En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.51 PTS
+0.67 %
5 272.0
+0.81 %
SBF 120 PTS
4 196.33
+0.66 %
DAX PTS
12 011.04
+0.49 %
Dowjones PTS
25 557.25
+0.26 %
7 322.22
+0.20 %
1.120
+0.16 %

VivaTech: les start-up françaises foisonnent, mais ont encore du mal à grandir

| AFP | 226 | Aucun vote sur cette news
Le robot Pepper, lors du salon VivaTech de 2018 à Paris
Le robot Pepper, lors du salon VivaTech de 2018 à Paris ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Le salon des start-up VivaTech qui s'ouvre jeudi à Paris incarne le dynamisme incontestable des jeunes pousses en France, dont tous les indicateurs sont au vert... sauf un, celui de la capacité à devenir des poids lourds internationaux.

En terme d'investissements reçus des fonds de capital risque, les start-up françaises pointent nettement derrière le Royaume-Uni, mais au coude à coude avec l'Allemagne, selon les différents baromètres existants.

Selon un baromètre EY, les entreprises françaises ont ainsi levé 3,6 milliards d'euros de capital risque en 2018, contre 4,4 milliards pour les allemandes, et 7,4 milliards pour les britanniques.

Les start-up françaises bénéficient d'une attractivité technologique indéniable, estiment les experts.

Elles "sont souvent marquées par un très bon niveau de maturité technologique", souligne ainsi Antoine Bascheira, le patron d'Early Metrics, une agence de notation de start-up qui travaille pour les fonds d'investissement et les grands groupes.

Elles ont tendance à "être des sociétés relativement avancées, avec des produits stables assez tôt dans leur histoire, avec un bon niveau d'innovation, sur beaucoup de secteurs d'activité", ajoute-t-il en notant aussi que "les ponts entre la recherche publique et les start-up fonctionnent plutôt bien".

La France jouit d'une image "de prestige, de qualité" dans la technologie, associée à ce que ses ingénieurs ont été capables de faire dans l'industrie nucléaire, l'espace, ou les télécommunications, renchérit David Gurlé, le fondateur et patron de Symphony, qui commercialise un outil de messagerie cryptée pour professionnels.

Cette entreprise de 300 salariés née dans la Silicon Valley a choisi Sophia Antipolis près de Nice pour implanter l'un de ses centres de recherche et développement, avec aujourd'hui une trentaine de salariés.

A côté d'un capital technologique évident, la France offre aussi aux start-up, couvées par le pouvoir politique depuis François Hollande, un environnement favorable pour leurs premières années d'existence.

"Pôle Emploi permet à beaucoup d'entrepreneurs de se lancer tout en ayant des indemnités s'ils ont travaillé avant", rappelle Antoine Bascheira: "le financement des phases initiales fonctionne très bien".

Levées de fonds plus petites

Les régions multiplient les dispositifs d'aide aux start-up et Bpifrance, la filiale de la Caisse des dépôts chargée du financement de l'innovation, joue un rôle considérable pour leur apporter les premiers fonds.

En 2018, elle a investi 328 millions d'euros dans le capital de jeunes pousses.

Bpifrance constitue même le premier investisseur direct dans les start-up, devant Kima, le fonds de Xavier Niel, le fondateur de Free.

Mais son rôle d'investisseur s'avère en réalité bien plus important, puisqu'elle est également un "fond de fonds", c'est-à-dire qu'elle finance des fonds d'investissement qui vont à leur tour investir dans des entreprises.

En 2018, Bpifrance a ainsi mis près de 1 milliard d'euros dans ces fonds d'investissement.

Pourtant, malgré ce dynamisme, la France ne compte encore aucun grand champion international du numérique.

La France boucle beaucoup de levées de fonds, mais les montants des opérations restent en général plus petits qu'en Allemagne et qu'au Royaume-Uni.

Selon le baromètre EY, les levées de fonds supérieures à 50 millions d'euros représentaient seulement 749 millions d'euros cumulés en France l'année dernière, contre plus du double en Allemagne, et plus du triple au Royaume-Uni.

"Sur les trois piliers des talents, du financement, et des partenaires (grands groupes puissants), la France est un marché assez complet", ce qui n'incite pas vraiment les start-up à s'internationaliser rapidement, explique Antoine Bascheira.

"Une start-up israélienne n'a pas de marché local et ne peut réussir sur son seul marché national. Une start-up française peut bien réussir sur son propre marché pendant 3, 5, 6 ans...", explique-t-il.

La France a peut-être encore une vision trop conservatrice des affaires pour percer dans le numérique, souligne de son côté David Gurlé.

"C'est parfois mal vu de dire à une start-up +ne t'occupe pas de rentabilité, occupe-toi de ta croissance+", regrette-t-il.

Pourtant, "il y a des phases de croissance massive qui requièrent des capitaux bien au-delà des conditions d'équilibre financier", souligne-t-il.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/05/2019

Europacorp a dévoilé un chiffre d’affaires 2018/2019 (exercice clos le 31 mars) de 148,7 millions d'euros (hors activités cédées), soit une baisse de 33% par rapport à l’exercice 2017/2018,…

Publié le 24/05/2019

Les principales causes sont la baisse des cours du zinc et du plomb

Publié le 24/05/2019

NEOPOSTLe spécialiste de l'affranchissage du courrier publiera après Bourse son chiffre d'affaires du premier trimestre.source : AOF

Publié le 24/05/2019

Lumibird bondit en fin de séance, sur un gain de plus de 6% à 17,2 euros...