En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.51 PTS
+0.67 %
5 282.0
+1.00 %
SBF 120 PTS
4 196.33
+0.66 %
DAX PTS
12 011.04
+0.49 %
Dowjones PTS
25 585.69
+0.37 %
7 300.96
-0.10 %
1.120
+0.00 %

Le combat d'Ascoval pour survivre

| AFP | 848 | Aucun vote sur cette news
Des salariés de l'aciérie Ascoval, le 19 décembre 2018 à Saint-Saulve, dans le Nord
Des salariés de l'aciérie Ascoval, le 19 décembre 2018 à Saint-Saulve, dans le Nord ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP/Archives )

L'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) a appris jeudi sa reprise prochaine par British Steel, après plus de quatre années de rebondissements épuisants pour ses 270 salariés.

Créée en 1975 par Vallourec et devenue Ascoval en 2017, l'aciérie attendait un repreneur depuis la liquidation judiciaire en février 2018 d'Asco Industries (groupe Ascométal), auquel Vallourec avait cédé 60% de l'usine.

2015 : première restructuration

Premier plan de restructuration annoncé par Vallourec, confronté à une chute de ses marchés dans le secteur pétrole et gaz.

Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, assure devant les salariés de l'usine de Saint-Saulve qu'"il n'y aura aucune fermeture de site et aucun départ contraint". L'Etat est à la recherche de "partenaires pour entrer au capital de cette aciérie".

- 2017 : fermeture du laminoir

En février 2016, Vallourec annonce la fermeture du laminoir de Saint-Saulve à l'horizon d'un an.

Un an plus tard, le groupe Ascométal devient actionnaire de l'usine à hauteur de 60%, donnant naissance à Ascoval. Mais en novembre, Ascométal est placé en redressement judiciaire.

- 2018 : guerre des nerfs

Fin janvier, le tribunal de Strasbourg choisit Schmolz&Bickenbach pour la reprise d'Ascométal, mais le groupe suisse ne prévoit pas de reprendre l'usine Ascoval de Saint-Saulve. "On a été sacrifiés", dénonce l'intersyndicale.

Le 30 janvier, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire annonce un accord avec Schmolz&Bickenbach pour maintenir pendant un an l'activité d'Ascoval, avec l'espoir de trouver un repreneur.

Les salariés en grève concluent avec l'Etat et la région Hauts-de-France un accord de 12 millions d'euros, qui garantit l'emploi pendant un an et finance un éventuel plan social.

Fin février, Vallourec crée la surprise en annonçant la fermeture de sa ligne de production de Saint-Saulve. Le président du conseil régional des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, dit sa "totale incompréhension", alors même que des acheteurs potentiels étudient le dossier.

- L'offre d'Altifort

En octobre, le cabinet indépendant de conseil Roland Berger juge une offre déposée par la société Altifort "crédible", mais à consolider.

Les salariés qui s'étaient mis en grève votent la reprise du travail afin de ne pas décourager les investisseurs.

Le 8 novembre, Emmanuel Macron assure vouloir "sauver" Ascoval.

Le 10 décembre, le gouvernement et Altifort disent avoir trouvé un accord sur un plan de financement "solide".

Le 19 décembre, le TGI de Strasbourg valide l'offre d'Altifort.

- Février 2019 : douche froide

Le 21 février 2019, coup de tonnerre : "il y a des difficultés de financement", indique le cabinet de Xavier Bertrand. Altifort "a trompé tout le monde", assène-t-on au cabinet de Bruno Le Maire. Le groupe "nous a confirmé qu'il ne pourrait verser aucun des fonds sur lesquels il s'était engagé".

Fin février, Altifort retire son offre faute de financement et la justice renvoie l'affaire au 27 mars.

- Mars 2019 : nouveau délai

Le 27 mars, le TGI de Strasbourg donne jusqu'au 24 avril à Ascoval pour la recherche d'un repreneur, puis met sa décision en délibéré au 2 mai. Sur les trois offres de reprise encore en lice, celle du sidérurgiste British Steel fait figure de favori.

Le 2 mai, le tribunal annonce la cession d'Ascoval à la société Olympus Steel Ltd, maison mère de British Steel, à compter du "15 mai 2019 à minuit". Le plan de reprise prévoit la reprise de l'ensemble des 270 salariés, avec l’ensemble de leurs droits acquis.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/05/2019

Liée essentiellement à la présence de Valérian et la Cité des mille planètes dans le line-up de l'exercice précédent...

Publié le 24/05/2019

Rallye annonce qu’il a été mis fin avec date d’effet au 24 mai 2019 au contrat de liquidité conclu avec Rothschild Martin Maurel. Au jour de cette résiliation, les moyens suivants figuraient…

Publié le 24/05/2019

Europacorp a dévoilé un chiffre d’affaires 2018/2019 (exercice clos le 31 mars) de 148,7 millions d'euros (hors activités cédées), soit une baisse de 33% par rapport à l’exercice 2017/2018,…

Publié le 24/05/2019

Les principales causes sont la baisse des cours du zinc et du plomb

Publié le 24/05/2019

NEOPOSTLe spécialiste de l'affranchissage du courrier publiera après Bourse son chiffre d'affaires du premier trimestre.source : AOF