En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 766.37 PTS
-0.44 %
5 772.50
-0.2 %
SBF 120 PTS
4 577.08
-0.31 %
DAX PTS
13 012.18
-0.18 %
Dow Jones PTS
27 960.80
-3.56 %
9 079.63
+0. %

Travail et cours en ligne: face au virus, les Chinois migrent sur le web

| AFP | 249 | 5 par 1 internautes
Wang Guanxin professeur chez ITutorGroup, enseigne aux adhérents de l'entreprise comment enseigner en ligne, le 7 février 2020 depuis Shanghai
Wang Guanxin professeur chez ITutorGroup, enseigne aux adhérents de l'entreprise comment enseigner en ligne, le 7 février 2020 depuis Shanghai ( NOEL CELIS / AFP )

Par peur du coronavirus, la majorité des 1,4 milliard de Chinois restent confinés chez eux. Alors entre cours en ligne, télétravail ou visite virtuelle au musée, internet s'impose comme le refuge des adeptes du système D.

La Chine tourne au ralenti en raison de l'épidémie: beaucoup d'usines, d'entreprises et de commerces sont fermés. Et le gouvernement encourage les gens à travailler à la maison afin d'éviter les rassemblements.

Une aubaine pour les applications de télétravail conçues par les géants du web Alibaba (commerce en ligne), Tencent (messagerie, jeux) ou Huawei (télécoms, smartphones): elles font actuellement partie des plus téléchargées du pays.

Selon Tencent, son service WeChat Work a ainsi décuplé son volume de connexions journalières lundi lors de la reprise théorique du travail en Chine, après plus de deux semaines de congés pour le Nouvel an lunaire.

Wang Guanxin (g) de ITutorGroup enseigne à d'autres professeurs comment mener des cours en ligne, le 7 février 2020 depuis Shanghai
Wang Guanxin (g) de ITutorGroup enseigne à d'autres professeurs comment mener des cours en ligne, le 7 février 2020 depuis Shanghai ( NOEL CELIS / AFP )

Même enthousiasme chez la plateforme DingTalk d'Alibaba (200 millions d'utilisateurs), selon la presse officielle. Et sur l'application WeLink de Huawei: trafic multiplié par... 50 par rapport au mois dernier.

Eric Yang, directeur général d'iTutorGroup, basée à Shanghai, déclare que l'activité de son entreprise d'enseignement en ligne a augmenté de 215%.

"On vient de mettre en place des cours de peinture en ligne pour une école d'art. Et on aide une école de musique à ouvrir des cours virtuels", explique-t-il.

Cette migration vers internet a même été validée implicitement par le président Xi Jinping. Lundi soir, le journal télévisé l'a montré en train d'utiliser WeLink pour communiquer par visioconférence avec des médecins de Wuhan (centre), la ville à l'épicentre de l'épidémie.

Pandas

Le nouveau coronavirus a déjà contaminé près de 45.000 personnes, dont plus de 1.100 sont mortes, la très grande majorité en Chine.

Les mesures de confinement prises pour contrer l'épidémie paralysent de nombreuses usines. Et devraient avoir de fortes répercussions sur la croissance.

Grace Wu, dont la fille de neuf ans Charlotte participe à des cours en ligne à la Shanghai American School, répond aux questions devant sa caméra, le 7 février 2020 depuis Shanghai
Grace Wu, dont la fille de neuf ans Charlotte participe à des cours en ligne à la Shanghai American School, répond aux questions devant sa caméra, le 7 février 2020 depuis Shanghai ( NOEL CELIS / AFP )

Mais la Chine devrait pouvoir adoucir l'impact économique du coronavirus avec son secteur internet très développé et ses quelque 850 millions d'internautes.

Certains hôpitaux, submergés de personnes voulant se faire dépister, recourent désormais à la télémédecine afin de détecter les patients prioritaires. Des dizaines de millions de consultations ont déjà eu lieu, selon les médias publics.

De nombreux musées et sites culturels sont fermés. Mais beaucoup, à l'image de la Cité interdite de Pékin et de l'Armée souterraine du premier empereur à Xi'an (nord) proposent des expositions en ligne.

Le zoo de la capitale diffuse lui des images de ses pandas sur les réseaux sociaux.

Même la conférence de presse quotidienne du ministère des Affaires étrangères se fait désormais en ligne, dans un groupe de discussion de la messagerie WeChat.

Les écoles étant fermées dans tout le pays jusqu'en mars, les services d'enseignement en ligne font le plein de clients.

Anniversaire en ligne

La petite Charlotte Qiu, 9 ans, fréquente d'ordinaire l'Ecole américaine de Shanghai. Mais l'établissement étant clos, elle reste à la maison avec sa famille.

"Il y avait un double souci: le virus, mais aussi la question du suivi de l'enseignement", explique sa mère Grace Wu, une blogueuse de 37 ans.

Charlotte Qiu participe à un cours en ligne depuis Shanghai le 7 février 2020
Charlotte Qiu participe à un cours en ligne depuis Shanghai le 7 février 2020 ( NOEL CELIS / AFP )

Mais l'école a lancé la semaine dernière des cours en ligne, qui se prolongeront jusqu'au retour à la normale.

Charlotte et ses camarades se sont adaptés. Ils ont même organisé... un anniversaire virtuel sur la plateforme de visioconférence Zoom.

Selon Alibaba, des écoles de quelque 300 villes chinoises ont utilisé lundi son application DingTalk pour proposer des cours.

Les Chinois sont d'ordinaire déjà accros à leur smartphone, qu'ils utilisent pour commander des repas, faire des achats, payer leurs factures ou s'exprimer sur les réseaux sociaux.

Et pour Wang Guanxin, formateur d'iTutorGroup, la tendance va s'accentuer avec l'épidémie, qui constitue même un "tournant" pour le secteur.

"Les gens qui ne faisaient pas vraiment confiance ou ne faisaient pas appel à l'apprentissage en ligne vont changer d'avis", se réjouit-il.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/02/2020

Par courrier reçu le 24 février 2020 par l'AMF, la société BlackRock, Inc...

Publié le 25/02/2020

Anevia, éditeur de logiciels pour la distribution de la télévision et de la vidéo en direct, en différé et à la demande a annoncé la nomination d’Alexandre Nitu au poste de Vice-Président…

Publié le 25/02/2020

Gains à prendre

Publié le 25/02/2020

Vinci a annoncé dans un communiqué qu'ETF (Eurovia), en groupement avec Sogea-Satom (VINCI Construction International Network), vient de signer un contrat de réhabilitation de la voie ferrée…

Publié le 25/02/2020

Lysogène débute la séance sur un gain de 43% à 3,59 euros...