En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 780.75 PTS
+0.56 %
4 777.0
+0.49 %
SBF 120 PTS
3 792.56
+0.43 %
DAX PTS
10 792.53
+0.48 %
Dowjones PTS
23 838.51
+0.69 %
6 549.26
+0.89 %
1.143
+0.56 %

Action de pêcheurs à Boulogne-sur-mer pour protester contre la pêche électrique

| AFP | 323 | 4 par 2 internautes
Action de pêcheurs contre la pêche électrique dans le port belge de Nieuport, le 18 juin 2018
Action de pêcheurs contre la pêche électrique dans le port belge de Nieuport, le 18 juin 2018 ( KURT DESPLENTER / BELGA/AFP )

Des pêcheurs de Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais), stationnés le long de la gare maritime, ont dénoncé lundi matin la pêche électrique, pratique "destructrice", dans le cadre d'un mouvement qui a touché d'autres ports en Europe, selon l'ONG Bloom.

Une trentaine de professionnels ont pris place à bord de six bateaux, cornes de brume et fumigènes actionnés, sur lesquels des banderoles "stop à la pêche électrique en Europe" étaient déployés. Environ trente autres se trouvaient sur le quai du port, premier port de pêche français.

L'action, commencée avant 09H00, a pris fin peu avant 09H30.

"Jusqu'en 2014, on débarquait du 1er janvier au 30 mai 500 à 600 tonnes de soles à Boulogne, contre 192 tonnes sur la même période cette année. Cette dégringolade a conduit à la mise à la casse de 7 bateaux de fileyeurs des Hauts-de-France fin 2017", a déclaré à un correspondant de l'AFP Stéphane Pinto, vice-président du comité régional des pêches de Hauts-de-France et représentant des fileyeurs régionaux.

La pêche électrique en mer
La pêche électrique en mer ( Vincent LEFAI / AFP )

"Ce qu'on attend aujourd'hui, c'est que le gouvernement français sorte de son silence et qu'il défende les ressources halieutiques et les pêcheurs artisanaux au niveau européen", a réclamé de son côté le député européen EELV Yannick Jadot, présent au côté des pêcheurs.

Ce mouvement, qui concernait d'autres ports en France et en Europe, a été coordonné par l'ONG Bloom. Son directeur scientifique Frédéric Le Manach, présent à Boulogne, a dénoncé une méthode "qui met en péril le tissu social et économique des côtes françaises (...), destructrice, car elle touche tous les poissons, y compris les oeufs et les juvéniles".

La pêche électrique interdite notamment en Chine, au Brésil et aux États-Unis, consiste à envoyer depuis un chalut des impulsions électriques dans le sédiment pour y capturer des poissons vivant au fond des mers.

Elle est interdite en Europe depuis 1998 mais la Commission européenne permet sa pratique depuis 2006 dans le cadre d'un régime dérogatoire exceptionnel.

Afin de réclamer une nouvelle interdiction au niveau européen, une quarantaine de pêcheurs ont également manifesté avec 12 navires dans le port de Nieuport, en Belgique, selon Bloom. Aux Pays-Bas, tous les pêcheurs traditionnels du port d'IJmuiden, soit une dizaine de bateaux, étaient présents, toujours selon l'ONG.

En Irlande, des pêcheurs abordant des drapeaux "#StopElectricFishing" étaient visibles dans des ports de sept îles et le port allemand de Flensburg a vu se réunir une dizaine de pêcheurs, selon Bloom.

Mi-janvier, le Parlement européen s'est prononcé pour une nouvelle interdiction de la pêche électrique dans l'UE. Cela n'est qu'une étape sur le long parcours législatif du texte, le Parlement devant négocier avec le Conseil (les États membres) et la Commission pour trouver un compromis final.

En France, l'Assemblée nationale a apporté son soutien à l'unanimité au gouvernement pour qu'il obtienne l'interdiction définitive.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

Foncière INEA a annoncé l’acquisition du Presqu’Ile, un immeuble de bureaux situé dans le quartier innovant de la presqu’île Bouchayer-Viallet à Grenoble. Il s’agit de son premier…

Publié le 19/12/2018

Rien ne va plus pour DIA (Distribuidora de Alimentacion) ...

Publié le 19/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/12/2018

GSEZ Airport, filiale de Gabon Special Economic Zone (GSEZ), fruit d'un partenariat public-privé entre Olam International, la République gabonaise et...

Publié le 19/12/2018

La Commission européenne a délivré une autorisation de mise sur le marché de Dengvaxia, le vaccin de Sanofi contre la dengue. L'autorisation suit la recommandation émise le 18 octobre 2018 par le…