En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 860.88 PTS
+0.22 %
5 854.0
+0.11 %
SBF 120 PTS
4 613.14
+0.17 %
DAX PTS
13 146.74
+0.58 %
Dow Jones PTS
27 911.26
+0.11 %
8 395.19
+0.49 %
1.113
+0.4 %

5G: l'État annonce le prix minimum, accueilli fraîchement par les opérateurs

| AFP | 510 | 5 par 1 internautes
Les opérateurs télécoms connaissent désormais la totalité des conditions d'attribution des fréquences utilisées pour le déploiement de la 5G
Les opérateurs télécoms connaissent désormais la totalité des conditions d'attribution des fréquences utilisées pour le déploiement de la 5G ( STEFAN WERMUTH / AFP/Archives )

Après quelques semaines de retard, les opérateurs télécoms connaissent désormais la totalité des conditions d'attribution des fréquences utilisées pour le déploiement de la 5G, avec l'annonce par le gouvernement du prix minimum.

Dans le quotidien économique Les Échos, la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et de Finances, Agnès Pannier-Runacher, a annoncé dimanche que le prix de réserve était fixé à 2,17 milliards d'euros pour la totalité des fréquences mises à disposition.

Un montant qu'elle qualifie de "très attractif", proche du 1,5 milliard d'euros demandé par l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep), qui militait pour un prix de réserve assez bas afin de permettre à tous les opérateurs de concourir.

Pourtant, pour les opérateurs, on est loin de la philosophie espérée, ces derniers souhaitant avoir un montant minimal à payer en échange d'obligations de couverture du territoire plus draconiennes.

Une approche qui avait prévalu il y a un peu d'un an, lors du "new deal mobile", pour lequel l'Etat avait prolongé la durée d'attribution de plusieurs fréquences, sans passer par les enchères, en échange d'une meilleure couverture en 4G, en particulier dans les zones blanches.

"Nous sommes dans une équation inédite avec des opérateurs qui n'ont jamais eu autant d'obligations d'investissement et un montant potentiellement engagé dans les fréquences aussi important. Cette équation n'est pas cohérente avec ce qui a été avancé ces derniers mois par le gouvernement", a estimé le président de la Fédération française des télécoms, Arthur Dreyfuss, interrogé par l'AFP.

Concrètement, les quatre opérateurs disposant d'un réseau en propre, Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR, débourseront dans un premier temps 350 millions d'euros chacun pour bénéficier d'un premier bloc de 50 mégaHertz (MHz) de fréquences, soit une première rentrée de 1,4 milliard d'euros pour l’État.

Puis le reste des fréquences disponibles sera mis aux enchères, pour un montant minimal de 70 millions d'euros par bloc de 10 MHz, pour un total de 110 MHz disponible.

Un modèle qui pourrait amener les opérateurs à dépenser au bout du compte bien plus que les 2,17 milliards d'euros du prix de réserve fixé par le gouvernement.

Grise mine chez les opérateurs

"La procédure est étrangement tournée", avait déclaré vendredi un analyste du marché à l'AFP, "elle présente toutes les conditions pour faire monter les enchères assez haut car les opérateurs auront besoin de disposer de suffisamment de fréquences s'ils veulent être en mesure de proposer tout ce que la 5G doit apporter".

Les opérateurs "investissent 10 milliards d'euros chaque année pour apporter la fibre et la 4G à tous les Français", rappelle M. Dreyfuss, "dans un marché avec les prix d'abonnement les plus bas d'Europe et la fiscalité la plus importante".

Pour les opérateurs, difficile d'accepter de payer le prix fort pour les fréquences, comme ils avaient déjà dû le faire en 2016 pour obtenir la bande des 700MHz, pour ensuite devoir investir fortement dans le déploiement de leur réseau.

D'autant qu'ils restent dans le flou concernant les équipementiers qu'ils seront en mesure d'utiliser. Une donnée essentielle pour pouvoir commencer à mettre en place le réseau 5G.

Le gouvernement a voté une loi visant à améliorer encore la sécurisation des réseaux, donnant notamment un rôle accru à l'Agence nationale de la sécurité des systèmes informatiques (Anssi) puisque cette dernière validera chaque équipement installé.

En cause, les interrogations autour du géant chinois de télécoms, Huawei, accusé par les Etats-Unis de permettre aux services de renseignement chinois d'espionner les réseaux télécoms via les équipements du groupe, une accusation rejetée par Huawei et pour laquelle Washington n'a pas apporté de preuve.

Mais les décrets d'application n'ont toujours pas été publiés, empêchant les opérateurs de passer commande auprès des équipementiers, en vue des futurs déploiements.

"Quand nous investissons ce n'est pas pour 18 ou 24 mois mais pour 10 ou 15 ans, il est donc urgent que le gouvernement clarifie enfin sérieusement le sujet des équipementiers: si un équipementier était amené à être interdit, sur tout ou partie du territoire, la France prendrait des retards considérables", assure Arthur Dreyfuss.

En France, Bouygues Telecom et SFR sont les seuls opérateurs à utiliser des équipements Huawei pour leur réseau 4G.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2019

La Banque Centrale Européenne a notifié l'exigence de capital supplémentaire au titre du Pilier 2 (P2R - Pilier 2 obligatoire) à partir du 1er janvier...

Publié le 11/12/2019

Air France-KLM exploite actuellement une flotte de 159 appareils Airbus...

Publié le 11/12/2019

Le patron de la FAA prévient que la certification de l'appareil n'interviendra pas avant 2020 et non en décembre, comme l'espérait Boeing.

Publié le 11/12/2019

Les fonds provenant des nouveaux titres devraient entrer dans la constitution du capital réglementaire de niveau 1 de Scor...

Publié le 11/12/2019

Ce projet d'environ 160 ME a été livré en 18 mois seulement...