En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
+0.00 %
4 879.5
-0.19 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-
DAX PTS
10 924.70
-
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.00 %
1.135
-0.03 %

Saikawa, le protégé de Carlos Ghosn qui se retourne contre son maître

| AFP | 374 | Aucun vote sur cette news
Hiroto Saikawa, directeur général de Nissan Motors, lors d'une conférence de presse au siège social de l'entreprise à Yokohama au Japon, le 19 novembre 2018
Hiroto Saikawa, directeur général de Nissan Motors, lors d'une conférence de presse au siège social de l'entreprise à Yokohama au Japon, le 19 novembre 2018 ( Behrouz MEHRI / AFP )

Hiroto Saikawa, l'actuel patron de Nissan, faisait partie de la garde rapprochée de Carlos Ghosn. C'est pourtant lui qui a mis le super patron à terre.

Il a proposé et obtenu sa révocation lors d'un conseil d'administration extraordinaire jeudi.

M. Saikawa, 65 ans, avait choqué lundi le monde des affaires en fustigeant le "côté obscur" du règne sans partage de M. Ghosn, sur la base des conclusions d'une enquête interne et sans même attendre les résultats des investigations judiciaires.

"Je ressens une profonde déception, de la frustration, du désespoir même. De l'indignation et du ressentiment", a-t-il lancé, le vouant aux gémonies.

En une soirée, il a balayé une relation longue de 20 ans. M. Saikawa avait été adoubé en avril 2017 par Carlos Ghosn, qui lui avait alors passé les commandes exécutives du groupe pour se consacrer à la consolidation de l'alliance.

Hiroto Saikawa, directeur général de Nissan Motors, s'exprime lors d'une conférence de presse au siège social de l'entreprise à Yokohama au Japon, le 19 novembre 2018
Hiroto Saikawa, directeur général de Nissan Motors, s'exprime lors d'une conférence de presse au siège social de l'entreprise à Yokohama au Japon, le 19 novembre 2018 ( Behrouz MEHRI / AFP )

"Vient un temps où il faut passer le relais à quelqu'un d'autre. J'ai toujours dit que je voulais qu'un Japonais me succède et cela fait des années que je prépare M. Saikawa", avait à l'époque expliqué le Franco-libanais-brésilien, lui témoignant toute sa confiance.

Cheveux ras, lunettes et air sérieux, le responsable japonais a fait toute sa carrière chez Nissan qu'il a rejoint en 1977, tout juste diplômé de la prestigieuse université de Tokyo où il a fait des études d'économie.

Il a ensuite exercé en Europe mais son ascension a surtout démarré dans le sillage de Carlos Ghosn, arrivé en 1999 à Tokyo pour redresser à marche forcée Nissan, tout juste uni au français Renault.

"A bout de patience"

Sous son aile, Hiroto Saikawa a gravi les échelons, impressionnant ses collègues par son zèle à sabrer les coûts et négocier les prix avec les fournisseurs. Des États-Unis à l'Europe, il a enchaîné divers postes de direction, devenant directeur de la compétitivité en 2013.

Il a aussi siégé au conseil d'administration de Renault entre 2006 et 2016, et s'était déjà fait remarquer pour sa fermeté à l'occasion de la crise qui avait secoué l'alliance fin 2015, bien décidé à défendre l'autonomie de Nissan face à la "menace" de l'État français.

Carlos Ghosn, le président révoqué de Nissan Motors, lors d'une conférence de presse le 12 mai 2011 à Yokohama au Japon
Carlos Ghosn, le président révoqué de Nissan Motors, lors d'une conférence de presse le 12 mai 2011 à Yokohama au Japon ( KAZUHIRO NOGI / AFP/Archives )

En dehors de Nissan, M. Saikawa a présidé la puissante Association des constructeurs automobiles japonais (JAMA).

Discret, sa rigueur et son souci du détail sont loués par ses pairs si l'on en croit la presse locale, tout comme son sens des affaires qui le distingue des autres responsables japonais.

Ces qualités ont probablement séduit Carlos Ghosn au moment de se choisir un successeur. Mais en prenant le large, le hiératique patron, qui avait tenu pendant des années la compagnie japonaise d'une main de fer, a semble-t-il laissé le champ libre aux rancœurs accumulées au fil des ans.

"Notre patience était à bout. M. Ghosn est probablement un excellent patron mais en termes de qualités humaines, j'ai envie de dire: +au secours!+", confiait dans la presse jeudi un responsable anonyme de Nissan.

Un épisode aurait particulièrement agacé M. Saikawa, ébranlé depuis sa prise de poste par la découverte de falsifications dans l'inspection de véhicules au Japon.

L'alliance des constructeurs automobiles Renault et Nissan pourrait être remise en question suite à la révocation de son président Carlos Ghosn
L'alliance des constructeurs automobiles Renault et Nissan pourrait être remise en question suite à la révocation de son président Carlos Ghosn ( Martin BUREAU / AFP/Archives )

En juillet, après la révélation d'un nouveau scandale, M. Ghosn aurait refusé d'interrompre ses vacances sur une île japonaise pour revenir au siège, selon la presse nippone, rejetant la responsabilité sur son ancien poulain désormais aux commandes.

Ces derniers mois, alors qu'une enquête interne était menée dans le plus grand secret sur des malversations financières présumées de l'homme fort de l'alliance, Hiroto Saikawa avait commencé à prendre ses distances.

"Notre devoir est de mettre fin aux pratiques du passé", avait-il lancé en janvier dans une formule énigmatique, avant de prendre publiquement position contre une fusion avec Renault.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Elis poursuit la consolidation du marché allemand avec l'acquisition de Curantex GmbH       Saint Cloud, le 14 décembre 2018 - Elis, un prestataire multi-services…

Publié le 14/12/2018

EuropaCorp connaîtra un exercice 2018-2019 significativement déficitaire...

Publié le 14/12/2018

Ting TV pourra ainsi proposer des programmes de télévision en direct avec des chaînes spécialisées locales et premium...

Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…