En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 665.48 PTS
+1.73 %
5 639.00
+1.28 %
SBF 120 PTS
4 464.13
+1.75 %
DAX PTS
12 511.65
+2.86 %
Dowjones PTS
26 816.59
+1.21 %
7 843.88
+1.34 %
1.103
-0.03 %

Portal, l'écran connecté de Facebook, est de retour à prix réduit

| AFP | 221 | Aucun vote sur cette news
Portal Mini, l'écran connecté de Facebook, à San Francisco, le 17 septembre 2019
Portal Mini, l'écran connecté de Facebook, à San Francisco, le 17 septembre 2019 ( Josh Edelson / AFP )

Facebook relance Portal, sa gamme d'écrans intelligents conçus pour passer des appels vidéo, avec des améliorations et des prix cassés par rapport aux premiers modèles sortis il y a moins d'un an, qui peinent à s'imposer dans un marché dominé par Amazon et Google.

"Nous avons tout revu de A à Z, des matériaux à l'emballage, le design, le son, le processeur... pour parvenir à la même expérience pour l'utilisateur mais à un prix largement inférieur", a expliqué Andrew Bosworth, vice-président des équipements de consommation chez Facebook.

Le géant californien a présenté mercredi plusieurs nouvelles versions de son "Portal" ("portail"), un écran connecté qui permet d'appeler ses contacts, seul ou à plusieurs, sans forcément se placer juste devant l'appareil, grâce à une caméra grand angle et dotée d'intelligence artificielle.

Comme leurs prédécesseurs, les nouveaux Portal font aussi fonction d'assistants connectés via Alexa, l'interface vocale d'Amazon, à qui les utilisateurs s'adressent pour faire des courses ou contrôler certains appareils électroménagers, par exemple.

Ils proposent en outre un catalogue d'applications plus varié (avec notamment l'addition de Prime Video, le service de streaming d'Amazon), et les appels peuvent désormais être passés via WhatsApp, en plus de Messenger (les deux messageries de Facebook).

L'écran de 10 pouces coûtera 179 dollars, contre 199 dollars pour son équivalent lancé en octobre 2018, et sera distribué non plus seulement en Amérique du Nord, mais aussi en France, Italie, Espagne, Royaume-Uni, Australie et Nouvelle-Zélande.

"Faire des affaires"

Les consommateurs auront le choix avec un écran de 8 pouces (129 dollars), avec le Portal + (15 pouces, 279 dollars contre 349 lors de sa sortie en octobre dernier) et avec Portal TV (149 dollars), qui n'est pas un écran mais une sorte de mini caméra reliée au téléviseur pour le transformer en interface d'appels vidéo.

"Le marché des appareils connectés est très compétitif", a reconnu Andrew Bosworth. "Il y a des objets super, qui répondent à vos questions ou aux personnes qui sonnent à votre porte. Tout ça, c'est la mise de départ. Mais Portal est le seul qui va vous rapprocher des personnes que vous aimez le plus. Et nous parions sur l'idée qu'un appareil intelligent qui ne fait pas cela n'est pas si intelligent que ça".

Portal, l'écran connecté de Facebook, à San Francisco, le 17 septembre 2019
Portal, l'écran connecté de Facebook, à San Francisco, le 17 septembre 2019 ( Josh Edelson / AFP )

En 2018, Amazon et Google ont écrasé le marché américain des enceintes connectées (avec ou sans écran) : Amazon a vendu près de la moitié des 57,5 millions d'objets écoulés, et Google, quasiment 40%, d'après l'IDC, un cabinet d'analyses de marché.

Facebook avait racheté en 2014 le fabricant de casques de réalité virtuelle Oculus, mais le Portal est son premier produit de grande consommation ("hardware") développé en interne.

Le groupe n'a donné aucun chiffre sur ses ventes, mais six mois après le premier lancement, le prix du modèle de base avait baissé sur plusieurs sites de commerce en ligne.

"Si nous parvenons à connecter les gens entre eux, et qu'ils y accordent de la valeur, il y aura des opportunités de faire des affaires", assure à l'AFP Micah Collins, directeur produit chez Facebook.

"Ecosystème"

Le modèle économique du réseau social utilisé par plus de 2 milliards de personnes dans le monde repose sur la personnalisation de la publicité, permise par une collecte de données personnelles très fine et à très grande échelle.

Facebook a néanmoins expliqué que les technologies d'intelligence artificielle des caméras et micros du Portal peuvent être désactivées physiquement, qu'elles fonctionnent sur les appareils eux-mêmes, sans passer par un serveur à distance, et ne font pas de reconnaissance faciale.

La caméra de Portal, l'écran connecté de Facebook, à San Francisco, le 17 septembre 2019
La caméra de Portal, l'écran connecté de Facebook, à San Francisco, le 17 septembre 2019 ( Josh Edelson / AFP )

Le réseau social dominant a aussi promis que les conversations n'étaient ni écoutées, ni enregistrées, et ne serviraient donc pas à un éventuel ciblage des consommateurs.

"Nous sommes une entreprise publicitaire, nous sommes très créatifs sur la génération de revenus grâce aux annonces sur nos différentes plateformes. Mais nous n'avons pas de plan spécifique pour les Portal", a précisé Micah Collins. "Pour l'instant nous sommes concentrés sur les fondations".

"Le succès de ce type de produits électroniques ne tient plus à ses ventes", estime Werner Goertz, analyste du cabinet Gartner. "Le modèle économique est différent. Il s'agit de créer un écosystème, avec de nombreux points d'entrée, qui permettent de toucher le consommateur sur tous les types de produits".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/10/2019

Après une solide croissance à neuf mois

Publié le 11/10/2019

Le chiffre d’affaires de Virbac au troisième trimestre s’est élevé à 233,6 millions d'euros, en progression de 14,3% à taux réels et 2,2% hors effet favorable des taux de change. Toutes les…

Publié le 11/10/2019

Demain, on rase gratis

Publié le 11/10/2019

Bic a annoncé revoir ses perspectives pour l'année 2019. Le groupe s'attend désormais à une évolution de son chiffre d'affaires à base comparable comprise entre 0% et ‑2,0%, comparé à la…

Publié le 11/10/2019

Emmanuel Desmaizieres, Directeur Général d'Icade Promotion et Bruno Derville, Directeur Général de Vinci Immobilier, ont inauguré, vendredi 4 octobre...