En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 336.23 PTS
-0.95 %
5 338.00
-0.88 %
SBF 120 PTS
4 283.93
-0.79 %
DAX PTS
12 408.15
-1.36 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
+0.00 %
Nikkei PTS
22 338.15
-0.79 %

Embraer, emblème de l'industrie brésilienne

| AFP | 190 | Aucun vote sur cette news
Ce contrat
Ce contrat "sera inclus dans le carnet de commandes du troisième trimestre", a indiqué Embraer ( ROSLAN RAHMAN / AFP/Archives )

Embraer, fleuron de l'industrie brésilienne qui pourrait passer sous contrôle de l'américain Boeing, est le troisième constructeur mondial d'avions, avec quelque 18.000 employés et près de 6 milliards de chiffre d'affaires.

L'entreprise est leader dans le segment des appareils allant jusqu'à 150 sièges, avec 30% du marché. Elle livre environ 200 avions par an, jets privés ou avions de ligne.

Embraer possède une branche Défense, avec des modèles comme le A-29 Super Tucano destiné à des missions d'attaque ou d'entraînement et le KC-390, destiné au transport militaire.

Née en tant qu'entreprise publique en 1969, elle a ensuite été privatisée en 1994, mais le gouvernement brésilien a conservé une "golden share", action préférentielle qui lui donne un droit de veto sur les décisions stratégiques où sa souveraineté est en jeu. Le syndicat de la métallurgie lui a déjà demandé d'en faire usage.

Son siège se trouve à Sao Paulo, capitale économique du Brésil, et sa principale usine à Sao José dos Campos, à proximité. A l'étranger, Embraer possède des sites aux Etats-Unis et au Portugal.

Le principal concurrent du groupe brésilien est le canadien Bombardier, a qui il dispute la troisième place mondiale, derrière Boeing et Airbus.

Au cours des neuf premiers mois de 2017, ses revenus nets s'élevaient à 4,1 milliards de dollars, stables par rapport à la même période en 2016. De janvier à juin 2017, il a livré 78 appareils commerciaux et 59 jets privés.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/06/2018

Une valeur appréciée...

Publié le 25/06/2018

Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses partenaires chinois et européens continuent à peser sur les bourses mondiales...

Publié le 25/06/2018

Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel Brie Picardie Société coopérative à…

Publié le 25/06/2018

Drone Volt, le constructeur français aéronautique spécialisé en drones civils professionnels, annonce ce jour qu'il participera à la 14ème édition du...

Publié le 25/06/2018

BNP Paribas aurait mis en vente un petit portefeuille clients au sein de son activité de banque privée en Espagne...