En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 490.12 PTS
+0.25 %
5 485.00
+0.37 %
SBF 120 PTS
4 396.46
+0.28 %
DAX PTS
12 384.80
+0.28 %
Dowjones PTS
26 562.05
-0.68 %
7 548.75
+0.00 %
1.178
+0.27 %

Les fondateurs et des salariés de Tinder attaquent en justice le propriétaire

| AFP | 327 | Aucun vote sur cette news
Outre les trois cofondateurs, les autres plaignants font partie des tout premiers employés de Tinder, fondé en 2012 pour révolutionner les rencontres amoureuses
Outre les trois cofondateurs, les autres plaignants font partie des tout premiers employés de Tinder, fondé en 2012 pour révolutionner les rencontres amoureuses ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

Les cofondateurs et des managers de Tinder attaquent en justice les actuels propriétaires de l'application de rencontres, qu'ils accusent d'avoir "manipulé" les informations financières pour les priver de milliards de dollars leur revenant.

Le PDG par intérim, Greg Blatt, est également accusé de harcèlement sexuel à l'encontre de la directrice de la communication et du marketing, Rosette Pambakian.

Il l'aurait pelotée, selon la plainte, sans son consentement lors de la fête de fin d'année de l'entreprise en 2016 à Los Angeles. Mme Pambakian est partie prenante de la plainte.

Match.com a racheté Tinder en 2013 et a été acquis à son tour par InterActive Corp (IAC), groupe appartenant au milliardaire américain Barry Diller, deux ans plus tard.

Dans leur plainte, déposée mardi devant un tribunal de New York, les plaignants, une dizaine en tout dont les fondateurs de Tinder Sean Rad, Jonathan Badeen et Justin Mateen, accusent IAC et Match d'avoir mis en place une combine pour les "duper".

Celle-ci "consistait à soutirer des milliards de dollars aux plaignants en violant leurs droits contractuels", peut-on lire dans les documents judiciaires.

Pour ce faire, IAC et Match auraient sous-évalué "volontairement" Tinder en mettant en avant de fausses informations dans le but de réduire la valeur de leurs stock-options, selon la plainte.

Greg Blatt, le PSG par intérim de l'application Tinder, le 20 novembre 2015 à New York
Greg Blatt, le PSG par intérim de l'application Tinder, le 20 novembre 2015 à New York ( Andrew Burton / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

IAC et Match auraient créé de toutes pièces des "projections financières fausses, gonflé les coûts et créé un univers dans lequel Tinder stagne".

Or le chiffre d'affaires, affirment les plaignants, devrait être de 800 millions de dollars en 2018 contre 350 millions il y a cinq ans.

IAC et Match auraient notamment passé sous silence les retombées financières des nouveaux produits, "alors que des données existantes confirment que ces produits vont doper les bénéfices de Tinder".

En nommant Greg Blatt, PDG de Match, comme patron par intérim de Tinder en décembre 2016, IAC et sa filiale voulaient "contrôler la valorisation de Tinder", juste au moment où il fallait déterminer la valeur des stock-options octroyées aux employés, poursuivent les plaignants.

M. Blatt, avancent-ils, est le "laquais de Barry Diller" et "est connu pour avoir un tempérament volcanique et n'hésite pas à recourir aux menaces comme licencier les salariés osant le contredire".

En tout, les plaignants réclament "au moins" 2 milliards de dollars en dommages et intérêts.

Outre les trois cofondateurs, les autres plaignants font partie des tout premiers employés de Tinder, fondé en 2012 pour révolutionner les rencontres amoureuses.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

STMicroelectronics,leader mondial dont les clients couvrent toute la gamme des applications électroniques, a annoncé son entrée dans les indices développement durable du Dow Jones (DJSI - Dow…

Publié le 25/09/2018

CinemaNext, leader européen des services aux exploitants cinéma et branche du Groupe Ymagis, annonce ce jour avoir finalisé l'équipement des trois...

Publié le 25/09/2018

Plusieurs spécialistes estiment que le plus cher des nouveaux iPhones dépasse les attentes

Publié le 25/09/2018

Casino reprend 1,6% à 36,6 euros à la mi-journée alors que l'actualité sectorielle est toujours dominée par la bataille opposant depuis ce week-end le...

Publié le 25/09/2018

Suez a annoncé la construction d'une nouvelle unité de valorisation énergétique à Stockton-on-Tees - comté de Durham - au Royaume-Uni, pour assurer le...