5 386.03 PTS
-1.18 %
5 374.50
-1.26 %
SBF 120 PTS
4 315.28
-1.19 %
DAX PTS
12 631.29
-1.58 %
Dowjones PTS
24 987.47
-0.41 %
7 251.41
+0.00 %
Nikkei PTS
22 278.48
-1.77 %

Télécoms: le chinois ZTE a vu son titre baisser à la reprise de sa cotation

| AFP | 123 | Aucun vote sur cette news
La cotation du chinois ZTE avait été suspendue en april
La cotation du chinois ZTE avait été suspendue en april ( JOHANNES EISELE / AFP/Archives )

Le titre du géant chinois des télécoms ZTE a dévissé de quelque 40% mercredi à la Bourse de Hong Kong où il reprenait sa cotation, en dépit de l'accord passé avec les Etats-Unis pour lever les sanctions américaines qui menaçaient sa survie.

L'action ZTE a terminé la séance sur un effondrement de 41,56% à 14,96 dollars de Hong Kong. A Shenzhen, deuxième place de Chine continentale où il est également coté, le titre a plongé de 10%, la baisse maximale quotidienne autorisée.

Les échanges sur les titres ZTE étaient suspendus depuis avril, après la décision de Washington d'interdire toutes les ventes pendant sept ans de composants électroniques américains au groupe chinois, accusé d'avoir violé des embargos vers l'Iran et la Corée du Nord.

Or, ZTE, fer de lance des infrastructures 5G en Chine et très dépendant des technologies américaines pour sa téléphonie mobile, avait été contraint de cesser ses principales activités suite à la sanction. Pékin avait alors fait du dossier une priorité dans ses âpres pourparlers commerciaux avec Washington.

Les Etats-Unis ont finalement indiqué jeudi avoir trouvé avec la Chine un accord selon lequel ZTE, en contrepartie d'une levée des sanctions, devra "s'acquitter d'une amende d'un milliard de dollars" et mettre sous séquestre 400 millions de dollars.

A en juger la dégringolade boursière, ce dénouement n'a guère convaincu les investisseurs.

"Même si le cauchemar est terminé, ZTE va devoir s'attaquer à de multiples changements. On peut s'attendre à des pressions sur le titre à court terme, à une volatilité du cours", commentaient mercredi dans une note les experts du courtier Jefferies.

Par ailleurs, l'incertitude persiste: au Congrès américain, de nombreux parlementaires jugent que ZTE représente un danger pour la sécurité nationale aux Etats-Unis, et des sénateurs des deux bords ont voté un amendement pour que l'interdiction de sept ans soit maintenue.

- "Perte significative" -

Enfin, l'administration Trump a également exigé de ZTE, dont le siège est à Shenzhen (sud de la Chine), qu'il remanie entièrement son conseil d'administration et son équipe dirigeante.

L'entreprise "va enregistrer une perte significative sur ses résultats annuelles" mais subira également les conséquences négatives des changements de direction, prévient Bin Liu, analyste de Citi.

Surtout, au-delà du cas ZTE, Washington n'a pas abandonné sa menace d'imposer des droits de douane punitifs sur 50 milliards de dollars d'importations de produits chinois, au risque de déclencher une guerre douanière entre les deux puissances.

"L'accord américain sur ZTE, c'est un accord politique", observe néanmoins Dickie Wong, expert du courtier Kingston Securities. "Si les Etats-Unis n'avaient pas rendu sa +liberté+ à ZTE, la Chine aurait rendu la vie impossible aux entreprises américaines", souligne-t-il.

Après avoir plaidé coupable en 2016 d'avoir réexporté vers l'Iran et la Corée du Nord des équipements achetés aux Etats-Unis en dépit d'un embargo américain, ZTE avait déjà payé l'an dernier une amende de 1,2 milliard de dollars et promis à Washington de sanctionner les responsables impliqués.

Mais l'administration Trump accusait le groupe de n'avoir pas tenu tous ses engagements, et avait décidé mi-avril d'interdire toutes les exportations de composants américains destinés au groupe.

ZTE a depuis reconnu dans un mémo interne les "négligences de quelques cadres", reflétant "une culture d'entreprise fautive".

-- avec Bloomberg News --

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/06/2018

Sébastien Chenu, photo du 3 octobre 2017. ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )Sébastien Chenu, membre du bureau exécutif du Rassemblement national (RN, ex-FN), a appelé mardi les électeurs…

Publié le 19/06/2018

L'institut Ifo a ramené à 1,8% sa prévision de croissance pour l'Allemagne cette année. Sa précédente estimation, délivrée au printemps, était de +2,6%. Lors des premiers mois de l'année,…

Publié le 19/06/2018

Yves Lévy, époux de la ministre de la santé Agnès Buzyn et directeur de l'Inserm, à Matignon le 22 juin 2016 ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives )Yves Lévy, l'actuel patron de…

Publié le 19/06/2018

Bruno Le Maire, photo du 18 juin 2018. ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire (LR) a jugé mardi qu'"il n'y a plus aucun doute" sur le fait que "la droite du…

Publié le 19/06/2018

Apple pourrait bien être exonéré des droits de douane appliqués par les Etats-Unis à la Chine, si l'on en croit le 'New York Times', qui évoque des...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2018

Par courrier reçu le 19 juin 2018 par l'AMF, la société par actions simplifiée Eximium, contrôlée par M...

Publié le 19/06/2018

Plus de 50% des actionnaires ont opté pour ce règlement...

Publié le 19/06/2018

Elon Musk, le PDG de Tesla, a accusé un salarié d'avoir commis un « sabotage important et préjudiciable » au groupe, a rapporté hier soir CNBC. Le média américain explique qu’il a pu se…

Publié le 19/06/2018

Sous pression...

Publié le 19/06/2018

D'après les chiffres de Médiamétrie...