En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

L'Afghanistan ordonne la suspension de messageries en ligne

| AFP | 350 | Aucun vote sur cette news
L'Afghanistan a ordonné la suspension pour trois semaines des messageries WhatsApp et Telegram, fréquemment utilisées par les insurgés
L'Afghanistan a ordonné la suspension pour trois semaines des messageries WhatsApp et Telegram, fréquemment utilisées par les insurgés ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Les autorités afghanes ont ordonné cette semaine la suspension pour trois semaines des messageries WhatsApp et Telegram, fréquemment utilisées par les insurgés pour poster leurs communiqués, officiellement pour des raisons "techniques", selon le ministère concerné.

Sur sa page Facebook, le ministre des Télécommunications Shahzad Aryobee convient que "depuis deux jours, de nombreux concitoyens se sont pleins du blocage de WhatsApp et Telegram".

"Le ministère envisage d'introduire de nouvelles tchnologies afin d'améliorer ces services et de résoudre des problèmes techniques mais leur expérimentation impose de suspendre temporairement WhatsApp et Telegram" explique-t-il dans un message daté de vendredi.

"Par conséquent le régulateur des télécoms ATRA a été invité à prendre des mesures en ce sens", ajoute-t-il en affirmant qu'il "ne s'agit pas d'une atteinte à la liberté d'expression".

L'accès aux téléphones portables a explosé ces dernières années en Afghanistan avec plus de 21,5 millions d'abonnements actifs, et huit millions d'Afghans (sur un peu plus de 30 millions) ont accès à internet, principalement via leur portable.

Mais si les Afghans utilisent beucoup ces services de messageries gratuits pour communiquer, les talibans aussi; ils postent la plupart de leurs revendications sur WhatsApp tandis que les partisans du groupe Etat islamique sont de fréquents utilisateurs de Telegram.

"Ce message est la pure vérité: il n'y a pas d'intentions cachées" a rétorqué cependant samedi à l'AFP le porte-parole du ministère des télécommunications Najib Nangyalay.

"Jusqu'ici seule la compagnie Salaam a bloqué son service mais les autres vont suivre. La suspension court du 1er au 20 novembre. Il n'y a aucune atteinte à la liberté d'expression, on continue d'accéder à Facebook, à Twitter..." a-t-il fait valoir.

Ce qui n'empêche pas les usagers réguliers de protester sur Facebook, justement: "Le NDS (les services de renseignements afghans, ndlr) n'arrivent pas à arrêter les kamikazes qui se font sauter, pourquoi y arriveraient-ils en bloquant WhatsApp et Telegram" rage l'un d'eux, Mohammad Hussaini.

"La qualité de WhatsApp et Telegram est impeccable. Fermez plutôt les usines à produire du kamikaze au Pakistan et en Afghanistan et notre pays vivra en paix" renchérit un autre, Mahdi Yasir.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.