En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 384.65 PTS
-0.46 %
5 389.00
-0.37 %
SBF 120 PTS
4 317.25
-0.38 %
DAX PTS
12 540.61
-0.16 %
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
+0.00 %
Nikkei PTS
22 697.36
+0.44 %

Aérien: une grève surprise, pas un motif pour refuser d'indemniser le voyageur

| AFP | 194 | Aucun vote sur cette news
La Cour de justice de l'UE, établie à Luxembourg, était saisie par deux tribunaux allemands
La Cour de justice de l'UE, établie à Luxembourg, était saisie par deux tribunaux allemands ( JOHN THYS / AFP/Archives )

Une grève surprise du personnel d'une compagnie aérienne pour protester contre une restructuration n'est pas une "circonstance extraordinaire" permettant au transporteur d'être exempté des indemnisations dues aux passagers qui en subissent les conséquences, a tranché mardi la justice européenne.

La Cour de justice de l'UE, établie à Luxembourg, était saisie par deux tribunaux allemands vers lesquels s'étaient tournés des passagers la compagnie low cost TUIfly (groupe TUI) s'estimant lésés par les annulations ou retards de vols d'au moins trois heures liés à une grève début octobre 2016.

La question posée était en substance la suivante: la compagnie peut-elle être libérée de son obligation d'indemnisation arguant que ces perturbations sont dues à l'absentéisme soudain d'une grande partie du personnel navigant?

Par son arrêt rendu mardi, la CJUE a répondu par la négative.

A l'époque, le 1er octobre 2016, à la suite d'un appel relayé par les salariés eux-mêmes, est-il rappelé dans un communiqué, beaucoup d'hôtesses et de stewards s'étaient spontanément inscrits en congé maladie pour protester contre un plan de restructuration annoncé la veille par la direction.

Le conflit social avait été résolu au bout d'une semaine par un accord avec les représentants du personnel.

Mais TUIfly avait ensuite refusé de payer aux voyageurs affectés les indemnités prévues (à savoir 250, 400 ou 600 euros en fonction de la distance), considérant que cette "grève sauvage" relevait des "circonstances extraordinaires" ouvrant droit à exceptions dans un règlement de l'UE sur les droits des passagers aériens.

Pour la justice européenne, ces "circonstances extraordinaires" ne pouvaient en l'espèce pas être invoquées, la grève n'étant pas totalement imprévisible.

"Les restructurations et réorganisations font partie des mesures normales de gestion des entreprises", a fait valoir la CJUE.

"Ainsi, les compagnies aériennes peuvent être, de manière ordinaire, confrontées, dans l’exercice de leur activité, à des désaccords, voire à des conflits, avec les membres de leur personnel ou à une partie de ce personnel", a ajouté la Cour.

Et dans une situation telle que celle connue chez TUIfly fin septembre-début octobre 2016, "les risques découlant des conséquences sociales qui accompagnent de telles mesures doivent être considérés comme inhérents à l’exercice normal de l’activité de la compagnie aérienne concernée".

La Cour souligne aussi que la compagnie avait "la maîtrise effective" des événements et qu'elle aurait pu éviter la "grève sauvage" déplorée puisqu'un accord intervenu le 7 octobre y a rapidement mis fin.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

International Airlines Group commande deux A330-200 additionnels pour sa filiale long-courrier à bas coûts, Level...

Publié le 17/07/2018

Orange a reçu l'accord de l'Arcep, l'autorité de régulation des télécoms, pour se voir attribuer des fréquences dans la bande 3400-3800 MHz pour des expérimentations 5G. L'opérateur va ainsi…

Publié le 17/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 17/07/2018

Une acquisition qui permettra d'accroitre substantiellement l'implantation de Prodways en Amérique du Nord

Publié le 17/07/2018

Société Générale annonce aujourd'hui la nomination de Claire Calmejane