En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 447.44 PTS
+0.46 %
5 447.00
+0.46 %
SBF 120 PTS
4 358.59
+0.42 %
DAX PTS
12 765.94
+0.82 %
Dowjones PTS
25 186.65
+0.27 %
7 393.63
-0.14 %
Nikkei PTS
22 794.19
+0.43 %

300 grandes entreprises surtaxées pour rembourser la taxe sur les dividendes

| AFP | 497 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire (d) et celui des Comptes publics Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire (d) et celui des Comptes publics Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )

Le gouvernement a finalement tranché: il va imposer aux 300 plus grandes entreprises françaises une surtaxe exceptionnelle pour rembourser une partie de la taxe sur les dividendes instaurée sous le quinquennat Hollande, mais invalidée par le Conseil constitutionnel.

Les entreprises concernées sont "uniquement les plus grosses entreprises, celles qui ont plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires", a détaillé mardi Bruno Le Maire, invité du journal télévisé de France 2.

Avec cette "surtaxe exceptionnelle" appliquée en 2017, sans doute présentée jeudi en Conseil des ministres dans un projet de loi de finances rectificative d'urgence, le gouvernement allègera de moitié sa propre facture, puisqu'il compte récupérer environ 5 milliards d'euros, a précisé Bercy à l'AFP.

Le ministre de l'Economie avait déjà dit ces derniers jours que sa priorité était de respecter sa promesse de réduire le déficit public à moins de 3% cette année, et qu'il comptait donc mettre les grandes entreprises à contribution pour rembourser les 10 milliards d'euros dus aux sociétés qui ont payé cette taxe de 3% sur les dividendes, instaurée en 2012.

"Je préfère tenir bien les comptes publics de la Nation. (...) Je préfère que notre voix française retrouve sa crédibilité" en Europe, a-t-il défendu.

Ce choix a été qualifié en revanche d'"injustice totale" dès lundi par le Medef, qui a critiqué cette volonté de l'Etat de "corriger sur les entreprises" une mesure d'un précédent gouvernement.

Selon l'organisation patronale, les banques seront particulièrement concernées par cette surtaxe exceptionnelle.

- "Sens civique" -

Dans le détail, les entreprises réalisant de 1 à 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires verront le taux de l'impôt sur les sociétés (IS) qu'elles payent passer cette année de 33% à 38%. Et celles dont le chiffre d'affaires dépasse les 3 milliards se verront appliquer un taux de 45% au lieu de 33%, a détaillé Bercy.

"J'ai conscience que je leur demande un effort considérable", mais "je fais appel à leur sens civique. Ce sont des entreprises qui se portent bien, qui ont de bons résultats", a défendu M. Le Maire.

Ayant qualifié à plusieurs reprises de "scandale d'Etat" la création de cette taxe sur les dividendes, finalement invalidée, il a saisi l'Inspection générale des finances (IGF) pour établir les responsabilités dans cette affaire et attend les résultats de cette enquête le 10 novembre, a-t-il précisé.

Mais il a déjà dédouané le président de la République Emmanuel Macron, pourtant secrétaire général adjoint de l'Élysée en charge de l'économie et de la fiscalité à l'époque des faits.

"Le président de la République a été le premier à vouloir la transparence sur les responsabilités", a plaidé mardi M. Le Maire.

La taxe sur les dividendes, reposant sur une contribution additionnelle à l'impôt sur les sociétés au titre des dividendes versés aux actionnaires, a été invalidée le 6 octobre par le Conseil constitutionnel, qui a jugé qu'elle induisait une "rupture d'égalité" devant l'impôt.

Le dispositif avait été critiqué dès sa mise en oeuvre par les entreprises concernées - pour l'essentiel de très grands groupes - qui avaient promis une série de recours juridiques. Une mise en demeure avait en outre été prononcée par la Commission européenne, dès l'année 2015.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

Forbes France a décerné à Esker le prix de la Croissance...

Publié le 18/07/2018

Deux résultats majeurs sont attendus par Cerenis d'ici la fin de l'exercice 2018...

Publié le 18/07/2018

Le chiffre d'affaires est de 10,17 millions d'euros HT...

Publié le 18/07/2018

L'Assemblée générale annuelle de Wedia approuve la nomination Mme Armelle Carminati-Rabasse...

Publié le 18/07/2018

Il sagit dune correction du communiqué 18:05 18.07.2018 CEST. Explication de la modification: Ajout de l'impact effet jour sur le T3 en commentaires. Pas de modification…