11/2017

Spineway a annoncé qu'il ne souhaitait plus communiquer sur l'atteinte de l'équilibre financier pour l'exercice 2018. Cet objectif demeure toutefois clé dans la stratégie du groupe. Fort de la…

Publié le 22/11/2017

Les deux premiers véhicules ATM Full Elec ont été réceptionnés le 16 novembre dernier par BLYYD

Publié le 22/11/2017

Conformément à l'annonce faite le 17 octobre 2017, les actionnaires d'Assystem S.A. se sont réunis en assemblée générale extraordinaire le 22 novembre 2017 et ont approuvé la résolution…

Publié le 22/11/2017

L'actif est situé à Toulouse Blagnac et sera achevé mi-2019

CONTENUS SPONSORISÉS