En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 383.55 PTS
-0.62 %
5 376.00
-0.75 %
SBF 120 PTS
4 306.11
-0.67 %
DAX PTS
12 622.33
-0.50 %
Dowjones PTS
25 064.50
-0.53 %
7 352.36
+0.00 %
1.164
+0.00 %

Oeufs contaminés: premières analyses négatives pour une société française

| AFP | 259 | Aucun vote sur cette news
Les premières analyses effectuées dans l'une des cinq sociétés françaises concernées par la contamination d'oeufs au fipronil se révèlent nétgatives
Les premières analyses effectuées dans l'une des cinq sociétés françaises concernées par la contamination d'oeufs au fipronil se révèlent nétgatives ( KRISTOF VAN ACCOM / Belga/AFP/Archives )

Les premières analyses effectuées dans l'une des cinq sociétés françaises concernées par la contamination d'oeufs au fipronil, molécule toxique, se "sont révélées négatives" tandis que le scandale alimentaire portant sur des millions d'oeufs en Europe aurait été détecté dès la fin 2016.

"Pour le moment, les contrôles sont toujours en cours. Les analyses déjà effectuées se sont révélées négatives. Dans le Maine-et-Loire, Igreca est la seule entreprise concernée par cette affaire", a indiqué la préfecture du Maine-et-Loire dans un communiqué.

"La délivrance des certificats d'exportation pour cette société est également bloquée le temps de l’enquête", a-t-elle ajouté.

Igreca est un fabricant d’ovoproduits destinés à l’industrie agroalimentaire. Elle a réceptionné entre le 11 et le 26 juillet "32.400 oeufs originaires des Pays-Bas potentiellement contaminés au fipronil", une molécule toxique.

En raison de la présence suspectée de cet insecticide dont l'usage sur les animaux destinés à la consommation est interdit, des millions d'oeufs ont déjà été détruits à travers l'Europe depuis le 20 juillet.

Selon le ministre belge de l'Agriculture Denis Ducarme, le fipronil aurait été détecté aux Pays-Bas dès novembre 2016.

- toxicité "peu élevée" -

La direction départementale de la Protection des Populations de Maine-et-Loire (DDPP) a par ailleurs bloqué "les oeufs (encore dans leur) coquilles présents sur site" et "les lots de produits finis fabriqués à partir des matières premières concernées". Des contrôles sont en cours sur "les documents de traçabilité concernant les lots de produits finis" et sur d'autres "lots reçus par ce même fournisseur depuis le 25 juillet".

Le ministère a indiqué mardi soir que le nombre d'entreprises identifiées comme ayant importé des œufs contaminés au fipronil en provenance de Belgique et des Pays-Bas était passé de deux à cinq.

"Il s'agit d'ovoproduits intégrés dans des recettes de l'industrie agro-alimentaire", globalement, "des plats cuisinés ou de la pâtisserie industrielle, comme des brioches", a précisé Fany Molin, porte-parole de la direction générale de l'alimentation (DGAL) au ministère, en charge de ce dossier.

Ces cinq "établissements d'ovoproduits" sont situés dans la Vienne (200 tonnes) et le Maine-et-Loire, mais aussi dans le Pas-de-Calais, le Nord et le Morbihan, a précisé le ministère, ajoutant que "des enquêtes de traçabilité sont en cours" pour "identifier la destination des produits déjà expédiés et susceptibles d'être contaminés".

Le ministère de l'Agriculture a annoncé mercredi qu'il ferait un point de situation sur ce sujet à 16H30.

"Dès lors qu'on identifiera des produits mis sur le marché qui contiennent ces oeufs, des analyses seront faites pour voir s'il y a des traces de Fipronil", et le cas échéant, il y aura un rappel "selon résultats des analyses", avait indiqué Fany Molin.

Le ministère a également indiqué son intention de "diligenter une enquête chez tous les éleveurs" pour vérifier qu'il n'y aurait pas de contaminations "provenant de l'utilisation par les exploitants français du produit frelaté".

A l'heure actuelle, seul un élevage dans le Pas-de-Calais a été placé sous surveillance après le signalement par l'éleveur de l'utilisation de ce produit par son fournisseur belge. Les analyses qui y ont été menées se sont avérées positives, "mais aucun oeuf issu de cet élevage n'a été mis sur le marché", a indiqué le ministère, qui a annoncé que ces oeufs "seront détruits".

Le ministère souligne que la toxicité de ce produit est "peu élevée", notamment quand il est présent à l'état de traces, mais a tout de même saisi l’Anses (agence nationale de sécurité sanitaire) pour obtenir un avis sur les risques pour la santé humaine liés à l’ingestion d’œufs ou de produits contaminés par le fipronil.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

Les marchés européens évoluent proches de l’équilibre. La prudence domine alors que le yuan a touché un plus bas depuis un an contre le dollar. Les investisseurs s’inquiètent que…

Publié le 20/07/2018

Boiron est malmené à la mi-journée à Paris, en retrait de 4,3% à 69,7 euros...

Publié le 20/07/2018

Le groupe à la pomme capitalise près de 950 Mds$ avant les comptes

Publié le 20/07/2018

L'histoire pourrait s'accélérer prochainement

Publié le 20/07/2018

En hausse de 2,4% à 118,40 euros, Rémy Cointreau signe la plus forte progression du SBF 120, soutenu par l'annonce d'un ralentissement moins marqué que prévu de sa croissance organique au premier…