En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 091.90 PTS
-0.32 %
6 090.50
-0.32 %
SBF 120 PTS
4 817.03
-0.32 %
DAX PTS
13 751.54
-0.27 %
Dow Jones PTS
29 348.03
+0. %
9 718.73
+0. %

La procédure d'attribution des fréquences 5G en zone de turbulence

| AFP | 365 | 5 par 1 internautes
Faux départ pour la 5G en France? Le processus d'attribution des fréquences de cette nouvelle génération de réseaux mobiles se complique, entre inquiétude du grand public, pressions des opérateurs et coup de semonce du pouvoir chinois
Faux départ pour la 5G en France? Le processus d'attribution des fréquences de cette nouvelle génération de réseaux mobiles se complique, entre inquiétude du grand public, pressions des opérateurs et coup de semonce du pouvoir chinois ( Justin TALLIS / AFP/Archives )

Faux départ pour la 5G en France? Le processus d'attribution des fréquences de cette nouvelle génération de réseaux mobiles se complique, entre inquiétude du grand public, pressions des opérateurs et coup de semonce du pouvoir chinois.

L'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) doit annoncer en fin de mois les opérateurs ayant fait acte de candidature pour exploiter cette technologie promettant des connexions ultra-rapides via les téléphones portables, mais aussi les objets connectés.

Mais les embûches se multiplient: dernier épisode en date, un communiqué de l'ambassade de Chine à Paris dimanche a mis en garde le gouvernement français contre d'éventuelles "mesures discriminatoires" vis-à-vis du géant chinois des télécoms, Huawei.

Pour la représentation diplomatique, Paris envisagerait de prendre "des mesures restrictives contre Huawei dans le déploiement de la 5G", avec notamment les limites géographiques dans l'usage d'antennes radios produites par le groupe chinois.

"Exclure Huawei de la 5G nuirait aux intérêts de toute l'industrie française", a mis en garde la vice-présidente des affaires publiques de Huawei chargée de la France, Linda Han, dans un entretien publié mardi soir sur le site internet du journal Les Echos.

Une inquiétude qui trouve aussi une résonance chez les opérateurs télécoms. Deux d'entre eux, Bouygues Telecom et SFR, utilisent depuis plusieurs années des équipements chinois dans leurs réseaux 3G et 4G.

Paradoxalement, c'est d'un opérateur équipé exclusivement par le finlandais Nokia qu'est venue la dernière prise de parole sur le sujet, le directeur général d'Iliad, maison-mère de Free, souhaitant une clarification de la position du gouvernement.

"Nous devons conserver la flexibilité de travailler avec l'ensemble des équipementiers. C'est une question de concurrence équitable et de visibilité pour nos investissements", a déclaré Thomas Reynaud aux Echos de lundi.

"Si l'Etat interdit Huawei, il devra indemniser les opérateurs", déclarait fin janvier le président de la Fédération française des télécoms, Arthur Dreyfuss, appelant à "clarifier la situation". "Comment appréhender ce processus sans prendre en compte financièrement et opérationnellement une éventuelle interdiction?"

Retard pas forcément rédhibitoire

Ces prises de parole interviennent alors que l'Agence nationale de sécurisation des systèmes informatiques (Anssi) doit valider ou non, dans les tout prochains jours, les premières demandes concernant des équipements chinois et déposées il y a bientôt deux mois par SFR.

"On a le sentiment que cette attribution se fait dans un contexte plus compliqué que les précédentes", remarque Victor Marçais, spécialiste des télécoms et médias pour le cabinet Roland Berger, pour qui "ces décisions sur les équipements sont nécessaires pour que les opérateurs puissent travailler à leurs plans d'investissements".

Au-delà des questions d'investissement et de sécurisation des réseaux, la 5G a vu s'ouvrir de nouveaux fronts, social d'une part, avec un recours de la CFE-CGC Orange, inquiète de l'impact social des futurs déploiements, sociétal d'autre part, avec des craintes en termes de santé mais aussi de conséquences environnementales, exprimées par un nombre croissant de pétitions.

Ces inquiétudes ne sont pas spécifiques à la France: alors que la Suisse espérait avoir couvert 80% de son territoire fin 2019, les opérateurs n'ont pu déployer que quelques centaines d'antennes dans le pays, bloqués dans les villes par l'opposition des habitants.

Lors d'une prise de parole fin janvier, le PDG d'Orange, Stéphane Richard, voyait d'ailleurs un "décalage dans la manière dont la question se pose en Europe et dans le reste du monde", ajoutant cependant prendre les inquiétudes exprimées "tout à fait au sérieux".

"On pouvait s'attendre à toutes les difficultés qui émergent", souligne Guillaume Vaquero, expert numérique pour le cabinet Wavestone. Mais "il y a un contexte économique et politique qui vient s'y ajouter", poursuit ce spécialiste.

Ces risques de retards ne constituent pas forcément un problème, tant les usages de la 5G restent encore très théoriques, en particulier tant que les dernières normes ne sont pas rendues publiques.

"La capacité des opérateurs à monétiser pour le moment la 5G est peu évidente, un retard de quelques mois n'entraînerait pas de manque à gagner, cela ne ferait que décaler quelques investissements", remarque Thomas Coudry, analyste télécoms pour Bryan, Garnier and Co.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2020

Une erreur s'est glissée dans notre précédente dépêche. Suit une version corrigée de l'article. Air France-KLM chute de 3,66% à 9,37 euros sur la place de Paris, dans le sillage de ses…

Publié le 20/02/2020

Molotov a décidé d'attaquer TF1 et M6 devant l'Autorité de la concurrence, les accusant d'abus de position dominante et d'entente. La start-up reproche aux deux chaines de favoriser Salto, la…

Publié le 20/02/2020

Morgan Stanley a annoncé le rachat de la société de courtage E-Trade pour 13 milliards de dollars en actions. Il s’agit de la plus importante transaction dans le secteur financier aux Etats-Unis…

Publié le 20/02/2020

Tous les contenus gratuits YouTube disponibles dès le 25 févrierOrange, en partenariat avec Google, lance le service YouTube sur la TV d'Orange pour...

Publié le 20/02/2020

JCDecaux a annoncé, dans un communiqué, avoir déployé avec succès 2 500 nouveaux Vélo'v hybrides sur le territoire de la Métropole de Lyon dans la nuit du 19 au 20 février 2020. Les habitants…