En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 430.68 PTS
+0.33 %
5 416.50
+0.43 %
SBF 120 PTS
4 297.68
+0.28 %
DAX PTS
11 720.98
+0.55 %
Dowjones PTS
25 914.10
+0.25 %
7 326.28
+0.00 %
1.135
+0.13 %

USA: les élus démocrates veulent rétablir la neutralité de l'internet

| AFP | 289 | Aucun vote sur cette news
La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (C), dévoile un projet de loi sur la
La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (C), dévoile un projet de loi sur la "neutralité du net", le 6 mars 2019 à Washington ( MANDEL NGAN / AFP )

Les élus démocrates au Congrès américain ont dévoilé mercredi un projet de loi visant à rétablir la "neutralité du net", qui obligerait les fournisseurs d'accès internet (FAI) à traiter tous les contenus en ligne de la même manière.

Le texte annule la décision de la Commission fédérale des communications (FCC), régulateur américain du secteur, qui s'était prononcée en 2017 pour la fin de ce principe voté deux ans auparavant.

Pour entrer en vigueur, il devra être approuvé à la Chambre des représentants et au Sénat, et ensuite obtenir une majorité suffisante dans les deux chambres pour surmonter un probable veto du président Donald Trump.

Ce texte va "stopper les pratiques injustes et discriminatoires" des fournisseurs d'accès, a assuré la présidente démocrate de la chambre des représentants, Nancy Pelosi, lors d'une conférence de presse.

"Les Américains ne veulent pas voir les coûts de l'internet augmenter", a renchéri le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer.

"S'ils montent un entreprise, ils veulent être au même niveau que les gros acteurs", a-t-il ajouté.

Les partisans de la "neutralité" craignent que les FAI fassent payer plus cher pour un débit plus rapide, ou bloquent certains services de fournisseurs d'accès concurrents, comme la vidéo à la demande, la téléphonie par internet ou les moteurs de recherche.

La neutralité de la toile, défendue notamment par les géants Amazon, Facebook ou Google, permet aux "militants de tous les bords politiques et aux petits créateurs de contenus d'avoir une chance équitable d'atteindre leur audience en ligne sans payer plus pour diffuser leurs contenus", a expliqué Chris Lewis, de l'organisation de consommateurs Public Knowledge.

La Commission des communications a toutefois suivi l'avis du gouvernement, qui estime au contraire que ce principe pourrait décourager les investissements dans de nouveaux services.

Pour Doug Brake, membre de l'Information Technology and Innovation Foundation, spécialisée dans les questions de technologie, La proposition démocrate "n'apporte pas l'équilibre que mérite une plateforme complexe et moderne comme l'internet".

Il souhaite plutôt que le Congrès réfléchisse aux "dynamiques de compétitivité du marché actuel du haut-débit".

Le Sénat avait déjà approuvé le rétablissement de la neutralité du net en mai 2018, mais le texte avait été enterré par la Chambre des représentants, alors à majorité républicaine.

La Californie, fief démocrate ouvertement opposé à l'administration Trump, a voté en octobre 2018 pour le retour de la neutralité, une décision contestée par le ministère de la Justice.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/03/2019

Baisse du résultat net

Publié le 19/03/2019

Implanet bondit de 22% à 0,143 euro, soutenu par une bonne nouvelle. La medtech spécialisée dans les implants vertébraux et les implants de chirurgies du genou, a reçu l'autorisation de la FDA…

Publié le 19/03/2019

Asos recule de 1,96% à 3152 pence en Bourse, après avoir affiché des ventes inférieures aux attentes au titre de son deuxième trimestre 2018-2019. Elles ont augmenté de 13% à 641,3 millions de…

Publié le 19/03/2019

Immobilière Dassault vient de dévoiler ses résultats 2018. Ainsi, la foncière a enregistré un bénéfice net de 29,94 millions d’euros (contre 28,51 millions en 2017) et un cash-flow courant…

Publié le 19/03/2019

La famille Peugeot, l'un des actionnaires de référence du groupe PSA, soutiendrait une nouvelle acquisition du constructeur automobile si une opportunité se présentait. C’est ce qu’a expliqué…