5 289.86 PTS
+0.64 %
5 259.5
+0.13 %
SBF 120 PTS
4 239.49
+0.61 %
DAX PTS
12 487.90
+0.83 %
Dowjones PTS
24 964.75
-1.01 %
6 779.69
+0.13 %
Nikkei PTS
21 925.10
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Accord commercial UE-Canada: le fromage pour les PME

| AFP | 235 | Aucun vote sur cette news
Des tommes de brebis exposées au Salon de l'Agriculture le 24 février 2017 à Paris
Des tommes de brebis exposées au Salon de l'Agriculture le 24 février 2017 à Paris ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Les petites entreprises de transformation de produits laitiers et les petits commerçants au Canada devraient tirer avantage de l'augmentation des importations de fromages dès l'automne avec l'accord de libre-échange avec l'Union européenne, a indiqué mardi le gouvernement.

A partir du 21 septembre, date de la mise en application provisoire de l'Accord économique et commercial global (AECG, ou Ceta pour son acronyme anglais), les petites et moyennes entreprises de fabrication ou de distribution de fromages vont obtenir 60% des volumes fixés à l'accord.

Le solde sera attribué aux grands distributeurs ou aux principaux groupes agro-alimentaires, a indiqué le ministère du Commerce international dans un communiqué.

L'accord de libre-échange qui avait soulevé la colère des producteurs laitiers des deux côtés de l'Atlantique, et soulevé la controverse dans plusieurs pays européens, va entrer en vigueur à la fin de l'été avant même d'être ratifié par tous les parlements des pays membres de l'UE.

Pour un peu plus des trois derniers mois 2017, ce sont 745 tonnes supplémentaires de fromages européens qui vont entrer au Canada, un quota qui va augmenter progressivement pour, dès 2022, atteindre 16.000 tonnes par an.

Cette politique de contingentement, qui régule l'importation et la distribution, va "offrir d'intéressantes occasions d’affaires" particulièrement pour les petits transformateurs ou commerçants, a estimé François-Frédéric Champagne, ministre du Commerce international.

Les PME (moins de 500 salariés et de 50 millions de dollars canadiens de chiffre d'affaires) vont se partager le contingentement pour moitié pour les transformateurs et pour l'autre moitié pour les distributeurs.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2018

Gaussin précise leurs modalités financières et le calendrier de réalisation...

Publié le 20/02/2018

"Nous abordons 2018 avec confiance et détermination tout en restant très vigilants sur les évolutions de nos marchés à court terme", dit Christel Bories, PDG du Groupe Eramet...

Publié le 20/02/2018

Drive & Share s'adresse à ceux qui souhaitent bénéficier de la flexibilité que procure la possession d'une voiture, mais qui n'ont pas besoin de l'utiliser régulièrement...

Publié le 20/02/2018

En particulier, 1,71 MdE de travaux vont échoir à Eiffage...

Publié le 20/02/2018

Cette opération s'inscrit dans la stratégie du Groupe BPCE de recentrage dans les secteurs et zones prioritaires de développement...

CONTENUS SPONSORISÉS