En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 144.95 PTS
-0.54 %
5 156.50
-0.29 %
SBF 120 PTS
4 123.52
-0.43 %
DAX PTS
11 715.03
-0.52 %
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.03 %
1.150
-0.65 %

Salmonelle chez Lactalis: une ville et une usine à cran

| AFP | 398 | Aucun vote sur cette news
L'usine Celia du groupe Lactalis à Craon (Mayenne) le 4 décembre 2017
L'usine Celia du groupe Lactalis à Craon (Mayenne) le 4 décembre 2017 ( DAMIEN MEYER / AFP/Archives )

"Je n'ai rien à dire". Après l'affaire de la contamination aux salmonelles de laits infantiles, jeudi, la consigne est passée à Craon (Mayenne), où l'usine Lactalis incriminée est installée: on ne parle pas.

Sur le site mayennais, quelques heures après le rappel de 720 lots, les mines sont aussi grises que le ciel. Et, visiblement, le mot d'ordre a été entendu: "Non non, je ne sais pas, je n'ai rien à dire", expliquent à l'unisson les employés, les uns après les autres.

Dans cette usine même les syndicats restent aux abonnés absents: la CFTC, seul syndicat implanté sur le site de Craon, est injoignable.

"C'est vraiment dommage de voir notre boite mise en avant pour ça, ça remet tout notre travail en cause", souffle tout juste du bout des lèvres cette jeune femme, qui a rejoint le géant agroalimentaire il y a deux ans mais refuse de donner son nom... "pour éviter les problèmes".

Il faut dire que l'entreprise a élevé le silence en règle d'or. Le groupe Lactalis est réputé pour sa discrétion et ne publie même pas ses comptes.

Dans la ville de Craon, on hésite également à évoquer cette crise qui n'est pas sans rappeler celle qui avait déjà touché en 2005 ce site Célia, racheté par Lactalis en 2006. Une contamination similaire, mais à moindre échelle, avait affecté à l'époque 35 enfants nourris avec du lait infantile de marque Picot.

Pas étonnant quand on sait que l'usine laitière est le plus gros employeur de cette ville de 4.500 habitants.

"Ma petite-fille a eu un des lots, elle a fait des analyses. Heureusement, tout va bien. Par contre ses parents ont promis de ne plus racheter cette marque", explique seulement Dominique, 57 ans.

"Je pense que les mesures ont été prises maintenant. Du moins, j'espère...", assure cette habitante.

- "Forcément inquiétant" -

Le pharmacien de la ville, lui, a déjà retiré les lots mis en cause. "Dans nos clients, il y a des gens de l'usine. Ils sont les premiers embêtés par cette affaire", explique Dominique Girard. "Cela pose problème pour l'avenir du site, pour les emplois, les familles... C'est évidemment une grosse question".

Conséquence de ces déboires sanitaires, une partie des 350 employés de l'usine vont subir des mesures de chômage technique, a indiqué un porte-parole du groupe à l'AFP.

Le groupe Lactalis, qui avait déjà rappelé 625 lots ces deux dernières semaines, a en effet retiré du marché international et national tous les produits infantiles et nutritionnels "fabriqués ou conditionnés" à Craon depuis le 15 février.

"La situation est difficile pour les salariés", assure Géraldine Bannier, députée Modem de la deuxième circonscription de Mayenne.

"C'est un enjeu très important pour la Mayenne", assure la députée, "C'est forcément inquiétant car c'est le plus gros employeur du département".

Si le nettoyage a, semble-t-il, déjà commencé, le directeur de la communication du groupe Michel Nalet est "incapable de donner un délai, une date concernant la reprise de la production de l'usine".

En attendant, il suffit peut-être de suivre les conseils de ce retraité, qui roule les R accoudé au comptoir: "Nous, il y a 70 ans, on buvait le lait directement au pis des vaches et il n'y avait pas de problème !"

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

Contrat en vue pour Derichebourg pour la cession des activités de collecte de déchets ménagers, de nettoiement urbain et de traitement de déchets en Italie...

Publié le 17/10/2018

Cette nouvelle implantation remplacera la boutique de 480 m2 située au 100 rue Réaumur, qui fermera ses portes courant janvier 2019...

Publié le 17/10/2018

Ces données positives du JTA-004 complètent les récentes avancées cliniques et de fabrication obtenues par Bone Therapeutics...

Publié le 17/10/2018

Cette seconde génération LIFI propose un produit plus performant avec un débit en hausse de 30%...

Publié le 17/10/2018

Spineway marque ainsi une première étape dans la reconquête du marché américain...