En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 636.25 PTS
+0. %
5 636.50
+0.06 %
SBF 120 PTS
4 447.36
-0.59 %
DAX PTS
12 633.60
-
Dow Jones PTS
26 770.20
-0.95 %
7 868.49
+0. %
1.116
-0.12 %

Huawei lance son premier smartphone "zéro Google" après les sanctions américaines

| AFP | 1647 | 4.43 par 7 internautes
Le géant chinois de la téléphonie Huawei présente son nouveau smartphone haut de gamme, le premier à fonctionner sans les applications de Google, à Munich (Allemagne), le 19 septembre 2019.
Le géant chinois de la téléphonie Huawei présente son nouveau smartphone haut de gamme, le premier à fonctionner sans les applications de Google, à Munich (Allemagne), le 19 septembre 2019. ( Christof STACHE / AFP )

Le géant chinois de la téléphonie Huawei a lancé jeudi à Munich (Allemagne) son nouveau smartphone haut de gamme, le premier à être affecté par les sanctions américaines et qui est donc privé des populaires applications de Google.

Pour le Mate 30 et le Mate 30 pro, pas de moteur de recherche Google intégré, ni de YouTube, mais "Huawei Browse" et "Huawei Music video", ce qui en fait le premier téléphone haut de gamme "désaméricanisé" de la marque.

Huawei, pris directement pour cible par les Etats-Unis sur fond de bras de fer commercial avec la Chine, a été inscrit en mai par Washington sur une liste noire.

Les sociétés américaines de services et de composants ont désormais interdiction de commercer avec la firme chinoise, accusée par le président américain Donald Trump de velléités d'espionnage.

"A cause de l'interdiction américaine sur certains téléphones, GMS (Google Mobile Services, une série d'applications développées par Google) ne peut pas être pré-installée et nous proposons HMS" (Huawei Mobile Service), une série d'applications développées par Huawei, a reconnu lors du lancement international de l'appareil Richard Yu, le patron de Huawei Consummer, la branche grand public du géant chinois.

De client à rival

Richard Yu, le patron de Huawei Consummer, la branche grand public du géant chinois, présente son nouveau smartphone haut de gamme, le premier à fonctionner sans les applications de Google, à Munich (Allemagne), le 19 septembre 2019.
Richard Yu, le patron de Huawei Consummer, la branche grand public du géant chinois, présente son nouveau smartphone haut de gamme, le premier à fonctionner sans les applications de Google, à Munich (Allemagne), le 19 septembre 2019. ( Christof STACHE / AFP )

Le feuilleton techno-diplomatique prend un nouveau tour, alors que la firme de Shenzen (sud-est de la Chine) passe du statut de client de Google à celui de rival.

M. Yu a ainsi annoncé un investissement de "plus d'un milliard de dollars" pour "aider les développeurs d'applications" mobiles et ainsi parer à la dépendance du grand public vis-à-vis des services du géant américain.

Car sans la certification Google et surtout le précieux "Play Store" de la firme américaine, et l'impossibilité pour l'utilisateur de télécharger ses applications favorites comme il le ferait sur un Samsung, le smartphone chinois pourrait s'avérer quasi inutilisable.

Les distributeurs, notamment en France, hésiteraient donc à le proposer à leurs clients, de peur de se le voir retourner après quelques heures, rapporte la presse spécialisée.

En attendant, Huawei propose sur le Mate 30 une version de son propre magasin "Huawei App Gallery" doté de "45.000 applications".

Souveraineté numérique

Si la guerre commerciale devait s'enliser, Huawei compte développer un écosystème technologique lui assurant une totale souveraineté en ce qui concerne ses logiciels d'exploitations (OS), y compris les magasins d'applications, sur lesquels règnent sans partage Google et Apple.

La firme de Shenzen a présenté en début de mois HarmonyOS, son propre système d'exploitation susceptible de remplacer Android sur ses appareils, mais qui n'équipera pas encore le Mate 30.

Richard Yu, le patron de Huawei Consummer, la branche grand public du géant chinois, présente son nouveau smartphone haut de gamme, le premier à fonctionner sans les applications de Google, à Munich (Allemagne), le 19 septembre 2019.
Richard Yu, le patron de Huawei Consummer, la branche grand public du géant chinois, présente son nouveau smartphone haut de gamme, le premier à fonctionner sans les applications de Google, à Munich (Allemagne), le 19 septembre 2019. ( Christof STACHE / AFP )

Faute d'un système 100% chinois rapidement au point et capable de séduire rapidement des utilisateurs en dehors du continent asiatique, le président du directoire tournant de Huawei, Eric Xu, pousse aussi pour une alternative européenne à l'Android de Google et l'iOS d'Apple.

"Si l'Europe avait son propre écosystème pour les terminaux intelligents, Huawei l’utiliserait... Cela résoudrait le problème de la dépendance numérique européenne", a affirmé le dirigeant dans un entretien au quotidien allemand Handelsblatt, se disant prêt à investir pour de tels projets sino-européens.

Côté technique, le nouvel appareil de Huawei offre une autonomie de 9,2 heures en usage continu sous 5G, un quadruple module photo, et sera proposé en six coloris, dont un cuir vegan et waterproof.

La série Mate sera disponible en magasin le mois prochain.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
7 avis
Note moyenne : 4.43
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2019

L'agence de notation Moody's a rétrogradé Technicolor de 'B2' perspective 'négative' à 'B3' perspective 'négative'. Le groupe français confirme cependant ses perspectives d'activités...

Publié le 18/10/2019

Clasquin, spécialiste de l'ingénierie en transport aérien et maritime et en logistique overseas, annonce l'intégration à compter du 1er octobre 2019...

Publié le 18/10/2019

L'agence fédérale de l'aviation (FAA) américaine a accusé vendredi Boeing de lui avoir caché des documents importants liés à la certification du 737 MAX. Le titre Boeing chute à Wall Steet…

Publié le 18/10/2019

Le chiffre d'affaires de Pharmasimple ressort à 14,3 millions d'euros en forte hausse de 64,4% par rapport à la même période de l'année dernière...

Publié le 18/10/2019

L'Assemblée Générale Extraordinaire de Dalet qui devait se tenir le 23 octobre 2019 à 14 heures a été reportée pour des raisons techniques...