En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.01 %

À Bessé-sur-Braye, la peur du vide en cas de fermeture de l'usine Arjowiggins

| AFP | 606 | Aucun vote sur cette news
Sur les grilles de l'usine d'ArjoWiggins à Besse-sur-Braye (Sarthe), le slogan peint sur une bâche
Sur les grilles de l'usine d'ArjoWiggins à Besse-sur-Braye (Sarthe), le slogan peint sur une bâche "Arjo fermée = région sinistrée" le 20 février 2019 ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP )

"On ne dort plus": à l'image du maire de Bessé-sur-Braye, tout un village et une région enclavée de la Sarthe sont suspendus au sort de l'usine du papetier Arjowiggins, en redressement judiciaire, un nouveau dossier emblématique de la désindutrialisation des territoires reculés.

Bessé-sur-Braye: 2.200 habitants. Usine Arjowiggins de Bessé: près de 600 salariés. Située à une heure de voiture du Mans, de Tours et de Blois, cette énorme fabrique de papier née au début du XIXe semble presque incongrue au milieu d'un village dominé par un château.

"Dans les chaînes, c'est le désespoir, car ici, on est loin de tout. Si ça ferme...", soupire Pascal Daguenet, 59 ans - dont 35 années passées chez "Arjo" - à la sortie de l'usine qui ne tourne plus qu'au ralenti.

Sur les grilles de l'usine, le slogan peint sur une bâche "Arjo fermée = région sinistrée" illustre les nuages noirs pesant sur le site qui produit du papier haut de gamme pour les magazines, des cartes à jouer ou encore du papier servant aux étiquettes dans l'alimentation.

L'usine d'ArjoWiggins à Besse-sur-Braye (Sarthe) le 20 février 2019
L'usine d'ArjoWiggins à Besse-sur-Braye (Sarthe) le 20 février 2019 ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP )

Alors que cette usine de la division Arjowiggins Graphic a été placée début janvier en redressement judiciaire, la reprise n'a pas attiré les foules: seul un repreneur, le groupe THLF, a finalement fait part de son intérêt, avec le 6 mars comme date butoir pour déposer l'offre. "C'est du 50/50", veut croire Philippe Abraham, délégué CGT, interrogé sur les chances de reprise.

Pour expliquer cette situation, certains pointent la hausse du prix de la pâte à papier, d'autres l'évolution de la société qui fait désormais la part belle au numérique tandis que certains critiquent l'actionnaire Sequana.

Au restaurant tout proche "La Gare", on ressent déjà les conséquences d'une production quasiment atone et du chômage partiel touchant une partie du personnel. "On n'avait jamais eu de journées à trente couverts comme aujourd'hui", lance dépité le tenancier, non loin d'affichettes de soutien à "Arjo" sur le mur à côté de publicités pour des brocantes et des clubs sportifs.

"Il y avait beaucoup d'intervenants, de sous-traitants. Si Bessé ferme, c'est catastrophique, c'est l'usine du coin", explique une employée du restaurant.

"tsunami social"

Manifestation au Mans le 20 février 2019 en soutien à l'usine du papetier Arjowiggins, en redressement judiciaire
Manifestation au Mans le 20 février 2019 en soutien à l'usine du papetier Arjowiggins, en redressement judiciaire ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP )

Les rares commerces ouverts de la rue principale, qui pourrait orner un livre de photographie de Depardon, s'attendent eux aussi au pire. "Tout le monde travaille avec l'usine", explique Antoine, opticien, habitué à fournir des lunettes de protection aux ouvriers. En raison de l'implantation du papetier, le village est bien fourni en équipements, avec un collège, des courts de tennis ou encore une piscine couverte. "Si ça ferme, est-ce que le collège sera justifié ?" s'interroge-t-il.

En outre, on sent poindre un dépit chez les salariés du peu de cas réservé à leur sort par les médias. "PSA à Aulnay ou Goodyear à Amiens on en parlait beaucoup car ce sont des marques connues du grand public alors que nous on fait du B to B (qui s'adresse aux professionnels, ndlr), on vend à des imprimeurs principalement", explique Bruno Leconte, qui travaille au service informatique.

Manifestation au Mans en soutien à l'usine ArjoWiggins le 20 février 2019
Manifestation au Mans en soutien à l'usine ArjoWiggins le 20 février 2019 ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP )

"À Jouy-sur-Morin (un site en Seine-et-Marne, ndlr), les gars d'Arjowiggins Security ont fait parler d'eux car ils ont un avantage, si l'on peut dire, ils peuvent faire brûler du papier pour carte grise. Nous malheureusement si on fait brûler des ramettes de papier, ça ne fait pas beaucoup de bruit..."

Pour les élus, la situation est d'autant plus difficile à accepter que certains signaux encourageants étaient apparus. "C'est tombé d'un coup: on parlait de +réemplois+ et tout d'un coup on est en redressement judiciaire", dit le maire Jacques Lacoche qui a fait partie des 500 personnes qui ont manifesté mercredi au Mans pour la défense du site.

Pour Gilles Leproust, conseiller départemental communiste, l'usine dispose d'un bon carnet de commandes. "On parle de tsunami social pour la région: le terme est adapté", dit-il gravement, alors que l'intersyndicale CGT/CFDT/CFE-CGC avance le chiffre de 3.000 emplois directs et indirects menacés en comptant les deux usines de la Sarthe (Bessé et Le Bourray, près du Mans).

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...