En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 999.34 PTS
-1.07 %
5 003.00
-0.93 %
SBF 120 PTS
4 006.64
-1.06 %
DAX PTS
11 334.83
-1.64 %
Dowjones PTS
25 317.41
-0.50 %
7 141.21
+0.00 %
1.147
+0.08 %

Les librairies Amazon continuent d'ouvrir aux Etats-Unis

| AFP | 287 | Aucun vote sur cette news
Online giant Amazon is creeping into the physical realm with 13 brick-and-mortar stores -- including in Manhattan, pictured -- and one soon to come in Bethesda
Online giant Amazon is creeping into the physical realm with 13 brick-and-mortar stores -- including in Manhattan, pictured -- and one soon to come in Bethesda ( SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Pour Noël cette année, les Américains de quelques grandes villes ont le choix d'acheter leurs livres dans l'une des 13 librairies d'Amazon, un développement physique qui a commencé il y a deux ans à Seattle.

L'une des prochaines ouvertures illustre le combat industriel du géant de l'internet pour imprimer son empreinte jusque dans les centres-villes: à Bethesda, une banlieue aisée de Washington, la grande librairie Barnes & Noble va fermer ses portes, et Amazon va s'implanter à quelques pas.

Barnes & Noble, une chaîne elle-même accusée d'avoir écrasé les libraires indépendants, vend plus que des livres. Les clients traînent au café, les enfants écoutent des histoires sur une scène décorée. Les trois niveaux du magasin sont un passage obligé pour tout flâneur du centre de Bethesda, le week-end.

Mais Barnes & Noble n'a pas pu s'entendre sur le renouvellement de son bail et fera ses adieux en janvier, après deux décennies de présence, malgré une pétition signée par 5.600 riverains.

"J'emmène toujours mes enfants ici, je connais les vendeurs. C'est toujours triste quand une bonne librairie ferme", regrette Sarah Pekkanen, une auteure locale dont la première séance de dédicaces a eu lieu là.

Mais Liz Cummings, qui dirige un centre d'écriture local, se félicite de l'arrivée d'Amazon, malgré tout. "Les gens veulent pouvoir acheter des livres. C'est mieux que rien".

Amazon says it will stock bestselling or highly rated titles, but also feature local authors
Amazon says it will stock bestselling or highly rated titles, but also feature local authors ( TIMOTHY A. CLARY / AFP/Archives )

La grande différence entre Barnes & Noble et des libraires indépendants, d'une part, et Amazon d'autre part, est que les librairies Amazon en dur ne vendent que les best-sellers et les livres les mieux notés par ses clients, ainsi que quelques auteurs locaux. Les titres plus rares n'arriveront jamais dans ses rayons. Une sélection limitée.

"Notre culture sera en danger si on ne maintient pas de la diversité parmi les magasins qui vendent des livres", dit Donna Paz Kaufman, une consultante du secteur de la distribution.

Elle explique qu'Amazon investit dans des magasins physiques pour toucher un certain type de consommateurs, plus aisés, plus diplômés.

"Ils s'intéressent au monde des librairies car c'est une sorte de portail", dit-elle. "Ils ont commencé avec les livres car ils voulaient toucher des consommateurs qui achèteront ensuite plein d'autres choses".

Ce qui sauvera les librairies indépendantes, selon cette analyste, c'est que "les jeunes recherchent de l'authenticité".

- Les indépendants reviennent -

More than 5,600 people signed a petition to keep the Bethesda Barnes & Noble open after the bookstore was unable to agree on a lease extension
More than 5,600 people signed a petition to keep the Bethesda Barnes & Noble open after the bookstore was unable to agree on a lease extension ( mari matsuri / AFP/Archives )

Les chiffres semblent confirmer son analyse.

Après l'apparition d'Amazon en 1995 le nombre de librairies indépendantes a plongé de 43% en cinq ans, selon une étude de la Harvard Business School. En 2011, la chaîne Borders a mis la clé sous la porte.

Mais de 2009 à 2015, la fédération des libraires American Booksellers Association a rapporté une hausse de 35%, le nombre de librairies indépendantes passant de 1.651 à 2.227.

La clé de cette renaissance, selon l'étude Harvard: une sélection attentive et la multiplication d'événements en magasins, pour attirer les clients.

Un exemple éclatant se trouve à Washington avec la librairie Politics and Prose, rachetée en 2011 par l'ancienne plume d'Hillary Clinton, Lissa Muscatine, et son mari Bradley Graham, ex-journaliste du Washington Post.

M. Graham convient qu'il est difficile de battre Amazon sur le prix et la facilité d'achat. Mais "il y a de la place pour nous sur le marché", dit-il.

Avec sa femme, il a fait de Politics and Prose un mini-centre culturel, avec café, conférences d'auteurs et fréquentes séances de dédicaces. "Nous sommes plus des agents culturels qu'un instrument commercial", dit-il.

Les marges sur les livres sont faibles, explique-t-il, ce qui force les libraires à développer d'autres activités plus rentables.

Il s'affiche, in fine, optimiste. "Le livre, avec quelques améliorations, existe depuis des siècles, c'est assez rassurant", philosophe le libraire, qui souligne au passage l'essoufflement des livres numériques.

Politics and Prose aura très bientôt l'occasion de tester sa théorie: Amazon a prévu d'ouvrir une librairie à Georgetown, un quartier commerçant de Washington.

"Bienvenue dans le quartier. On est prêts", dit Bradley Graham.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Tradez sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

Eurofins Scientific gagne désormais 3,4% à 417,8 euros, dans un volume toutefois assez limité...

Publié le 23/10/2018

Orange Business Services et Telespazio, société commune de Leonardo et Thales, annoncent s’unir pour fournir des services de télécommunication par satellite au Ministère des Armées. Les deux…

Publié le 23/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 23/10/2018

Un des points faibles historiques d’Atos est revenu le hanter pour la deuxième publication consécutive : la faiblesse de sa croissance organique. Déjà décevante au premier semestre, elle…

Publié le 23/10/2018

Innate Pharma a annoncé la signature d'un accord multi-termes avec AstraZeneca et MedImmune, son bras recherche et développement de molécules...