5 390.46 PTS
+0.20 %
5 383.50
+0.18 %
SBF 120 PTS
4 288.02
+0.14 %
DAX PTS
13 059.84
+0.39 %
Dowjones PTS
23 557.99
+0.14 %
6 409.29
+0.36 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Madrid va prendre le contrôle total des finances de Catalogne

| AFP | 154 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy (C), le 21 octobre 2017 à Madrid
Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy (C), le 21 octobre 2017 à Madrid ( Juan Carlos Hidalgo / POOL/AFP )

Madrid s'apprête à prendre le contrôle total des finances de la Catalogne, déjà mises sous tutelle partielle, ce qui laisserait sans aucunes ressources le gouvernement catalan et priverait ses dirigeants de leurs salaires.

Samedi, le gouvernement de Mariano Rajoy a annoncé qu'il comptait mettre la main sur les "recettes" perçues directement par le gouvernement catalan.

Composées de certains impôts (patrimoine, succession) et des frais d'inscription dans les universités, ces recettes représentent environ un quart des revenus de l'exécutif catalan.

Si le Sénat -où les conservateurs de M. Rajoy ont la majorité absolue- vote vendredi les mesures demandées par le gouvernement, la direction générale des impôts de Catalogne devra faire contresigner toutes ses décisions par le ministère espagnol du Budget, et non plus par l'actuel n°2 catalan Oriol Junqueras.

La Generalitat (exécutif catalan) n'aura donc plus aucune marge de manoeuvre financière, car Madrid a déjà la main sur le reste de ses ressources financières.

Le gouvernement espagnol avait décidé dès la mi-septembre de court-circuiter financièrement le gouvernement régional catalan, afin d'éviter que ses dirigeants n'utilisent l'argent public pour organiser le référendum d'autodétermination du 1er octobre, par exemple pour acheter des urnes.

En temps normal, l'Etat espagnol lève lui-même la majeure partie des impôts (sauf au Pays Basque et en Navarre, autonomes sur ce point), puis les répartit entre les différentes régions, qui paient ensuite les fonctionnaires, les services sociaux, éducatifs, etc.

Depuis le 15 septembre, Madrid ne verse plus cet argent sur le compte du gouvernement catalan, mais paie directement les factures des services publics "essentiels" de Catalogne (hôpitaux, écoles, police, etc.), ainsi que les salaires des fonctionnaires.

Le gouvernement avait pris cette mesure-choc après le refus des séparatistes de se soumettre au contrôle hebdomadaire des dépenses qui leur était imposé depuis juillet.

Dans la foulée, les banques avaient reçu l'ordre de contrôler strictement tous les mouvements des comptes et des cartes bancaires de l'exécutif catalan.

Fin septembre, un doute avait plané sur le versement du salaire des 170.000 fonctionnaires du gouvernement catalan, car la Generalitat refusait de fournir à Madrid le registre complet de ces employés, avec leurs jours d'arrêt maladie, coordonnées bancaires, etc.

Un accord avait été trouvé in extremis, et les salaires ont finalement été versés sans retard.

Une fois votées les mesures demandées au Sénat, Madrid disposera d'un accès direct aux registres du personnel de l'administration catalane. Le versement de leurs salaires sera donc facilité.

En parallèle, le gouvernement central compte arrêter de verser les salaires des dirigeants séparatistes, notamment le président régional Carles Puigdemont. "Il ne touchera plus rien", a résumé lundi la vice-présidente du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 SAINT-ETIENNE 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 24/11/2017

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C a progressé de 100 en octobre par rapport à septembre en France, à 5 616 000 personnes, a annoncé le Ministère du travail. Il a…

Publié le 24/11/2017

  ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 19 991 141 euros Siège social : 2 rue de Bassano - 75116 PARIS RCS PARIS 735 620 205 - SIRET 735 620 205 00121…

Publié le 24/11/2017

Fouad Chéhady est nommé responsable de la Transformation et de l’Excellence opérationnelle, membre du comité exécutif de Natixis. Il est rattaché à Laurent Mignon, Directeur général de…

Publié le 24/11/2017

Saint-Gobain a acquis 90% des actions d'Isoroc Pologne ainsi que la marque Isoroc en Europe. Saint-Gobain détient déjà la société Isoroc Russie et la marque correspondante depuis 2016. Isoroc…

CONTENUS SPONSORISÉS