En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 801.55 PTS
+0.03 %
5 798.5
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 572.80
+0.09 %
DAX PTS
13 054.80
-0.65 %
Dow Jones PTS
27 590.66
-0.21 %
8 288.33
-0.1 %
1.110
+0.23 %

L'A350, le dernier né d'Airbus sur le long-courrier

| AFP | 393 | 5 par 2 internautes
Un Airbus A350-900 sur le tarmac de l'aéroport Arturo Merino Benitez Airport, à Santiago du Chili, le 1er avril 2014
Un Airbus A350-900 sur le tarmac de l'aéroport Arturo Merino Benitez Airport, à Santiago du Chili, le 1er avril 2014 ( Martin BERNETTI / AFP/Archives )

L'Airbus A350, dont 50 exemplaires ont été commandés lundi par la compagnie Emirates, est un biréacteur long-courrier destiné à concurrencer les Boeing 777 et 787 dans la gamme d'avions de ligne de nouvelle génération en matériaux composites.

La commande de la plus importante compagnie aérienne du Moyen-Orient est l'une des plus grandes pour cet appareil, après celle passée par la concurrente Qatar Airways (76 appareils).

Elle porte sur 50 A350-900 pour un montant de 16 milliards de dollars (14,4 milliards d'euros), selon Emirates. Le prix catalogue 2018 d'Airbus, le dernier dévoilé par l'avionneur européen, est de 317,4 millions de dollars pour l'A350-900 et de 366,5 millions pour l'A350-1000, version allongée de l'appareil.

Initialement lancé en 2005, le programme avait été vertement critiqué par les clients potentiels qui n'y voyaient qu'un dérivé de l'A330, forçant l'avionneur européen à retourner à la planche à dessin.

Un an plus tard, Airbus relançait son programme sous le nom d'A350 XWB ("extrawide body"). L'A350 est décliné en deux modèles, l'A350-900, dont la première livraison remonte à décembre 2014, et l'A350-1000, livré depuis février 2018.

L'A350 XWB, comme le Boeing 787, est construit à plus de 50% en matériaux composites plus légers que le métal. Il consomme ainsi 25% de carburant de moins que les avions actuels de la catégorie et nécessite moins de maintenance tout en résistant mieux à la corrosion.

L'utilisation du composite en grandes quantités a posé un défi industriel pour Airbus et ses fournisseurs, provoquant plusieurs mois de retard dans le programme, dont le coût a dépassé 10 milliards d'euros.

D'une capacité de 300 à 350 places dans une configuration de trois classes différentes, l'A350-900 a un rayon d'action de 15.000 kilomètres, selon l'avionneur.

Son grand-frère A350-1000 est une version allongée de 7 mètres (74 de long) et peut emmener 350 à 410 passagers sur 16.100 kilomètres.

Assemblé à Toulouse, l'A350 est équipé de moteurs Trent XWB produits par Rolls Royce.

A fin octobre, il était commandé à 913 exemplaires (737 A350-900 et 176 A350-1000) par 50 clients et 320 avaient été livrés.

Suivant les configurations, il est en concurrence avec le Boeing 787, commandé à 1.455 exemplaires depuis sa mise en service en 2011, ou le Boeing 777. Quelque 1.903 exemplaires ont été commandés dans les différentes versions de ce best-seller depuis son lancement en 1995.

Emirates est le plus gros client (avec 162 avions commandés dont 112 ont été livrés) du géant des airs du constructeur européen, l'A380, dont Airbus a annoncé en début d'année la fin de la production pour 2021.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 05/12/2019

Bastide annonce ainsi renforcer sa capacité à poursuivre sa politique de croissance externe ciblée

Publié le 05/12/2019

Tarkett anticipe désormais un EBITDA ajusté 2019 légèrement inférieur à celui de 2018, avec une marge en retrait par rapport à celle de l'année dernière contre respectivement un EBITDA…

Publié le 05/12/2019

Tarkett a annoncé lors de la publication des résultats du troisième trimestre que le déploiement en octobre du système ERP du Groupe (SAP) dans la...

Publié le 05/12/2019

Vinci Energies (groupe Vinci) a annoncé jeudi soir l’acquisition de la société Converse Energy Projects GmbH (Converse) auprès de Schneider Electric GmbH. Le montant de la transaction n’a pas…

Publié le 05/12/2019

2CRSi a annoncé la finalisation de l’acquisition de Boston Limited, référence mondiale dans l’intégration, le marketing et la commercialisation d’équipements informatiques. Après audit des…