En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 803.17 PTS
+0.36 %
4 806.00
+0.42 %
SBF 120 PTS
3 826.02
+0.43 %
DAX PTS
10 907.56
+0.14 %
Dowjones PTS
24 065.59
+0.65 %
6 669.64
+0.00 %
1.141
+0.06 %

Huawei: la directrice financière demande sa libération, Pékin fait pression

| AFP | 320 | 5 par 1 internautes
Une femme téléphone devant un logo Huawei à Pékin, le 8 juillet 2018
Une femme téléphone devant un logo Huawei à Pékin, le 8 juillet 2018 ( WANG ZHAO / AFP/Archives )

La directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, arrêtée au Canada à la demande des Etats-Unis, comparaît de nouveau lundi devant un tribunal de Vancouver où elle demande sa remise en liberté, avec l'appui de Pékin qui multiplie les pressions sur Ottawa et Washington.

Meng Wanzhou, dont la justice américaine demande l'extradition pour une fraude présumée, a déjà plaidé sa cause lors d'une première audience devant la cour suprême de Vancouver vendredi dernier. L'audience doit reprendre lundi à 10h00 locales (17h00 GMT).

Dans une déclaration sous serment transmise dimanche au tribunal, la dirigeante, âgée de 46 ans, explique qu'elle souffre de problèmes de santé, notamment d'hypertension. Elle indique par ailleurs qu'elle a survécu à un cancer de la thyroïde en 2011 et qu'elle a du mal à avaler des aliments solides.

Elle est traitée dans un hôpital canadien et estime qu'un maintien en détention, pendant la longue procédure d'extradition, mettrait sa santé en danger.

"Je ne me sens toujours pas bien et j'ai peur que ma santé se détériore pendant mon incarcération", plaide la fille de Ren Zhengfei, fondateur de Huawei en 1987.

"Il semble que le centre de détention canadien ne lui offre pas les soins de santé appropriés", a appuyé dimanche le journal chinois Global Times.

"Nous pensons que cela est inhumain et porte atteinte à ses droits en tant que personne", a réagi lors d'une conférence de presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang.

Il affirme par ailleurs que le Canada n'a pas informé immédiatement les autorités consulaires chinoises de l'arrestation de la dirigeante, en violation d'un traité bilatéral.

La femme d'affaires dément les accusations portées contre elle par les Etats-Unis, où elle est accusée de "complot d'escroquerie au détriment de plusieurs institutions financières".

Elle leur aurait caché les liens entre Huawei et une de ses filiales qui cherchait à vendre des équipements à l'Iran malgré les sanctions américaines. Ces chefs d'accusation sont passibles de 30 ans de prison chacun aux Etats-Unis.

-La trêve sino-américaine menacée-

"Je souhaite rester à Vancouver pour contester mon extradition et je contesterai ces allégations lors d'un procès aux Etats-Unis si je suis finalement extradée", prévient Mme Meng dans sa déclaration.

Vendredi lors de l'audience, le représentant du procureur canadien s'était opposé à la remise en liberté sous caution de Mme Meng, estimant qu'elle risquait de s'enfuir en Chine pour échapper à une éventuelle extradition vers les Etats-Unis.

Lors de l'audience lundi, ses avocats devraient de nouveau tenter de rassurer la justice canadienne de la bonne foi de leur cliente. Cette dernière possède avec son mari deux maisons à Vancouver et se dit prête à faire venir leur fille dans cette ville pendant la durée de la procédure, qui peut prendre des mois voire des années.

L'arrestation de Mme Meng a provoqué la colère de la Chine, qui exige sa libération immédiate. Pékin a convoqué ce weekend les ambassadeurs canadien et américain pour protester -- une crise diplomatique qui menace la récente trêve dans la guerre commerciale sino-américaine.

Elle menace également les relations entre la Chine et le Canada, qui espère depuis des mois relancer les négociations avec Pékin en vue d'un traité commercial bilatéral.

Le gouvernement de Colombie-Britannique a d'ailleurs annoncé dimanche qu'il suspendait une mission commerciale en Chine prévue de longue date, en raison de la crise en cours.

Le Premier ministre Justin Trudeau s'est quant à lui montré très mesuré face aux accusations de la Chine. Il a affirmé la semaine dernière que la décision d'arrêter la dirigeante chinoise avait été prise par la justice canadienne à la demande de la justice américaine, en toute indépendance et sans intervention politique.

Washington de son côté a rejeté dimanche l'idée que l'affaire Huawei puisse polluer les négociations commerciales avec la Chine.

Les deux pays ont annoncé il y a un peu plus d'une semaine une trêve de 90 jours dans leur guerre commerciale à l'issue d'une rencontre entre les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping en Argentine.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

Paris Aéroport a accueilli un total de 105,3 millions de passagers en 2018, soit une hausse de 3,8 % par rapport à l`année précédente. Ce chiffre comprend 72,2 millions de passagers à…

Publié le 16/01/2019

Gemalto, spécialiste de la sécurité numérique, et la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), ont été choisies pour fabriquer des cartes de santé sécurisées et novatrices pour…

Publié le 16/01/2019

Vente-unique.com a enregistré sur l'exercice 2017-2018, clos fin septembre, un chiffre d’affaires de 87,2 millions d'euros, en hausse de 14%. " Compte tenu d’une très forte activité commerciale…

Publié le 16/01/2019

Nexity et Morning Coworking (Groupe BAP) ont annoncé leur rapprochement pour renforcer et développer leur place sur le marché du coworking. Le promoteur immobilier a pris une participation de 54%…

Publié le 16/01/2019

La Française de l’Energie a totalisé sur le 1er semestre 2018-2019 un chiffre d’affaires de 3,3 millions d'euros, en repli de 2%. " Comme prévu, l’installation à Avion de deux nouveaux…