En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-
DAX PTS
11 341.00
-
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.140
-0.11 %

A Ascoval: "On a gagné une bataille mais pas la guerre!"

| AFP | 260 | Aucun vote sur cette news
Des salariés d'Ascoval à Saint-Saulve le 31 octobre 2018
Des salariés d'Ascoval à Saint-Saulve le 31 octobre 2018 ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP )

Pas de cris de joie mais du soulagement, mêlé encore de scepticisme. Rassemblés devant leur aciérie en sursis, les salariés d'Ascoval ont appris par l'AFP que le cabinet d'expertise jugeait le projet de reprise "crédible et viable"... mais, pour eux, "ce n'est pas fini".

"On a gagné une bataille, mais pas la guerre !", a réagi David Chapuy, 43 ans, en découvrant les premières déclarations de l’État et des experts indépendants.

A la mi-journée, aucune information de leurs représentants syndicaux, réunis autour de la table avec le gouvernement à Paris, ne leur est encore parvenue. Les yeux rivés sur le portable, ils cherchent des informations sur internet.

Plusieurs participants font savoir que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire juge désormais "solide" l'offre de reprise de leur usine de 281 salariés par Altifort. Et le projet du groupe franco-belge est "crédible et viable", selon le diagnostic des experts.

"C'est super, Roland Berger est un cabinet spécialisé. C'est une reconnaissance de notre travail. Si l'avis avait été négatif, c'était mort", assure Bruno Ribals, entré chez Vallourec en 1996 et aujourd'hui chargé des achats de matières premières. "Maintenant, les gars veulent du concret, des chiffres, des dates. Dire que c'est en bonne voie, ça ne suffit pas (...) Ce n'est pas fini".

- Reprise du travail lundi -

Des salariés d'Ascoval à Saint-Saulve le 31 octobre 2018
Des salariés d'Ascoval à Saint-Saulve le 31 octobre 2018 ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP )

Une grosse cinquantaine de salariés, installés par petits groupes à l'entrée du site bloqué par des palettes de bois, n'en savent pas encore plus et attendent le retour de Bercy de l'intersyndicale.

Car si Bruno Le Maire a affirmé qu'il y avait "une chance" pour sauver le site, ses déclarations ne convainquent pas encore tous les sidérurgistes.

"Il y a encore beaucoup de scepticisme", souligne, circonspect, Gérard Del Tufo, délégué CFDT. "Il faut voir les conditions" de reprise, "il faut des commandes fermes. Pour le moment, on n'a pas de garanties."

Sébastien Bourgard, lui, "se sent baladé par le gouvernement". "On est 280, et on a chacun un sentiment différent". La question pour lui, c'est de savoir "combien de temps on va durer en cas de reprise".

"C'est comme un commerce, quand tu l'ouvres, tu ne sais pas combien de temps il va tenir...", le coupe Salvatore Benedetti, délégué du personnel assis à côté de lui, tandis que le nuage de fumée noire que dégagent les pneux enflammés sur le rond-point les recouvre momentanément. "Il faut laisser une chance à Altifort !"

Il leur aura fallu attendre le retour de la délégation syndicale vers 17h00 pour en savoir plus et tenir une assemblée générale dans l'usine, loin de la presse.

Une assemblée générale qui a duré près de deux heures et qui a finalement décidé de remettre l'usine en route et de reprendre le travail lundi dès 6h00, pour quatre à cinq semaines, soit le temps demandé par Bruno Le Maire pour "régler les sujets qui sont sur la table".

"On nous ouvre une chance, on ne peut pas la laisser passer. Il faut aller jusqu'au bout", a déclaré le porte-parole de la coordination syndicale et délégué CFDT Bruno Kopczynski, assurant que la décision a été prise à "l'unanimité".

"La réunion a été assez difficile", a réagi à l'issue de l'AG vers 19h00 M. Chapuy, affirmant que tous n'étaient pas "forcément" d'accord avec la décision. "On veut essayer de garder notre emploi. Si on continuait le blocage, on condamnait notre usine".

"C'est une avancée, mais on n'a rien de concret dans l'immédiat. On a un projet viable mais il faut des garanties derrière. Sans Vallourec, c'est pas évident", selon Pascal Wardin, technicien de maintenance au sein du groupe depuis 1982, qui a néanmoins "confiance".

Selon plusieurs salariés sur place, un potentiel client italien visitait l'aciérie mercredi et un autre est venu dimanche. "Il va falloir remonter nos manches et montrer à Vallourec qu'on n'a pas besoin d'eux", ajoute Salvatore Benedetti.

Derrière lui, le panneau "Vallourec" est complètement carbonisé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/11/2018

Une balance de la justice ( LOIC VENANCE / AFP )Tribunaux engorgés, prisons surpeuplées: l'Assemblée entame lundi l'examen de la réforme de la justice, qui entend adapter l'institution au XXIe…

Publié le 18/11/2018

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, confronté à une crise politique, s'exprime à Tel-Aviv lors d'une déclaration télévisée et devant la presse, le 18 novembre 2018 ( Jack…

Publié le 18/11/2018

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, confronté à une crise politique, s'exprime à Tel-Aviv lors d'une déclaration télévisée et devant la presse, le 18 novembre 2018 ( Jack…

Publié le 18/11/2018

La ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault à l'Assemblée nationale, le 24 octobre 2018 à Paris ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )Emmanuel Macron a écrit à "tous les maires"…

Publié le 18/11/2018

La Première ministre britannique Theresa May quitte le 10, Downing Street, le 16 novembre 2018, à Londres ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives )La Première ministre britannique, Theresa May,…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

L'opération SQLI s'effectue au prix de 18 euros par action...

Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse d'Aedifica (une société immobilière réglementée publique de droit belge, cotée sur Euronext Brussels), relatif à un rachat…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…