5 372.38 PTS
+0.08 %
5 371.00
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 288.39
+0.13 %
DAX PTS
12 991.28
+0.01 %
Dowjones PTS
23 328.63
+0.71 %
6 108.82
+0.27 %
Nikkei PTS
21 457.64
+0.04 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

A l'Elysée, Macron écoute les revendications d'un monde agricole en crise

| AFP | 435 | 3 par 1 internautes
Le président Emmanuel Macron au palais de l'Elysée à Paris, le 16 juillet 2017
Le président Emmanuel Macron au palais de l'Elysée à Paris, le 16 juillet 2017 ( STEPHANE MAHE / POOL/AFP/Archives )

Les représentants d'un monde agricole en crise ont présenté lundi à l'Elysée leurs doléances au président Emmanuel Macron, en espérant que les Etats généraux de l'Alimentation lancés fin juillet leur permettent de sortir de l'ornière.

Ces rencontres sont intervenues dans un contexte tendu, quelques semaines après le lancement de ces Etats généraux qui doivent permettre notamment une répartition de la valeur plus favorable aux producteurs face à la grande distribution ou aux transformateurs.

La tension était encore montée d'un cran il y a une dizaine de jours, après un arbitrage du gouvernement sur les aides européennes, très contesté par l'ensemble du monde paysan, y compris la FNSEA, absente lundi parce que déjà reçue le 18 juillet dernier.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, avait annoncé le transfert d'une partie des aides européennes du "pilier 1" de la politique agricole commune (aides à l'hectare) vers le "pilier 2" (développement rural, aide à l'agriculture de montagne, installation des jeunes agriculteurs, aide à la bio).

"Ca s'est bien passé", a-t-on indiqué à l'Elysée. La plupart des visiteurs de la matinée ont loué un président "à l'écoute" et qui "maîtrisait son sujet".

"Pour l'aliment de base, qui est le pain, nous sommes à 3,4 centimes de blé dans un euro de baguette", a déclaré Bernard Lannes, président de la Coordination rurale, qui a réclamé la mise en place d'une meilleure traçabilité de l'origine des produits agricoles, mais également une "traçabilité de la marge pour que le consommateur devienne un +consomm'acteur+".

Devant le président, il a estimé que les Etats généraux de l'Alimentation ne pourraient "réorienter l'alimentation" que si on modifie la PAC (politique agricole commune européenne), portée par un commissaire européen à l'Agriculture Phil Hogan "ultra-libéral".

L'entourage du président a indiqué que ce dernier souhaitait "agir en amont des prochaines négociations commerciales, notamment au niveau européen avec la PAC, pour permettre un meilleur partage de la valeur ajoutée et permettre aux agriculteurs de vivre de leur métier".

- "Des revenus plus décents" -

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, à l'ouverture des Etats généraux de l'alimentation le 20 juillet 2017
Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, à l'ouverture des Etats généraux de l'alimentation le 20 juillet 2017 ( Martin BUREAU / AFP/Archives )

Emmanuel Macron, absent lors de leur ouverture, a "réaffirmé son ambition autour des Etats généraux", qualifiés de "chantier prioritaire", et informé ses interlocuteurs qu'il "présenterait lui-même les conclusions de la phase 1 sur la création et la répartition de la valeur à la mi-octobre", a indiqué l'Elysée.

Avant cela, il s'est engagé, selon les représentants du monde paysan, à les revoir fin septembre.

"Les agriculteurs qui produisent de la qualité sont peu aidés par la PAC et produisent une alimentation pour les riches et les agriculteurs qui se gavent d'aides produisent une alimentation bas de gamme pour les pauvres", a dénoncé le porte-parole de la Confédération paysanne, Laurent Pinatel, contestant ainsi les derniers arbitrage de répartition des aides PAC, pas assez favorables, selon lui, aux agriculteurs bio et le système dans son ensemble.

M. Pinatel a souhaité "une loi qui impose à la grande transformation, à la grande distribution, de répartir (l)es marges en fonction des coûts de production. Le droit au revenu des paysans, c'est quelque chose qui doit être inscrit dans la loi".

M. Macron s'est, selon lui, montré "ouvert à une réouverture de la loi LME", qui régit les négociations commerciales entre distributeurs et industriels.

Les Etats généraux de l'Alimentation doivent permettre de "rééquilibrer un peu tout ça, redonner des revenus un peu plus décents aux agriculteurs", a également plaidé Jérémy Decerle, président de Jeunes agriculteurs.

Appelant M. Macron à enrayer le déclin démographique d'un secteur économique en panne d'"attractivité", où la moitié des agriculteurs gagne moins de 350 euros par mois, il lui a rappelé que la France avait perdu un quart de ses paysans au cours des dix dernières années.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/10/2017

Orège a annoncé ses comptes pour le 1er semestre 2017 clos fin juin...

Publié le 20/10/2017

                                               Communiqué de Presse   Voisins le Bretonneux, le 17 octobre 2017   Activité…

Publié le 20/10/2017

Paypal évolue sur ses plus hauts depuis son entrée en Bourse en juillet 2015. L’action du spécialiste du paiement en ligne progresse de 4,89% à 70,58 dollars à la faveur d’une performance…

Publié le 20/10/2017

  DESCRIPTIF PROGRAMME DE RACHAT D'ACTIONS AUTORISE PAR L'ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DES ACTIONNAIRES DU 27 JUIN 2017   Paris, le 20 octobre 2017   Conformément aux…

Publié le 20/10/2017

WORLDLINELe spécialiste des systèmes de paiements publiera son chiffre d'affaires du troisième trimestre.source : AOF

CONTENUS SPONSORISÉS