5 167.15 PTS
-0.18 %
5 173.50
-0.06 %
SBF 120 PTS
4 136.89
+0.01 %
DAX PTS
12 272.38
+0.07 %
Dowjones PTS
22 024.87
+0.12 %
5 917.42
+0.00 %
Nikkei PTS
19 702.63
-0.14 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'Indonésie va lever l'interdiction de l'application Telegram

| AFP | 105 | Aucun vote sur cette news
L'application Telegram est disponible sur plusieurs supports, dont le smartphone.
L'application Telegram est disponible sur plusieurs supports, dont le smartphone. ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives )

Les autorités indonésiennes ont annoncé mardi qu'elles allaient lever l'interdiction partielle du populaire service de messagerie en ligne Telegram, la société ayant accepté d’accélérer la suppression des contenus liés au terrorisme.

Mi-juillet, l'Indonésie avait limité l'accès à Telegram à cause de la publication de contenus associés au radicalisme et au terrorisme, notamment des conseils pour assembler des bombes et préparer des attentats.

L'interdiction concernait uniquement l'accès à la messagerie en ligne sur ordinateurs. Les autorités avaient menacé de bloquer la totalité du service, également accessible via une application mobile.

Le fondateur de l'entreprise a désormais promis de traiter plus rapidement les demandes de suppression de ces contenus sensibles et de mettre en place une ligne directe avec le gouvernement, afin de gérer ces requêtes.

La levée de l'interdiction devrait avoir lieu cette semaine, ont annoncé les autorités indonésiennes après avoir rencontré le fondateur de Telegram, Pavel Durov.

M. Durov a précisé que les demandes seront désormais gérées en quelques heures, alors que cela pouvait prendre jusqu'à 36 heures auparavant. Il a déclaré que Telegram s'engageait à travailler plus rapidement pour "fermer les contenus publics reliés (au groupe) Etat islamique et à l'apologie du terrorisme".

Réputé pour son haut niveau de cryptage, Telegram s'est déjà retrouvé dans le collimateur de plusieurs pays pour servir de moyen de communication à des groupes terroristes, mais aussi pour son refus de principe de communiquer les données de ses utilisateurs aux autorités.

L'Indonésie a subi ces derniers mois plusieurs attentats attribués au groupe Etat islamique (EI). En juin, un individu a notamment poignardé deux policiers dans une mosquée. Selon la police, il n'avait de lien avec aucune organisation terroriste, mais s'était radicalisé tout seul avec du matériel lu sur Telegram.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/08/2017

L'analyste privilégie Vinci...

Publié le 17/08/2017

Deux grosses applications traitées...

Publié le 17/08/2017

Kiadis Pharma, groupe biopharmaceutique développant des produits innovants destinés à rendre plus sûres les transplantations de moelle osseuse pour...

Publié le 17/08/2017

Diversification bien engagé

Publié le 17/08/2017

L'analyste suit AccorHotels sur un avis négatif...

CONTENUS SPONSORISÉS