En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.50 %

Inde: contre les "fake news", WhatsApp restreint les transferts de messages

| AFP | 177 | Aucun vote sur cette news
La messagerie WhatsApp a annoncé vendredi limiter les transferts de messages en Inde, une mesure destinée à freiner la propagation de
La messagerie WhatsApp a annoncé vendredi limiter les transferts de messages en Inde, une mesure destinée à freiner la propagation de "fake news" qui ont causé une série de violences meurtrières dans ce pays d'Asie du Sud ( ARUN SANKAR / AFP/Archives )

La messagerie WhatsApp a annoncé vendredi limiter les transferts de messages en Inde, une mesure destinée à freiner la propagation de "fake news" qui ont causé une série de violences meurtrières dans ce pays d'Asie du Sud.

Des rumeurs virales autour de la prétendue présence de ravisseurs d'enfants ont coûté la vie à une vingtaine de personnes innocentes dans des lynchages de foule à travers l'Inde ces deux derniers mois, d'après des médias locaux.

La situation connaît un tel retentissement que le gouvernement indien a menacé cette semaine de poursuivre la plateforme propriété de Facebook, estimant qu'en tant que canal de communication de fausses informations elle "ne peut échapper à sa responsabilité".

En réponse, la société a annoncé qu'elle allait supprimer la possibilité de transférer d'un coup un message à plusieurs discussions à la fois et tester une limite de cinq transferts par message.

La flèche de transfert rapide à côté de messages contenant un média (photo, vidéo, lien) sera elle aussi supprimée.

Avec plus de 200 millions d'utilisateurs, l'Inde est le premier marché de WhatsApp. Les Indiens y reçoivent quotidiennement un nombre phénoménal de messages et images, qu'ils relayent souvent ensuite au reste de leur répertoire.

Un vendeur de journaux indien lit un journal avec une pleine page d'annonce de la messagerie WhatsApp sur la restriction de transfert de messages pour lutter contre les fake news à New Delhi, le 10 juillet 2018
Un vendeur de journaux indien lit un journal avec une pleine page d'annonce de la messagerie WhatsApp sur la restriction de transfert de messages pour lutter contre les fake news à New Delhi, le 10 juillet 2018 ( Prakash SINGH / AFP/Archives )

Couplée à l'arrivée récente des smartphones et de l'internet mobile jusque dans les zones reculées du pays, cette frénésie fait que les rumeurs infondées se répandent comme une traînée de poudre. Découvrant tout juste ces nouvelles technologies, un pan de la population prend parfois pour argent comptant tout le contenu qui y circule.

"Nous croyons que ces changements - que nous allons continuer à évaluer - vont aider à préserver le but initial de WhatsApp: une application de messagerie privée", a déclaré le groupe technologique américain dans un communiqué.

Lors du dernier lynchage causé par une rumeur circulant sur WhatsApp, une foule de 2.000 personnes a battu à mort la semaine dernière un ingénieur informatique de 27 ans dans l'État du Karnataka (sud), croyant avoir à faire à l'un de ces kidnappeurs évoqués sur internet.

Le défunt et ses amis avaient juste offert des chocolats à des enfants du coin.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…