En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
-
5 353.50
-0.59 %
SBF 120 PTS
4 318.04
-
DAX PTS
12 579.72
-
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
+0.00 %
Nikkei PTS
22 338.15
-0.79 %

Accident mortel d'Uber: le système de freinage d'urgence n'était pas activé

| AFP | 179 | Aucun vote sur cette news
Un véhicule autonome d'Uber a été impliqué dans un accident qui a coûté la vie à une piétonne aux Etats-Unis
Un véhicule autonome d'Uber a été impliqué dans un accident qui a coûté la vie à une piétonne aux Etats-Unis ( Angelo Merendino / AFP/Archives )

La voiture autonome d'Uber impliquée dans un accident ayant coûté la vie à une piétonne en mars dans l'Arizona l'avait détectée près de six secondes avant le choc mais n'avait pu s'arrêter parce que le système de freinage d'urgence n'était pas activé, a indiqué jeudi le régulateur des transports NTSB.

Dans un rapport préliminaire, le NTSB affirme qu'environ une seconde et trois centièmes avant le choc, le système de conduite autonome avait déterminé que le freinage d'urgence était nécessaire pour atténuer la collision.

Or les manoeuvres de freinage d'urgence ne sont pas activées quand les voitures autonomes d'Uber sont sous le contrôle d'un ordinateur, ceci "afin de réduire de potentiels comportements erratiques du véhicule".

Le conducteur ou l'opérateur de la voiture, celui qui est derrière le volant, doit donc intervenir et reprendre le contrôle, sauf que le système n'est pas conçu pour l'alerter, affirme encore le NTSB.

En l'espèce, la conductrice "a repris le contrôle moins d'une seconde avant le choc et n'a commencé à freiner que moins d'une seconde après l'accident", conclut le régulateur américain.

"L'opératrice du véhicule a déclaré, dans un entretien avec le NTSB, qu'elle surveillait l'interface de conduite autonome du véhicule et que si ses téléphones personnel et professionnel étaient dans la voiture elle ne les a utilisés qu'après l'accident", peut-on encore lire dans le communiqué.

Le NTSB précise que son rapport est préliminaire, ne comporte pas de cause "probable" de l'accident. Celle-ci sera déterminée dans un rapport actualisé.

A la suite de cet accident survenu le 18 mars sur une route de l'Arizona (sud-ouest), Uber a suspendu tous ses tests de voiture autonome sur route dans tous les Etats-Unis ainsi qu'à Toronto, au Canada, mais espère les reprendre bientôt.

Le service de réservation de voitures avec chauffeur a toutefois décidé d'arrêter ses opérations en Arizona, selon une source proche du dossier.

"Lors des deux derniers mois, nous avons coopéré étroitement avec le NTSB. En parallèle de son enquête, nous avons décidé de revoir les procédures de sécurité de notre programme de voitures autonomes", a déclaré jeudi une porte-parole d'Uber, ajoutant que des annonces vont être faites les "prochaines semaines".

Uber a également recruté un ancien patron du NTSB pour l'aider à maîtriser les arcanes de l'administration en termes d'exigences en matière de sécurité.

Outre le freinage d'urgence, le rapport du NTSB note par ailleurs que la piétonne tuée était habillée en noir, "ne regardait pas en direction du véhicule jusqu'au moment de l'accident et traversait la route à une section qui n'était pas directement éclairée".

Le vélo qu'elle poussait n'avait pas de réflecteurs et des tests toxicologiques de la victime se sont révélés "positifs" à la méthamphétamine et à la marijuana.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/06/2018

Poxel annonce aujourd'hui avoir présenté, lors des 78e sessions scientifiques de l'American Diabetes Association (ADA), des données démontrant de...

Publié le 25/06/2018

Abivax fait part de la nomination du Professeur Ian McGowan en tant que Président de son Comité Scientifique, dont il était jusqu'ici membre régulier,...

Publié le 25/06/2018

Lexibook affiche une perte nette de 694 000 euros à l'issue de son exercice 2017/2018 clos fin mars. Elle était de plus de 4 millions d'euros à l'issue de l'exercice précédent. Le résultat…

Publié le 25/06/2018

Harvest reçoit l'agrément de l'ACPR, gage d'excellence en tant qu'agrégateur Harvest, leader français des éditeurs de logiciels sur le métier du...

Publié le 25/06/2018

Kalray, pionnier des processeurs dédiés aux nouveaux systèmes intelligents, va dévoiler ses solutions de traitement de données en ligne et d'intelligence artificielle au salon International…