En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 864.10 PTS
+0.49 %
4 864.50
+0.56 %
SBF 120 PTS
3 878.22
+0.49 %
DAX PTS
11 112.83
+0.37 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.00 %
1.134
-0.33 %

Abattoir de Mauléon: six mois avec sursis pour l'ancien directeur

| AFP | 243 | Aucun vote sur cette news
L'abattoir de Mauléon dans les Pyréenées-Atlantiques, le 29 mars 2016
L'abattoir de Mauléon dans les Pyréenées-Atlantiques, le 29 mars 2016 ( GAIZKA IROZ / AFP/Archives )

Deux ans et demi après des images choc de l'association L214 sur des souffrances animales à l'abattoir de Mauléon (Pyrénées-Atlantiques), l'ex-directeur de l'établissement a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Pau à six mois de prison avec sursis et les employés à des amendes.

Le tribunal, qui a estimé que les conditions d'exercice ne "permettaient pas de faire le travail correctement", en pointant une faute "plutôt imputable à l'employeur", a ainsi suivi les réquisitions à l'encontre de l'ex-responsable.

Aujourd'hui retraité, Gérard Clemente, condamné pour "tromperie" - un non-respect du cahier des charges passible de deux ans de prison et 300.000 euros d'amende - devra également s'acquitter de 180 euros d'amende tandis que l'abattoir en tant que personne morale, a été condamné à 10.000 euros d'amende de peine principale, contre 50.000 euros requis.

Les quatre autres prévenus, des employés, sont condamnés à des amendes allant de 80 à 910 euros pour maltraitance "sans nécessité". La maltraitance animale n'est punie que d'amendes, que le parquet avait réclamées (de 100 à 420 euros).

Me Denise Pombieilh, avocate du directeur et de l'abattoir, a annoncé ne pas faire appel, estimant les peines "modérées et justes". Le tribunal "s'en est tenu au dossier et n'est pas rentré dans le débat idéologique", a poursuivi l'avocate en regrettant la "pression médiatique (qui) a joué pendant tout le temps du procès".

Trois prévenus au premier rang du tribunal correctionnel de Pau, le 17 septembre 2018, avant le début du procès pour maltraitance animale des abattoirs de Mauléon
Trois prévenus au premier rang du tribunal correctionnel de Pau, le 17 septembre 2018, avant le début du procès pour maltraitance animale des abattoirs de Mauléon ( IROZ GAIZKA / AFP )

Benoît Thomé, président de l'association Animal Cross, a regretté une "extraordinaire mansuétude, quand on pense que ce sont des animaux qui ont été égorgés à vif dans d'incroyables souffrances. Comment peut-on avoir des sanctions aussi faibles, comme si ces gens là n'étaient pas vraiment coupables ?"

Antoine Tugas, avocat de trois des quatre salariés, a estimé que "les actes de cruauté reprochés ont été invalidés par le tribunal et c'est bien ce qui comptait".

Néanmoins, a-t-il ajouté, "des images ont été captées. Ces garçons doivent-ils encore laisser circuler ces images ? L'épilogue d'aujourd'hui n'est pas définitif", a ajouté l'avocat en indiquant que "la décision de faire appel ou pas sera prise la semaine prochaine. Mais une autre action judiciaire est aussi envisagée par mes clients et l'une n'exclut pas l'autre", a-t-il dit sans plus de précisions.

L'affaire de l'abattoir de Mauléon avait éclaté en mars 2016 avec la diffusion de vidéos de l'association de défense des animaux L214, prises en secret. Des images difficilement soutenables montrant des animaux mal étourdis, des moutons saignés encore conscients, un agneau écartelé vivant. Même si dans ce cas précis, le ministère public avait requis une relaxe, invoquant "un accident".

- Un euro pour les parties civiles -

Quatre employés, l'ex-directeur et l'abattoir en tant que personne morale, étaient jugés pour "mauvais traitements infligés sans nécessité à un animal domestique", accusation qu'ils avaient vivement contestée lors des deux jours de procès.

La direction avait invoqué une situation de "petit" abattoir (35 salariés) et la difficulté à trouver du personnel qualifié, faute de formation spécifique. Les employés s'étaient plaints des "cadences" subies, plus particulièrement avant Pâques. Leur avocat a plaidé la relaxe.

Brigitte Gothière, porte parole de L214, s'exprime devant le tribunal à Pau, le 17 septembre 2018
Brigitte Gothière, porte parole de L214, s'exprime devant le tribunal à Pau, le 17 septembre 2018 ( IROZ GAIZKA / AFP )

Les services de contrôle, bien que poursuivis, avaient d'ailleurs été malmenés au procès. Un responsable des services vétérinaires du département avait concédé qu'"on aurait dû avoir plus de fermeté", au regard d'infractions passées constatées.

"Des mauvais gestes, du matériel qui ne fonctionnait pas, peut-être, un manque de personnel certain", et une "cadence exceptionnelle" juste avant Pâques. Mais "à aucun moment, il n'y a eu de volonté de faire souffrir", avait appuyé une enquêtrice de la brigade vétérinaire chargée de l'enquête.

Dix associations étaient parties civiles dont L214, la SPA ou la Fondation Bardot. Le tribunal a accordé 10.000 euros de dommages et intérêts à l'association UFC-Que choisir, 8.000 euros de remboursements de frais de justice à L214 et un euro de dommages et intérêts à toutes les parties civiles.

Le procès avait eu lieu en septembre au moment des débats sur la loi Agriculture et alimentation, aujourd'hui adoptée, qui renforce certaines sanctions et prévoit une expérimentation du contrôle vidéo dans les abattoirs.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2019

AccorHotels a confirmé hier soir le nombre final d’actions Orbis apportées à l’offre publique d’achat, le dénouement de l’offre ayant eu lieu. Ainsi, les investisseurs ont apporté 15,3…

Publié le 24/01/2019

AXA annonce la nomination de Ulrike Decoene, actuellement directrice de cabinet de Thomas Buberl, directeur général d’AXA, en tant que directrice de la Communication et de la Marque du groupe AXA.…

Publié le 24/01/2019

Carlos Ghosn a démissionné de la présidence de Renault. C’est ce qu’a annoncé Bruno Le Maire, lors d'une interview à Bloomberg. « Désormais, il est temps de préparer le futur de Renault et…

Publié le 24/01/2019

A l'issue de réunions de négociations entre la direction d'Air France et les deux syndicats représentatifs des pilotes (SNPL et SPAF), un projet d'accord a été élaboré. Ce projet d'accord…

Publié le 24/01/2019

Le titre rebondit après avoir observé une phase de consolidation suite à la sortie haussière d'un triangle symétrique. Du côté des indicateurs, les moyennes mobiles à 20 et 50 séance sont sur…