5 087.59 PTS
-0.52 %
5 085.00
+0.00 %
SBF 120 PTS
4 068.53
-0.49 %
DAX PTS
12 065.99
+0.00 %
Dowjones PTS
21 703.75
+0.13 %
5 786.54
-0.08 %
Nikkei PTS
19 377.55
-0.08 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Que contient l'accord commercial entre l'UE et le Japon ?

| AFP | 224 | Aucun vote sur cette news
Un élévage de vaches Pie Noir à Plessé, en Loire-Atlantique. Le secteur agroalimentaire était l'une des priorités des Européens dans l'accord avec le Japon
Un élévage de vaches Pie Noir à Plessé, en Loire-Atlantique. Le secteur agroalimentaire était l'une des priorités des Européens dans l'accord avec le Japon ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

L'accord commercial sur lequel se sont entendus jeudi l'Union européenne et le Japon doit couvrir la quasi-totalité des échanges entre les deux puissances dès son entrée en vigueur, prévue en 2019. En voici les principaux points:

- Agroalimentaire -

Le secteur agroalimentaire était une des priorités des Européens, pressés de trouver des débouchés à leurs agriculteurs sur un marché japonais en pleine expansion.

Au final, 85% des produits agroalimentaires de l'UE, comme le vin ou la viande de porc transformée, pourront entrer au Japon sans droits de douane, mais parfois à l'issue de périodes de transition. D'autres, comme le boeuf, verront les taxes imposées progressivement réduites. Le riz est exclu de l'accord.

Les Japonais s'engagent à reconnaître plus de 200 indications géographiques comme le Roquefort, le Tiroler Speck autrichien, le Jambon d'Ardenne belge ou la Polska Wódka, qui bénéficieront "du même niveau de protection qu'en Europe".

Les négociations ont été particulièrement complexes sur les produits laitiers, secteur sensible pour Tokyo, notamment pour faire baisser les taxes très élevées imposées sur les fromages européens. L'accord éliminera les droits de douanes sur plusieurs fromages, mais la période de transition pourra atteindre 15 ans.

- Automobiles -

Les Japonais auront un accès total au marché européen après une période de transition de plusieurs années. Les constructeurs européens réclamaient sept ans. "Je pense qu'on ne va pas les décevoir", répond une source européenne.

Sur un stand Toyota, à Tokyo. Les constructeurs japonais devraient avoir à terme un accès total au marché européen
Sur un stand Toyota, à Tokyo. Les constructeurs japonais devraient avoir à terme un accès total au marché européen ( Toru YAMANAKA / AFP/Archives )

Le Japon s'engage par ailleurs dans cet accord à "utiliser les mêmes normes internationales que l'UE", ce qui simplifiera à l'inverse l'accès des Européens au marché nippon.

- Environnement -

Cet accord comprendra un chapitre sur le développement durable, destiné à favoriser le dialogue entre Tokyo et Bruxelles, notamment sur les questions environnementales.

Mais aucune référence ne sera faite à la très controversée chasse à la baleine ou à l'exploitation illégale de forêts, contrairement à ce que réclamaient certaines ONG comme Greenpeace

La chasse à la baleine "est interdite en Europe et la vente de produits dérivés est illégale: on ne négocie aucun accord commercial sur des produits interdits", explique la source européenne.

"Un accord commercial n'est pas une bible", résume-t-elle.

L'accord "sera le premier à comprendre un engagement spécifique à l'égard de l'accord de Paris sur le climat", se félicite par ailleurs la Commission européenne.

- Investissements -

La protection des investissements est le principal point d'achoppement des discussions, celui sur lequel même un accord de principe n'a pu être trouvé.

La plupart des accords commerciaux du monde laissent la possibilité à une entreprise qui s'estime lésée par la politique d'un Etat après y avoir investi de l'attaquer pour obtenir réparation.

Des députés européens hostiles au CETA, lors d'un vote au Parlement de Strasbourg, le 15 février 2017
Des députés européens hostiles au CETA, lors d'un vote au Parlement de Strasbourg, le 15 février 2017 ( FREDERICK FLORIN / AFP/Archives )

Ces différends sont généralement tranchés via un système d'arbitrage, que le Japon aimerait voir mis en place dans l'accord avec l'UE.

Mais les Européens, qui ont constaté à quel point la question était sensible au moment de la signature de son accord avec le Canada, le CETA, ne veulent plus entendre parler d'un tel mécanisme.

Ils espèrent convaincre le Japon du bien-fondé d'un tribunal multilatéral permanent aux audiences publiques, à l'image de celui qu'ils vont mettre en place dans le CETA.

- Ratification -

L'UE craint de voir l'accord avec le Japon subir un sort similaire au CETA, vertement critiqué par les ONG et bloqué plusieurs jours par le seul parlement de la région belge francophone de Wallonie.

Comme le CETA, il devra a priori être approuvé par l'ensemble des Parlements de l'UE, une procédure fastidieuse qui peut prendre des années, mais qui n'empêchera pas son application provisoire.

"J'espère que nous n'aurons pas le même débat", confie la source européenne. "Mais je ne m'aventurerai pas à présager de la position de la Wallonie".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 06/07/2017

De gauche à droite, le président du Conseil européen Donald Tusk, le Premier ministre nippon Shinzo Abe et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, à Bruxelles le 6…

Publié le 05/07/2017

La commissaire au Commerce européenne, Cecilia Malmström, avec le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida, le 30 juin 2017 à Tokyo ( FRANCK ROBICHON / POOL/AFP/Archives )Le…

Publié le 04/07/2017

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe aux côtés de Donald Tusk (c), président du Conseil européen et de Jean-Claude Juncker (d), président de la Commission européenne à Bruxelles le 21…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2017

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES LE 18 AOUT 2017     Présentation agrégée par jour et par marché     Nom de…

Publié le 21/08/2017

Arthur Sadoun, Président du Directoire de Publicis, a annoncé la nomination d'Emmanuel André au poste nouvellement créé de 'Chief Talent Officer'...

Publié le 21/08/2017

Copyright GlobeNewswire Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien : http://hugin.info/152918/R/2128320/812832.pdf Information réglementaire Ce…

Publié le 21/08/2017

Le client pourrait décider de nouvelles commandes une fois ses capacités de production renforcées

Publié le 21/08/2017

Riber, un leader mondial d'équipement pour l'industrie des semi-conducteurs, a reçu une commande supérieure à un million d'euros d'un nouveau client pour la fourniture d'évaporateurs destinés à…

CONTENUS SPONSORISÉS