En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 154.30 PTS
+0.18 %
5 144.50
+0.01 %
SBF 120 PTS
4 126.07
+0.06 %
DAX PTS
11 684.47
-0.26 %
Dowjones PTS
25 556.90
-0.58 %
7 219.09
-0.82 %
1.149
-0.03 %

L'intelligence artificielle, nouvel outil contre le crime

| AFP | 493 | 4 par 1 internautes
Photo prise le 1er novembre 2017 montrant un système d'identification des personnes et des véhicules lors d'une conférence de l'entreprise Nvidia, à Washington
Photo prise le 1er novembre 2017 montrant un système d'identification des personnes et des véhicules lors d'une conférence de l'entreprise Nvidia, à Washington ( SAUL LOEB / AFP/Archives )

La police de l'État américain du Delaware, dans l'est du pays, s'apprête à déployer des caméras "intelligentes" dans ses véhicules afin d'aider les autorités à détecter un véhicule transportant un fugitif, un enfant disparu ou une personne âgée désorientée.

Les vidéos seront analysées par des logiciels d'intelligence artificielle capables d'identifier les véhicules grâce à leur plaque d'immatriculation ou d'autres caractéristiques, et donner ainsi "des yeux supplémentaires" aux agents en patrouille, explique David Hinojosa de Coban Technologies, la société qui fournit ce matériel.

"Nous aidons les officiers de police à rester concentrés sur leur travail", ajoute-t-il, qualifiant cette nouvelle technologie de "caméra embarquée sous stéroïdes".

Le programme s'inscrit dans une utilisation croissante de l'alliance entre l'intelligence artificielle et la vidéo pour lutter contre la criminalité, une tendance qui inquiète les défenseurs de la vie privée et des libertés civiles.

La start-up américaine Deep Science utilise la même technologie pour aider les commerçants à détecter en temps réel un vol à main armée, en identifiant des armes ou des agresseurs masqués, ce qui permet de déclencher des alarmes automatiques.

Selon Sean Huver, le co-fondateur de Deep Science et ancien ingénieur au Pentagone, cette technologie est plus efficace et moins coûteuse que les gardes de sécurité humains.

"Le problème avec les gardes de sécurité, c'est qu'ils s'ennuient", explique-t-il.

- Ecoles, hôtels, magasins -

Les technologies de vision assistée par ordinateur sont déjà utilisées pour les véhicules autonomes ou les drones, afin de reconnaître et interpréter l'environnement, explique Saurabh Jain, chef de produit pour le groupe d'infographie Nvidia qui fabrique des puces informatiques pour ces nouveaux systèmes de sécurité.

Nvidia compte déjà une cinquantaine de partenaires qui utilisent sa technologie. L'un d'eux, Umbo Computer Vision, basé en Californie, a développé un système de surveillance qui peut être utilisé dans les écoles, les hôtels ou d'autres endroits, en analysant la vidéo pour détecter les intrusions et les menaces en temps réel et envoyer une alerte aux gardes de sécurité.

La startup israélienne Briefcam utilise une technologie similaire pour interpréter les séquences de vidéosurveillance.

"Une vidéo n'est pas structurée, on ne peut faire des recherches dedans", explique Amit Gavish, directeur général de Briefcam aux Etats-Unis. Sans intelligence artificielle, dit-il, "il faudrait visionner des centaines d'heures d'images en utilisant seulement avance rapide et retour rapide".

"Nous détectons, suivons, extrayons et classons chaque objet dans la vidéo pour en faire une base de données."

Cela peut permettre aux enquêteurs de trouver rapidement des suspects dans les images de vidéosurveillance, un système déjà utilisé par les forces de l'ordre dans des centaines de villes à travers le monde, dont Paris, Boston et Chicago, précise M. Gavish.

"Ce n'est pas seulement un gain de temps. Dans bien des cas ça ne serait pas possible parce que les gens qui regardent des images vidéos deviennent inefficaces après 10 à 20 minutes", affirme-t-il.

La start-up russe Vision Labs utilise la technologie Nvidia de reconnaissance faciale pour identifier les voleurs à l'étalage ou les clients fauteurs de troubles dans les casinos.

"Nous pouvons déployer (cette technologie) n'importe où", s'enthousiasme Vadim Kilimnichenko, chef de projet chez Vision Labs.

Ses clients comprennent aussi des banques pour lesquelles la reconnaissance faciale peut aider à déterminer si quelqu'un utilise une fausse identité.

- Risques pour la vie privée -

Pour Marc Rotenberg, président de l'Electronic Privacy Information Center, la croissance rapide de ces technologies soulève des risques pour la vie privée et appelle à un contrôle réglementaire sur la façon dont les données sont stockées et utilisées.

"Certaines de ces techniques peuvent être utiles, mais il existe d'énormes problèmes de confidentialité lorsque les systèmes sont conçus pour capturer l'identité et prendre une décision basée sur des données personnelles", s'inquiète Marc Rotenberg.

"C'est là que les problèmes de profilage, de partialité et de précision entrent en ligne de compte."

L'utilisation des systèmes d'intelligence artificielle en justice doit faire l'objet de garanties juridiques et de transparence, dit-il.

Dans un article de blog publié plus tôt cette année, Shelly Kramer de Futurum Research expliquait que l'intelligence artificielle est très prometteuse pour les forces de police, que ce soit pour la surveillance, l'identification de menaces sur les réseaux sociaux ou l'utilisation de "bots" pour détecter des mensonges.

"Cette encourageante promesse s'accompagne cependant d'une foule de risques et de responsabilités", prévenait-elle.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

Les valeurs bancaires sous-performent les marchés en Europe, plombées par les établissements espagnols qui décrochent fortement suite à une décision...

Publié le 18/10/2018

PEPSICO constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Put K815S émis par SOCIETE…

Publié le 18/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/10/2018

Suite à la signature en juin 2018 de l’accord de licence exclusif avec le studio Wargaming, Innelec Multimedia annonce le lancement de sa gamme de périphériques gaming World of Tanks sous la…

Publié le 18/10/2018

L'IMMOBILIERE HOTELIERE Société Anonyme au capital 13.007.451 EUR Siège social : 66, rue de Miromesnil -75008 Paris R.C.S. Paris 784 335 333   La société L'IMMOBILIERE…