En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.142
+0.00 %

Abattoir de Mauléon: la justice rend sa décision ce lundi

| AFP | 197 | Aucun vote sur cette news
Trois prévenus au premier rang du tribunal correctionnel de Pau, le 17 septembre 2018, avant le début du procès pour maltraitance animale des abattoirs de Mauléon
Trois prévenus au premier rang du tribunal correctionnel de Pau, le 17 septembre 2018, avant le début du procès pour maltraitance animale des abattoirs de Mauléon ( IROZ GAIZKA / AFP )

Maltraitance animale ou dysfonctionnements et "cadences" infernales ? Deux ans et demi après des images choc de L214 sur des souffrances animales à l'abattoir de Mauléon (Pyrénées-Atlantiques), le tribunal correctionnel de Pau rend ce lundi son jugement dans le procès de l'ex-directeur et de quatre employés.

Six mois de prison avec sursis contre l'ex-directeur et des amendes de quelques centaines d'euros, contre les cinq prévenus, ont été requis au procès en septembre, alors même que le parlement finalisait sa loi Agriculture et alimentation, depuis adoptée, avec son volet "bien-être animal".

La prison requise contre l'ex-directeur désormais retraité, Gérard Clémente, correspondait à l'accusation de "tromperie" (un non-respect du cahier des charges), délit passible de deux ans de prison et 300.000 euros d'amende. La maltraitance animale elle, n'est punie que d'amendes, que le parquet a réclamées (de 100 à 420 euros).

L'abattoir de Mauléon dans les Pyréenées-Atlantiques, le 29 mars 2016
L'abattoir de Mauléon dans les Pyréenées-Atlantiques, le 29 mars 2016 ( GAIZKA IROZ / AFP/Archives )

En requérant, la vice-procureure Orlane Yaouanq avait pris soin de souligner que le procès de Pau n'était pas "le procès d'Alès, il ne s'agit pas d'actes de cruauté", en référence au procès concernant les abattoirs d'Alès et du Vigan (Gard) qui avait conduit en 2017 à une condamnation à huit mois de prison avec sursis pour actes de cruauté.

A Mauléon, "il n'y a pas eu de volonté délibérée de causer des souffrances des animaux. Cela ne veut pas dire qu'ils n'ont pas souffert", avait ajouté la vice-procureure. Elle avait en revanche requis 50.000 euros d'amendes au total, contre l'abattoir en tant que personne morale. L'établissement avait vu son agrément sanitaire suspendu pendant deux mois après la révélation de l'affaire.

Celle-ci avait éclaté en mars 2016 avec la diffusion de vidéos de l'association de défense des animaux L214, prises en secret à l'abattoir de Mauléon. Des images difficilement soutenables montrant des animaux mal étourdis, des moutons saignés encore conscients, voire un agneau écartelé vivant. Même si dans ce cas précis, le ministère public a requis une relaxe, invoquant "un accident".

-- "Tout ça pour ça..." --

Quatre employés, l'ex-directeur et l'abattoir en tant que personne morale, étaient jugés pour "mauvais traitements infligés sans nécessité à un animal domestique", accusation qu'ils avaient vivement contestée lors des deux jours de procès.

La direction avait invoqué une situation de "petit" abattoir (35 salariés) et la difficulté à trouver du personnel qualifié, faute de formation spécifique. Les employés s'étaient plaints des "cadences" subies, plus particulièrement en période pré-Pâques. Leur avocat a plaidé la relaxe.

"Le sentiment que l'on a eu pendant ce procès c'est +tout ça pour ça+", analyse avec le recul l'avocate de l'ex-directeur, Me Denise Pombieilh. "Pour nous, ce n'est pas le procès de la cruauté mais plutôt de certains dysfonctionnements voire de la réalité des abattoirs".

Les services de contrôle, bien que poursuivis, avaient d'ailleurs été malmenés au procès. Un responsable des services vétérinaires du département avait concédé qu'"on aurait dû avoir plus de fermeté", au regard d'infractions passées constatées.

"Des mauvais gestes, du matériel qui ne fonctionnait pas, peut-être, un manque de personnel certain", et une "cadence exceptionnelle" juste avant Pâques. Mais "à aucun moment, il n'y a eu de volonté de faire souffrir", avait appuyé une enquêtrice de la Brigade vétérinaire chargée de l'enquête.

Brigitte Gothière, porte parole de L214, s'exprime devant le tribunal à Pau, le 17 septembre 2018
Brigitte Gothière, porte parole de L214, s'exprime devant le tribunal à Pau, le 17 septembre 2018 ( IROZ GAIZKA / AFP )

Dix parties civiles, dont L214, la SPA, la Fondation Bardot, ont demandé une condamnation et des amendes allant d'un euro symbolique à 5.000 euros solidaires pour les prévenus.

L'une d'elles, l'association Animal Cross s'est dite "choquée de la clémence" de certaines des réquisitions. "On a des gens majeurs, responsables et adultes qui peuvent dire stop. Le système n'existe pas s'il n'y a pas de gens pour le faire exister", a déclaré à l'AFP son président, Benoît Thomé.

Il relève que si le procès avait lieu aujourd'hui, après adoption début octobre de la loi Agriculture et alimentation par le Parlement, "plusieurs sanctions seraient des délits, non des contraventions". La loi prévoit aussi une expérimentation du contrôle vidéo dans les abattoirs.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…

Publié le 16/11/2018

Décidément, il ne fait pas bon être équipementier automobile en ce moment. Plastivaloire en est une nouvelle illustration : le titre chute de 11% à 8,92 euros, dans le sillage d’un…