5 289.86 PTS
-
5 259.5
-0.53 %
SBF 120 PTS
4 239.49
-
DAX PTS
12 487.90
-
Dowjones PTS
24 964.75
-1.01 %
6 779.69
+0.00 %
Nikkei PTS
21 906.98
-0.08 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

"A bout", les personnels des maisons de retraite en grève

| AFP | 392 | Aucun vote sur cette news
Manifestation d'employés d'EHPAD, le 30 janvier 2018 à Lyon
Manifestation d'employés d'EHPAD, le 30 janvier 2018 à Lyon ( JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP )

Ils se disent "cassés", "usés", "à bout". Des personnels au chevet des personnes âgées sont en grève mardi partout en France pour réclamer davantage de moyens afin de s'occuper "dignement" des aînés, une mobilisation inédite soutenue par des familles de résidents des maisons de retraite.

A l'appel d'une large intersyndicale (CGT, CFDT, FO, Unsa, CFTC, CFE-CGC et SUD), avec le soutien de l'association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et d'associations de retraités, des débrayages sont prévus dans des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et dans des services d'aide et de soins à domicile.

Des rassemblements sont organisés sur tout le territoire, par exemple à Nantes et Lyon (environ 600 participants dans chacune de ces villes selon la police), à Strasbourg (près de 500), à Limoges (200 à 300), à Marseille (entre 100 et 200), à Nice (une centaine) ou encore à Lille.

Par manque d'effectifs, Sabrina Palagonia, 29 ans, aide-soignante à l’Ehpad de Cimiez (CHU de Nice), a vu les conditions de travail se dégrader depuis son arrivée il y a six ans, avec des répercussions sur les personnes âgées. "Normalement c’est une douche par semaine, mais par manque de personnel certains pensionnaires sont parfois sans prendre de douche pendant deux à trois semaines".

Hella Kherief, ex-aide-soignante à Marseille, dénonce une "maltraitance sournoise" due à "un manque de moyens permanent". "On n'a plus le temps de parler aux gens, on n'arrive plus à avoir de communication".

Serge Dalorso, dont la mère de 86 ans, est résidente d'un Ehpad marseillais, est venu "par solidarité" avec des personnels qui n'ont "pas le temps" de s'occuper de sa mère "avec décence, avec humanité". Tout comme Christian Cabanes, 63 ans, et sa soeur Josette, à Nice, dont la maman de 98 ans "souffre" de ces conditions détériorées.

Les Ehpad
Les Ehpad ( Sophie RAMIS / AFP )

A Paris, un rassemblement est prévu à 14H00 devant le ministère des Solidarités et de la Santé, où une délégation doit être reçue.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a évoqué mardi "une violence institutionnelle", subie à la fois par les personnes âgées et les personnels des maisons de retraite médicalisées.

- "Situation explosive" -

Depuis plusieurs mois, les personnels réclament "davantage de moyens humains pour plus de dignité". En 2017, une centaine de grèves dans des Ehpad ont été recensées, dont la plus médiatique, aux Opalines à Foucherans (Jura), a duré près de trois mois.

Manifestation de personnels au service des personnes âgées, le 30 janvier 2018 à Quévert dans les Côtes-d'Armor
Manifestation de personnels au service des personnes âgées, le 30 janvier 2018 à Quévert dans les Côtes-d'Armor ( DAMIEN MEYER / AFP )

"On a entre 12 et 15 toilettes à faire par matinée, on n'a plus de temps d'écoute, de sorties... Ceux qui peuvent encore marcher, on les met dans un fauteuil, ça va plus vite. Pour faire manger les résidents, c'est un à chaque bras", avait témoigné jeudi Sandrine Ossart (CGT), aide-soignante à Nantes depuis 26 ans, "à bout".

Pour elle, cette journée de mobilisation "attendue depuis dix ans" sera l'occasion "de dire qu'on est cassés, usés". Des témoignages similaires sont apparus sur twitter avec le mot-dièse #balancetonEhpad.

La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a assuré mardi matin comprendre la colère et "l'épuisement" des personnels. Ces dernières années, "les besoins en personnel ont augmenté sans que forcément les financements suivent", a-t-elle concédé, rappelant que "les personnes âgées qui arrivent en Ehpad sont de plus en plus dépendantes".

En octobre déjà, des représentants syndicaux avaient adressé une lettre à Emmanuel Macron pour lui signaler une "situation explosive".

Deux revendications dominent: l'application d'un ratio d'un agent par résident, contre 0,6 en moyenne actuellement, et l'abrogation d'une réforme contestée du financement, qui prévoit de faire converger progressivement jusqu'en 2023 les dotations aux Ehpad publics et privés.

Cette dernière va "aggraver davantage la situation financière des Ehpad publics" et conduire à des "suppressions de postes", affirment les grévistes.

Agnès Buzyn avait annoncé la semaine dernière le déblocage de 50 millions d'euros supplémentaires pour les établissements en difficulté, somme jugée insuffisante par les syndicats.

Près de 600.000 personnes vivent aujourd'hui dans l'un des 7.200 Ehpad, selon le ministère de la Santé. 400.000 personnes y travaillent.

La gauche (NPA, PS, Insoumis) ainsi que LR ont apporté leur soutien au mouvement.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2018

Gaussin précise leurs modalités financières et le calendrier de réalisation...

Publié le 20/02/2018

"Nous abordons 2018 avec confiance et détermination tout en restant très vigilants sur les évolutions de nos marchés à court terme", dit Christel Bories, PDG du Groupe Eramet...

Publié le 20/02/2018

Drive & Share s'adresse à ceux qui souhaitent bénéficier de la flexibilité que procure la possession d'une voiture, mais qui n'ont pas besoin de l'utiliser régulièrement...

Publié le 20/02/2018

En particulier, 1,71 MdE de travaux vont échoir à Eiffage...

Publié le 20/02/2018

Cette opération s'inscrit dans la stratégie du Groupe BPCE de recentrage dans les secteurs et zones prioritaires de développement...

CONTENUS SPONSORISÉS