En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 567.02 PTS
+0.26 %
5 562.00
+0.23 %
SBF 120 PTS
4 386.30
+0.14 %
DAX PTS
12 289.84
+0.24 %
Dowjones PTS
27 122.30
-0.12 %
7 883.98
+0.63 %
1.121
-0.03 %

A Tokyo, Macron appelle l'alliance Renault-Nissan à "sortir plus forte" de la crise

| AFP | 548 | 1 par 1 internautes
Emmanuel Macron accueilli par le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo le 26 juin 2019
Emmanuel Macron accueilli par le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo le 26 juin 2019 ( LUDOVIC MARIN / POOL/AFP )

Au premier jour de sa visite au Japon, Emmanuel Macron a défendu mercredi l'alliance Renault - Nissan, qu'il a appelée à devenir "plus forte" malgré les vives tensions entre les deux constructeurs automobiles.

"L'alliance Renault-Nissan est évidemment un fleuron auquel nous tenons beaucoup", a affirmé le chef de l'Etat dès son arrivée sur l'archipel pour sa première visite officielle. Avant de souhaiter que "tout le monde soit pleinement engagé" pour faire vivre et prospérer cet ensemble ébranlé par l'arrestation il y a sept mois de son emblématique patron Carlos Ghosn.

Il s'exprimait à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre Shinzo Abe, qui l'a reçu dans ses bureaux avant un dîner avec leurs épouses dans un quartier branché de la capitale. Mais, contrairement à son hôte, M. Abe n'a pas dit un mot sur cette question, illustrant la différence d'approche en public entre son gouvernement et l'Etat français, qui détient 15% du capital de Renault.

Pour Emmanuel Macron, "c'est ensemble" que Français et Japonais doivent désormais "développer les synergies et les alliances, dans tous les sens du terme" afin de rendre l'alliance "plus forte face à la concurrence internationale". Il n'a pas évoqué le projet de fusion, actuellement à l'arrêt, entre Renault et le groupe Fiat Chrysler, qui a heurté Nissan.

Emmanuel Macron a en revanche refusé de commenter le cas personnel de Carlos Ghosn car "il n'appartient pas au président de la République française de venir s'immiscer publiquement" dans une affaire judiciaire. Inculpé par la justice japonaise pour dissimulation de revenus dans des documents boursiers et détournements de fonds de Nissan, l'ex-patron tout puissant est actuellement assigné à résidence à Tokyo en attente de son procès.

"Ligne rouge"

Emmanuel Macron et le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo le 26 juin 2019
Emmanuel Macron et le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo le 26 juin 2019 ( LUDOVIC MARIN / POOL/AFP )

Au cours de leur rencontre, MM. Abe et Macron ont également cherché à rapprocher leurs positions avant le sommet du G20, qui s'ouvre vendredi à Osaka dans un climat international tendu par la crise diplomatique entre les Etats-Unis et l'Iran et par le bras de fer commercial sino-américain. Dans les deux cas, Tokyo, qui préside le G20 cette année, et Paris, à la tête du G7, se posent en médiateurs.

Sur le commerce, Emmanuel Macron a appelé à "sortir par le haut" des "tensions très fortes entre les Etats-Unis et la Chine". La solution n'est pas, selon lui, "dans des accords bilatéraux", "dans le contournement des règles internationales" ou "dans le protectionnisme" mais "dans la modernisation du cadre multilatéral de commerce".

Il a en revanche tracé "une ligne rouge" sur le climat, affirmant que la France ne signerait pas la déclaration du G20 si celle-ci ne défendait pas "l'ambition climatique".

Selon des informations de presse, le projet de déclaration préparé par la présidence japonaise du G20 a été édulcoré sur le climat pour être acceptable par les Etats-Unis, qui ont annoncé leur sortie de l'accord de Paris sur le climat conclu en 2015.

Reçu par l'empereur

Sur l'Iran, MM. Abe et Macron veulent "éviter une escalade dangereuse", selon l'Elysée, entre Washington et Téhéran, où s'est récemment rendu le Premier ministre japonais sans grand succès.

Emmanuel Macron s'est entretenu mardi au téléphone avec son homologue iranien Hassan Rohani et entend "avoir d'autres échanges sur les questions du nucléaire iranien et des crises régionales" en marge du G20, a précisé l'Elysée.

Avec M. Abe, Emmanuel Macron a signé un nouveau plan d'action à cinq ans destiné à mettre en place "des coopérations plus fortes et plus concrètes" entre les deux pays dans les domaines économique, environnemental, sécuritaire et culturel.

Un accent particulier est mis sur la coopération dans la zone indo-pacifique où le Japon comme la France, qui y possède plusieurs territoires ultra-marins, s'inquiètent des ambitions chinoises.

"Avec le Japon, l'Inde, l'Australie, la Nouvelle Zélande" et d'éventuels autres pays, "la France doit être un acteur de l'équilibre" dans cette immense zone afin de "nous assurer qu'il n'y a pas d'hégémonie dans cette région", a expliqué Emmanuel Macron.

Il a rappelé que cette préoccupation était "totalement légitime pour la France", qui, avec la Nouvelle-Calédonie, Mayotte, la Réunion et la Polynésie, a "plus d'un million de Français et 8.000 soldats déployés" dans la zone indo-pacifique.

Jeudi, Emmanuel Macron aura l'honneur d'être le deuxième dirigeant étranger, après Donald Trump, à être reçu par le nouvel empereur Naruhito dans son palais.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 22/07/2019

Halliburton bondit de 5,2 % à 22,87 dollars malgré la publication de résultats trimestriels contrastés. Au deuxième trimestre 2019, le groupe de services pétroliers a vu son bénéfice net…

Publié le 22/07/2019

Les cotations ont débuté aujourd’hui sur le « STAR market », le nouvel indice chinois inspiré du Nasdaq américain. La plateforme dédiée aux entreprises technologiques se situe à la Bourse…

Publié le 22/07/2019

Edenred sera sur le pont demain avec la publication de ses résultats semestriels...

Publié le 22/07/2019

Le groupe Crédit Agricole a joué un rôle important en tant que prêteur dans la transaction...

Publié le 22/07/2019

Elisabeth Borne au ministère de l'Ecologie à Paris le 17 juillet 2019 ( Alain JOCARD / AFP/Archives )La ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne a appelé lundi les opérateurs de…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/07/2019

COVIVIOLe groupe foncier publiera (après Bourse) ses résultats du premier semestreEDENDREDLe spécialiste des tickets restaurants publiera (avant Bourse) ses résultats du premier…

Publié le 22/07/2019

13h00Prévisions économiques mondiales du FMI16h00 aux Etats-UnisReventes de logements pour le mois de juin16h00 en zone euroIndice de confiance du consommateur (première estimation) pour le mois de…

Publié le 22/07/2019

Halliburton bondit de 5,2 % à 22,87 dollars malgré la publication de résultats trimestriels contrastés. Au deuxième trimestre 2019, le groupe de services pétroliers a vu son bénéfice net…

Publié le 22/07/2019

Bonne affaire en vue ?

Publié le 22/07/2019

Casino gagne 1,05% à 32,83 euros à la Bourse de Paris après avoir annoncé la cession de sa filiale Vindémia, au distributeur GBH pour une valeur d'entreprise de 219 millions d'euros. Le groupe…