En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 378.85 PTS
-0.07 %
5 378.50
+0.12 %
SBF 120 PTS
4 257.86
-0.08 %
DAX PTS
11 549.96
-0.46 %
Dowjones PTS
25 931.41
+0.72 %
7 456.41
+1.03 %
1.135
-0.66 %

Première mondiale à l'aéroport de Lyon: un service de robot voiturier

| AFP | 335 | Aucun vote sur cette news
Stan le robot gare les voitures à l'aéroport Saint-Exupéry de Lyon, le 14 mars 2019
Stan le robot gare les voitures à l'aéroport Saint-Exupéry de Lyon, le 14 mars 2019 ( JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP )

"Stan le robot gare les voitures à votre place": l'aéroport Saint-Exupéry de Lyon a mis en place un nouveau système de stationnement entièrement automatisé, une première mondiale pour les parkings en extérieur.

En test depuis juin dernier, quatre robots-voituriers sont désormais pleinement opérationnels sur un parking de l'aéroport lyonnais pouvant accueillir jusqu'à 500 véhicules, ont annoncé jeudi les responsables de l'aéroport exploité par Vinci.

"Nous avons pensé l'expérience pour qu'elle soit la plus simple et la plus agréable pour ses utilisateurs", a exposé devant la presse Clément Boussard, fondateur de Stanley Robotics, une start-up parisienne qui avait déjà testé en 2017 un système similaire en intérieur à Roissy-Charles-de-Gaulle.

Sur des bornes à l'entrée de boxes construits devant le parking P5 - réservé au stationnement longue durée - les clients ayant préalablement réservé sur internet saisissent un code, garent leur véhicule et le ferment tout en gardant leurs clés.

Les robots électriques, qui ressemblent à des chariots élévateurs pouvant soulever plus de trois tonnes, entrent alors en scène de l'autre côté, dans une zone leur étant exclusivement réservée.

Stan le robot gare les voitures à l'aéroport Saint-Exupéry de Lyon, le 14 mars 2019
Stan le robot gare les voitures à l'aéroport Saint-Exupéry de Lyon, le 14 mars 2019 ( JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP )

Leurs capteurs évaluent la taille et le poids du véhicule, en soulèvent les roues par le dessous et vont le garer en obéissant à un système d'intelligence artificielle qui optimise le stationnement pour limiter les mouvements malgré le nombre important de voitures collées les unes aux autres.

"On a aujourd'hui quatre files de voitures, mais on peut aller jusqu'à huit ou 10 sans jamais avoir à déplacer une voiture pour en bouger une autre", explique M. Boussard, estimant que ce système, où l'intervention de l'homme est réduite au minimum, permet jusqu'à 50% de gain de place en réduisant les allées de circulation.

"Le système permet aux passagers de déposer leur voiture en 4 minutes et de la récupérer en une minute" puisque leur véhicule aura été placé dans le box avant même leur arrivée, avance Tanguy Bertolus, président du directoire d'Aéroports de Lyon, vantant également "l'impact environnemental maîtrisé" grâce à cette expérimentation.

"C'est une première mondiale qui vise à être diffusée sur d'autres des 46 aéroports de Vinci dans le monde, d'ailleurs Stanley Robotics a déjà signé un accord avec l'aéroport de Gatwick à Londres", a-t-il ajouté, précisant souhaiter "à terme avoir entre 6.000 et 7.000 places gérées par les robots dans les années qui viennent".

Pour l'aéroport de Lyon, l'investissement représente "plusieurs millions d'euros" sur 3 ans.

Les clients désirant accéder au service doivent débourser deux euros de plus par rapport au prix habituel du parking, quelle que soit la durée du stationnement.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/03/2019

Poxel a généré en 2018 un bénéfice net de 13,5 millions d’euros, contre une perte nette de 22,3 millions d’euros en 2017. Dans le même temps, le chiffre d’affaires de la société…

Publié le 21/03/2019

Année solide malgré une provision pour prime...

Publié le 21/03/2019

Le chiffre d'affaires d'Esker pour l'exercice 2018 progresse de +14,2% et de +16% à taux de change et périmètre constants pour s'établir à 86,9 ME...

Publié le 21/03/2019

26,2 ME de trésorerie...

Publié le 21/03/2019

Au 31 décembre 2018, le Chiffre d'affaires de Réalités s'établit à 133,6 ME en progression de +3,6% par rapport à 2017...