En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 481.98 PTS
-0.22 %
5 469.00
-0.25 %
SBF 120 PTS
4 385.97
-0.25 %
DAX PTS
12 377.79
-0.43 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
+0.00 %
1.176
+0.13 %

A la FNSEA, un dirigeant bio qui ne condamne pas les produits chimiques

| AFP | 1433 | Aucun vote sur cette news
Loic Guines s'exprime en août 2016 lors d'une manifestation pour soutenir les producteurs laitiers
Loic Guines s'exprime en août 2016 lors d'une manifestation pour soutenir les producteurs laitiers ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP/Archives )

Président en Ille-et-Vilaine du principal syndicat agricole français, la FNSEA, souvent dénigrée pour son productivisme, Loïc Guines a commencé au printemps sa conversion au bio. "Pas sectaire", il refuse cependant de mettre tous les produits chimiques "à la poubelle".

"Une question de rentabilité" : avec Loïc Guines, éleveur laitier de 55 ans à Saint-Marc-sur-Couesnon (Ille-et-Vilaine), il n'y a pas de faux-semblant. S'il est passé au bio, ce n'est pas par conviction écologique mais par souci économique.

"Il y a encore cinq ans, je disais : passer en bio, moi jamais!", raconte-t-il, devant sa ferme au cœur de la verdoyante vallée du Couesnon, avec ses versants boisés et ses prairies inondables.

Le virage ne date pourtant pas du printemps dernier. C'est il y a vingt ans qu'avec son frère Jean-Philippe, 47 ans, ils ont "changé leur fusil d'épaule", en adoptant un système de production moins intensif.

Installés sur de mauvaises terres, ils ont réduit les surfaces de maïs pour nourrir leur centaine de vaches Prim'Holstein essentiellement à base d'herbes, comme la luzerne ou le trèfle violet. Progressivement, plus grand chose ne les séparait de l'agriculture bio.

Jean-Philippe était prêt à sauter le pas il y a deux ans. Mais, plus prudent, Loïc Guines voulait conserver les quelques "béquilles artificielles" de l'agriculture conventionnelle.

Finalement, "on s'est dit qu'on ferait mieux d'aller dans le bio, parce qu'on respecte pratiquement tout le cahier des charges, mais on n'a pas la rémunération", dit-il, bottes aux pieds, en sortant de la traite. L'écart de prix entre le lait bio et le conventionnel avoisine les 120 euros la tonne de lait, de quoi compenser largement la perte de rendement attendue.

- "Ils sont fous !"-

Armand Guines, 81 ans, n'a pas encouragé ses fils dans cette voie, lui qui a connu les mauvaises récoltes de l'après-guerre, puis le développement des premiers engrais chimiques et autres produits phytosanitaires, qui lui ont sauvé de nombreuses récoltes.

"Au début, c'était un peu raide pour lui", reconnaît Loïc Guines. Avec le bio, "il s'est dit : là, ils sont fous !", ajoute celui qui est depuis 2012 responsable départemental de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles).

Plutôt réputée pour son soutien à l'agriculture intensive, la FNSEA compte aujourd'hui environ 10% d'agriculteurs bio au sein de ses 212.000 adhérents, selon son vice-président Étienne Gangneron, lui-même passé au bio il y a 22 ans.

"C'est bien d'avoir un président bio en Bretagne, car c'est une région qui a été très critiquée par rapport à son agriculture intensive, à son productivisme", se félicite M. Gangneron.

Cette conversion fait quand même grincer quelques dents chez les écologistes. René Louail, ancien conseiller régional EELV et membre de la Confédération paysanne, y voit le signe d'un "double discours". "Ce sont les mêmes qui nous ont flingués pendant 40 ans. Ils ont condamné tout ceux qui faisaient une agriculture différente du système intensif", déplore-t-il.

Loïc Guines, qui vend son lait à Agrial, l'un des principaux groupes coopératifs agricoles français, assume ce qui peut ressembler à un grand écart pour certains. "Je ne peux pas aujourd'hui dire: tout le conventionnel est à jeter aux orties", dit l'éleveur, qui se revendique "ouvert, pragmatique", "pas sectaire". "Il ne faut pas mettre tout le chimique à la poubelle", poursuit-il. "Les produits phytosanitaires, c'est comme les antibiotiques, c'est pas automatique."

Tête de liste de la FNSEA aux élections à la Chambre d'agriculture, avec quatre agriculteurs bio en colistiers, ce père de trois filles pense même pouvoir susciter quelques vocations. "Les collègues, ils vont plus me croire moi, que le gars borné bio", dit-il.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

'Shadow of the Tomb Raider' de Square Enix sur PS4 arrive en tête...

Publié le 24/09/2018

D'un point de vue graphique, le titre s'extirpe par le haut d'une figure de consolidation, dite en biseau descendant, en place depuis le point haut du 22 mai. Du côté des indicateurs techniques, le…

Publié le 24/09/2018

Sky grimpe à Londres ce jour...