En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Washington met en garde ses alliés contre les risques liés au chinois Huawei

| AFP | 642 | Aucun vote sur cette news
Les autorités américaines ont lancé une vaste campagne pour dissuader des entreprises de téléphonie mobile et d'accès à internet dans des pays alliés d'utiliser les équipements du Chinois Huawei Technologies
Les autorités américaines ont lancé une vaste campagne pour dissuader des entreprises de téléphonie mobile et d'accès à internet dans des pays alliés d'utiliser les équipements du Chinois Huawei Technologies ( Greg Baker / AFP/Archives )

Les autorités américaines ont lancé une vaste campagne pour dissuader des entreprises de téléphonie mobile et d'accès à internet dans des pays alliés d'utiliser les équipements du Chinois Huawei Technologies, de crainte de donner à Pékin un accès à des informations sensibles, affirme vendredi le Wall Street Journal.

Des responsables gouvernementaux américains ont eu des réunions sur le sujet avec des homologues et des dirigeants d'entreprises de télécoms dans des pays où Huawei est déjà très implanté comme l'Allemagne, l'Italie ou encore le Japon, indique le quotidien, qui cite des sources anonymes ayant connaissance du dossier.

Les Etats-Unis envisagent également de fournir une aide financière aux pays qui choisiraient de développer leurs réseaux sans avoir recours aux Chinois.

L'une des principales inquiétudes, selon ces sources, réside dans la sécurisation des communications des installations militaires américaines à l'étranger comme en Allemagne, en Italie et au Japon, où les militaires font usage des réseaux de communication locaux même s'ils disposent de moyens propres pour les échanges les plus sensibles.

Richard Yu, PDG de Huawei le 16 octobre 2017 à Munich en Allemagne
Richard Yu, PDG de Huawei le 16 octobre 2017 à Munich en Allemagne ( Christof STACHE / AFP/Archives )

Cette initiative, qui reflète les inquiétudes qui prédatent largement l'administration Trump, risquent d'ajouter encore aux tensions déjà vives entre les deux pays, que ce soit sur le plan commercial ou militaire.

Les mises en garde américaines coïncident avec l'avènement de réseaux 5G qui permettront de décupler les accès mobiles et ultra-rapides à internet et connecter d'innombrables objets du quotidien.

C'est cette interconnexion qui inquiète et fait craindre aux Américains notamment que l'utilisation d'équipements chinois ne facilite l'espionnage voire permette aux autorités chinoises de perturber ou même d'interrompre les communications.

Pour autant, il n'est pas sûr que Washington soit réellement entendu, faute d'alternative crédible, même si aux Etats-Unis Huawei a été plus ou moins banni après qu'un rapport du Congrès l'a désigné comme un risque pour la sécurité nationale.

Huawei domine le marché mondial des équipements de télécommunication avec une part de 22% contre 13% au Finlandais Nokia et 11% au Suédois Ericsson, selon les chiffres du quotidien.

"Il n'y a qu'un seul véritable fournisseur de matériel 5G pour le moment et c'est Huawei", a résumé Neil McRae, le responsable de l'architecture réseau de l'opérateur britannique BT, lors d'un événement organisé par le fabricant chinois cette semaine à Londres.

Huawei a toujours assuré de son indépendance et affirmé qu'elle n'avait jamais utilisé ses équipements pour espionner ou saboter les communications dans les pays où ses équipements sont utilisés. Elle a réagi dans un communiqué aux informations du Wall Street Journal, dans lequel elle affirme bénéficier de la confiance de ses clients et "être surprise par le comportement du gouvernement américain".

"Il ne faudrait pas encourager un gouvernement à agir en dehors de sa juridiction", a souligné Huawei.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...