En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 812.89 PTS
+0.56 %
4 805.00
+0.40 %
SBF 120 PTS
3 828.11
+0.49 %
DAX PTS
10 916.95
+0.23 %
Dowjones PTS
24 165.60
+0.42 %
6 679.03
+0.14 %
1.139
-0.09 %

Les grandes étapes de l'affaire Carlos Ghosn

| AFP | 223 | Aucun vote sur cette news
Un véhicule de police patrouille devant le centre de détention de Tokyo où est incarcéré Carlos Ghosn, le 11 janvier 2019
Un véhicule de police patrouille devant le centre de détention de Tokyo où est incarcéré Carlos Ghosn, le 11 janvier 2019 ( Kazuhiro NOGI / AFP )

Voici les principaux événements survenus depuis l'arrestation au Japon de Carlos Ghosn, PDG de l'alliance de constructeurs automobiles Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, soupçonné de malversations financières qu'il nie.

- Arrestation -

Le 19 novembre 2018, Carlos Ghosn est arrêté alors qu'il vient d'atterrir à Tokyo à bord d'un jet privé. Son bras droit Greg Kelly est lui aussi interpellé. Tous deux sont placés en garde à vue dans une prison du nord de Tokyo.

Des perquisitions ont lieu au siège de Nissan à Yokohama, dans la banlieue de Tokyo, et dans le luxueux appartement tokyoïte de M. Ghosn.

Le dirigeant franco-libano-brésilien, âgé de 64 ans, est soupçonné d'avoir omis de déclarer une grande partie de ses revenus aux autorités boursières pendant cinq ans, entre 2010 et 2015.

Dans la soirée, le président exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, affirme que M. Ghosn est soupçonné "de nombreuses autres malversations, telles que l'utilisation de biens de l'entreprise à des fins personnelles".

"C'est un problème que tant d'autorité ait été accordée à une seule personne", déclare-t-il devant la presse.

- Révoqué chez Nissan et Mitsubishi -

Le 20 novembre, le conseil d'administration de Renault confie "à titre provisoire" la direction exécutive du groupe à son numéro deux Thierry Bolloré. Carlos Ghosn demeure PDG.

En revanche, il est révoqué de la présidence du conseil d'administration de Nissan deux jours plus tard.

A Paris, les gouvernements français et japonais réaffirment leur soutien à l'alliance.

Bruno Le Maire fait part d'un audit interne de Renault sur les rémunérations de Carlos Ghosn. Mais "tant qu'il n'y a pas de charges tangibles", il ne sera pas démis de sa fonction de PDG de Renault, affirme-t-il, ce qu'il répètera le 6 janvier, invoquant la "présomption d'innocence".

Le 26, le conseil d'administration de Mitsubishi Motors limoge à son tour M. Ghosn.

Les dirigeants de Renault, Nissan et Mitsubishi Motors réaffirment le 29 leur "profond attachement" à leur alliance.

- 1ère inculpation -

Le 10 décembre, Carlos Ghosn et Greg Kelly sont inculpés pour dissimulation de revenus entre 2010 et 2015. Leur garde à vue est prolongée, pour le même motif mais concernant la période 2015-2018.

Le 13, le conseil d'administration de Renault confirme Carlos Ghosn à son poste de PDG, jugeant sa rémunération française conforme à la loi.

Le 17, le conseil d'administration de Nissan échoue à désigner un remplaçant à Carlos Ghosn.

Le patron exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, et le numéro 2 de Renault, Thierry Bolloré, se rencontrent pour la première fois le lendemain en tête-à-tête à Amsterdam, alors que les tensions montent au sein de l'alliance.

- Nouveau mandat d'arrêt -

Le tribunal de Tokyo annonce le 20 décembre avoir rejeté l'extension de la garde à vue de M. Ghosn réclamée par le parquet. Il peut théoriquement être libéré sous caution.

Mais le lendemain, les procureurs décident de remettre le dirigeant en garde à vue sur de nouvelles charges, d'abus de confiance: il est accusé d'avoir tenté de faire couvrir par Nissan des pertes sur des investissements personnels au moment de la crise économique de 2008, ce qu'il dément. Il est aussi soupçonné d'avoir effectué des virements d'un compte de la compagnie au bénéfice d'un ami saoudien.

Sa garde à vue sera prolongée à deux reprises, soit jusqu'au 11 janvier 2019.

Greg Kelly, bras droit de Carlos Ghosn, est libéré sous caution le 25 décembre.

Comparution au tribunal

Le 8 janvier 2019, Carlos Ghosn comparaît pour la première fois devant le tribunal de Tokyo, à sa requête. Apparaissant amaigri et menotté, il affirme avoir été "faussement accusé et détenu de manière injuste".

De son côté, le juge justifie sa garde à vue prolongée par un risque de fuite et d'altération des preuves.

Le 10 janvier, un conseil d'administration extraordinaire de Renault le maintient à sa tête.

Nouvelles inculpations

Au terme de sa garde à vue, le patron est mis en examen pour abus de confiance et pour avoir minoré ses revenus dans des rapports boursiers de Nissan entre 2015 et 2018. Débute une nouvelle période de détention provisoire.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

Parce qu'ils le valent bien ! A l'occasion de l'annonce du versement d'une prime exceptionnelle de 1 000 euros à ses 14 300 collaborateurs en France, L'Oréal a rappelé le salaire moyen d'un ouvrier…

Publié le 16/01/2019

Conformément au dispositif proposé par le gouvernement d'une prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, et compte tenu de la belle année 2018 qu'a réalisée le groupe, L'Oréal annonce le versement…

Publié le 16/01/2019

Pearson (-5,98% à 918,20 pence) inquiète les investisseurs. Le groupe britannique a annoncé des économies supplémentaires à l'occasion d'un point sur son activité. Mais ces économies laissent…

Publié le 16/01/2019

  FLEURY MICHON SA au capital de 13 382 658.85 Euros - RCS la Roche sur Yon B 572 058 329         BILAN SEMESTRIEL DU CONTRAT DE LIQUIDITE  CONTRACTE…

Publié le 16/01/2019

Pierre et Vacances annonce l’acquisition de la start-up française RendezvousCheznous.com, une marketplace lancée en 2014, qui met en relation les vacanciers avec les hôtes locaux pour des…