En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 068.85 PTS
-
5 068.00
-
SBF 120 PTS
4 054.92
-
DAX PTS
11 412.53
-
Dowjones PTS
25 080.50
-0.81 %
6 769.87
-0.89 %
1.134
+0.22 %

Trump met en garde Google, Twitter et Facebook

| AFP | 1203 | 4 par 1 internautes
Le président américain Donald Trump dans le Bureau ovale de la Maison blanche à Washington, le 27 août 2018
Le président américain Donald Trump dans le Bureau ovale de la Maison blanche à Washington, le 27 août 2018 ( MANDEL NGAN / AFP )

"Ils doivent faire attention!": le président des Etats-Unis Donald Trump a mis en garde mardi, depuis le Bureau ovale, Google, Twitter et Facebook contre ce qu'il estime être un manque d'impartialité.

Après un premier tweet matinal visant Google, accusé de truquer les résultats de son moteur de recherche au détriment des conservateurs, M. Trump a encore haussé le ton, et élargi le champ de ses récriminations à deux autres géants de la technologie.

"Google, Twitter et Facebook naviguent vraiment en eaux très troubles et ils doivent faire attention", a-t-il lancé à l'issue d'une rencontre avec le président de la FIFA Gianni Infantino.

"C'est injuste pour une grande partie de la population", a-t-il ajouté, évoquant sans autres précisions des milliers de plaintes. "Vous ne pouvez pas faire ça aux gens, vous ne pouvez pas!", a-t-il martelé.

Ces accusations de partialité ont été fermement contestées par Google, qui a assuré ne pas orienter les résultats de son moteur de rechercher vers "une quelconque idéologie politique".

"Notre but est de nous assurer que les utilisateurs qui tapent une recherche dans la fenêtre Google Recherche reçoivent le résultat le plus pertinent en quelques secondes", a insisté le géant de la tech, soulignant qu'il apporte chaque année des centaines d'améliorations aux algorithmes qui pilotent la recherche.

Donald Trump a semble-t-il fait de bon matin une recherche Google sur son nom.

"Rechercher +actualités Trump+ sur Google ne donne en résultats que le point de vue (et) les articles des médias Fake News. En d'autres termes, c'est TRUQUE, à mon encontre et contre d'autres, afin que presque tous les articles et informations soient NEGATIFS", a-t-il tweeté, estimant que les médias républicains et conservateurs étaient "écartés". "Illégal?", a-t-il ajouté.

- "Très inquiétant" -

"Google et d'autres suppriment les voix des conservateurs et cachent les informations positives. Ils contrôlent ce que nous pouvons voir ou pas. C'est une situation très grave dont on s'occupera!", a-t-il ajouté.

"Nous nous penchons sur la question", a confirmé peu après Larry Kudlow, conseiller économique de Donald Trump, tout en restant très évasif sur les éventuelles investigations en cours.

Pour le Centre pour la démocratie et la technologie, la question de la partialité des algorithmes de recherche mérite d'être posée, mais une potentielle régulation gouvernementale représente un réel danger.

"Il est très inquiétant qu'un représentant du gouvernement quel qu'il soit essaie de mettre publiquement la pression sur une plateforme concernant des informations importantes pour notre démocratie", a indiqué à l'AFP sa présidente, Nuala O'Connor.

Pour Eric Goldman, responsable de l'Institut de droit des hautes technologies à l'université de Santa Clara, "toute tentative de Trump de +rectifier+ les résultats des moteurs de recherche violerait le premier amendement" de la Constitution américaine garantissant la liberté de la presse.

Cette attaque contre l'un des moteurs de recherche les plus populaires au monde s'inscrit dans une offensive plus générale lancée depuis plusieurs mois par Donald Trump contre "les géants des réseaux sociaux" qu'il accuse de "réduire au silence des millions de gens" et de pratiquer une forme de "censure".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/11/2018

L'accord s'accompagne d'un nouveau partenariat élargi entre TF1 et Dailymotion...

Publié le 14/11/2018

Cette opération sera soumise à l'approbation des actionnaires d'Enova Santé dans les prochains jours...

Publié le 14/11/2018

L'action Apple se dirigeait mercredi à Wall Street vers sa 5ème baisse consécutive. Plusieurs courtiers ont réduit leurs objectifs de cours et s'inquiètent de la baisse des ventes d'iPhones.

Publié le 14/11/2018

Nextedia a doublé sa taille en 2017...

Publié le 14/11/2018

                                                      COMMUNIQUE - 14 novembre 2018   Information à propos d'IHS holding   Au 14 novembre…