5 176.61 PTS
+0.00 %
5 159.50
-0.33 %
SBF 120 PTS
4 136.55
+0.73 %
DAX PTS
12 263.86
+0.71 %
Dowjones PTS
22 024.87
+0.12 %
5 917.42
+0.16 %
Nikkei PTS
19 729.28
+0.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Accord entre Sénat et Assemblée sur la réforme du code du travail par ordonnances

| AFP | 180 | Aucun vote sur cette news
La ministre du Travail Muriel Pénicaud lors d'une audition devant la Comission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, à Paris, le 31 juillet 2017
La ministre du Travail Muriel Pénicaud lors d'une audition devant la Comission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, à Paris, le 31 juillet 2017 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

Députés et sénateurs sont parvenus lundi à un accord sur le projet de loi autorisant l'exécutif à légiférer par ordonnances pour réformer le droit du travail, premier gros chantier du quinquennat et promesse du candidat Macron, a-t-on appris de sources parlementaires.

Réunis en commission mixte paritaire (CMP), 7 députés et 7 sénateurs sont parvenus à un compromis qui devra être entériné définitivement par un vote en séance de l'Assemblée mardi et du Sénat jeudi.

Le projet de loi, très critiqué à gauche, avait été approuvé par l'Assemblée le 13 juillet, puis au Sénat à majorité de droite jeudi dernier dans des versions différentes.

A l'issue de la réunion, le rapporteur Laurent Pietraszewski (REM) a fait état auprès de l'AFP d'un "relatif consensus" après un travail préalable avec son homologue du Sénat, Alain Milon (LR).

"Le Sénat a entendu que sur certains éléments c'était important de rester sur la rédaction de l'Assemblée", a-t-il ajouté. Il a aussi fait état de prises de parole sur la protection des salariés, les types de contrat ou l'accord majoritaire.

Sans préjuger d'un éventuel accord, la ministre du Travail Muriel Pénicaud avait fait état en matinée de "beaucoup de convergences" entre les deux Chambres, défendant une réforme qui n'est pas dans une logique de "l'eau tiède".

Fragilisée par le dossier Business France et ces derniers jours suite à des révélations sur une plus-value boursière lors de son passage chez Danone, elle était auditionnée à propos des résultats de la concertation avec les partenaires sociaux sur le contenu des futures ordonnances, dont le projet de loi donne le cadre.

Doivent notamment y figurer la fusion de trois des quatre instances représentatives, le principe d'un plafond des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, promesses de campagne d'Emmanuel Macron, ou encore le recours aux CDI de chantier et le rôle accru de l'accord d'entreprise.

Les arbitrages seront présentés aux organisations syndicales et patronales pendant la semaine du 21 août, le ministère du Travail rédigeant actuellement les ordonnances, qui ne contiendront "pas de surprises", selon Muriel Pénicaud.

Les ordonnances seront ensuite envoyées au Conseil d'Etat et aux instances consultatives, avant d'être adoptées en conseil des ministres pendant la semaine du 20 septembre, puis publiées au Journal officiel "autour du 25 septembre". Un calendrier qui pourra être maintenu même en cas de recours au Conseil constitutionnel, selon la ministre.

Les ordonnances entreront en vigueur le lendemain de leur publication. Elles devront faire l'objet d'un projet de loi de ratification, déposé au Parlement au plus tard trois mois après, ce qui leur permettra d'être pérennisées en ayant force de loi.

Une journée d'actions à l'appel de la CGT et SUD est programmée contre la réforme le 12 septembre, et un "rassemblement populaire" à l'initiative des Insoumis le 23 septembre.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 01/08/2017

La ministre du Travail Muriel Pénicaud, le 1er août 2017 à l'Assemblée nationale à Paris ( PHILIPPE LOPEZ / AFP )L'Assemblée nationale a donné mardi un dernier feu…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2017

Global EcoPower, constructeur de centrales de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables, confirme la distribution d’actions gratuites à tous les actionnaires, à raison de…

Publié le 16/08/2017

A 11h00 en zone euroInflation définitive de juillet.Balance commerciale de juin.13h30 en zone euroCompte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la BCEA 14h30 aux Etats-UnisIndice…

Publié le 16/08/2017

L'attribution gratuite concernera toutes les actions détenues à la clôture de la séance du 23 août

Publié le 16/08/2017

L'accord, conclu avec un acteur chinois majeur des Telecom & Media, s'accompagne d'une prise de participation minoritaire au capital de myDevices pour un montant de 3,5 millions de dollars

Publié le 16/08/2017

Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social     16 août 2017     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ; Mnémo :…

CONTENUS SPONSORISÉS