En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 939.10 PTS
-0.73 %
4 931.0
-0.58 %
SBF 120 PTS
3 942.10
-0.57 %
DAX PTS
11 173.02
-0.63 %
6 575.66
+0.00 %
1.142
+0.35 %
12 009.95
-0.20 %

Le Royaume-Uni, champion de l'intelligence artificielle européenne selon une étude

| AFP | 294 | Aucun vote sur cette news
La Première ministre britannique Theresa May visite une école d'ingénieurs à Birmingham le 20 novembre 2017
La Première ministre britannique Theresa May visite une école d'ingénieurs à Birmingham le 20 novembre 2017 ( Andrew YATES / POOL/AFP/Archives )

Le Royaume-Uni est le pays européen où sont basées le plus de start-up actives dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA), devant la France et l'Allemagne, selon un baromètre France Digitale/Roland Berger publié mardi.

Ce recensement est divulgué à la veille de deux jours de réunion de spécialistes de l'IA à l'incubateur parisien Station F, à l'initiative de France Digitale, fédération d'entrepreneurs de la technologie.

Il dénombre outre-Manche 774 start-up actives dans l'apprentissage automatique, les réseaux neuronaux et les autres technologies de ce type, soit 34% des jeunes pousses européennes du genre.

En France, au deuxième rang du classement, il recense 308 start-up, soit 14% du total européen, juste devant l'Allemagne avec 303 jeunes pousses identifiées (13%).

La France est en revanche championne des laboratoires de recherche, avec 82 entités (21% du total européen), contre 43 pour l'Allemagne et 38 pour le Royaume-Uni.

Le mathématicien et député LREM français Cédric Villani lors de son discours durant la conférence
Le mathématicien et député LREM français Cédric Villani lors de son discours durant la conférence "L'intelligence artificielle au service de l'humain" à Paris, le 29 mars 2018 ( Etienne LAURENT / POOL/AFP/Archives )

Le baromètre "confirme que l'écosystème français de l'intelligence artificielle est le premier du continent", a déclaré à l'AFP Cédric Villani, le député mathématicien qui a inspiré au gouvernement la stratégie pour l'intelligence artificielle publiée en mars dernier.

"La vitalité des start-up", la "qualité de la recherche" et l'existence d'énormes bases de données grâce à la tradition centralisatrice française sont "les trois forces sur lesquelles il faut s'appuyer" pour développer le secteur en France, a-t-il dit.

Roland Berger, le cabinet auteur de l'étude, a de son côté souligné que le fractionnement du marché européen restait nuisible aux entreprises européennes de l'intelligence artificielle, qui ne peuvent compter sur de grands marchés intérieurs unifiés comme les deux champions mondiaux, les Etats-Unis et la Chine.

Il faut "s'écarter" du modèle européen actuel ou des écosystèmes nationaux vivent leur vie chacun de leur côté, estime le cabinet dans ses commentaires.

Selon le rapport, les start-up d'intelligence artificielle ont levé 774 millions de dollars de capital-risque en 2017, contre 4,5 milliards aux Etats-Unis, et le même montant en Chine.

M. Villani a estimé qu'il était vital d'améliorer le statut des chercheurs du public, pour éviter la fuite de ces cerveaux vers les laboratoires privés comme ceux installés ou renforcés ces derniers mois en France par de grands noms comme Google, Samsung, IBM ou Fujitsu.

Ces laboratoires privés "donnent des moyens importants aux chercheurs" et jouent un rôle positif dans ce sens là, a-t-il expliqué. Mais "il faut éviter qu'il y ait une disproportion trop importante" entre les moyens alloués aux chercheurs les laboratoires publics du privé et ceux du public.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2018

CODE OFFRE : CYBER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : CYBER18 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2018

Par courrier reçu le 21 novembre 2018 par l'AMF, la société new-yorkaise Select Equity Group, L...

Publié le 22/11/2018

Nokia annonce le regroupement de ses activités dans les réseaux de téléphonies mobile et fixe, au sein d'Acces Networks, une nouvelle entité. Celle-ci permettra d'exploiter "pleinement les…

Publié le 22/11/2018

L’assemblée générale de Monte Carlo Yachts du 21 novembre dernier a révoqué Carla Demaria de son mandat de présidente et membre du Conseil d’administration de cette filiale de Beneteau. A la…

Publié le 22/11/2018

6 villes seront reliées...

Publié le 22/11/2018

A contre-courant, Remy Cointreau s'adjuge 1,5% à 105,7 euros en début de séance, dopé par une publication semestrielle de belle facture...