En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 832.85 PTS
-0.26 %
5 849.0
+0.03 %
SBF 120 PTS
4 604.83
-0.01 %
DAX PTS
13 104.90
+0.26 %
Dow Jones PTS
27 881.72
-0.1 %
8 354.29
+0. %
1.108
-0.07 %

Des élus américains veulent des réponses de Google sur les données médicales

| AFP | 233 | Aucun vote sur cette news
Des élus américains ont démandé le 19 novembre 2019 veulent des réponses de Google sur la gestion des données médicales
Des élus américains ont démandé le 19 novembre 2019 veulent des réponses de Google sur la gestion des données médicales ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Quatre élus démocrates ont demandé des comptes à Google et Ascension lundi, à la suite de l'accord passé entre le géant de la tech et l'organisation de santé pour recueillir et analyser les données médicales de dizaines de millions de patients.

"Cette initiative suscite des inquiétudes graves sur le respect de la vie privée", déclarent les quatre représentants dont Frank Pallone, président de la Commission Energie et Commerce de la Chambre des représentants.

"Des questions de longue date sur la détermination de Google à protéger la confidentialité des données de ses propres utilisateurs incitent par exemple à se demander si Google peut être un bon gardien des informations personnelles de santé des patients", continuent-ils.

Ils ont écrit une lettre adressée aux deux entreprises exigeant d'ici le 6 décembre des réponses à une série de questions, pour savoir quelles données Ascension partage avec Google, comment ces données sont utilisées, dans quelle mesure les employés de Google y ont accès, dans quelle mesure les patients ont été informés, et quels systèmes sont mis en place pour protéger la confidentialité et la sécurité des données des patients.

"Nous sommes heureux de coopérer et de répondre à toutes les questions sur ce projet", a réagi Google. "Notre travail avec Ascension est conforme aux règlements en vigueur sur les données des patients (...), et est mené selon des instructions strictes en termes de confidentialité, de sécurité et d'utilisation."

La loi américaine de 1996 sur la santé et l'assurance maladie autorise les hôpitaux à partager des données avec des partenaires privés, sans nécessairement informer les patients, tant que ces informations ne servent qu'à aider l'organisation dans sa mission de santé.

L'accord va permettre à Ascension - qui gère 2.600 établissements aux Etats-Unis, dont 150 hôpitaux - de transférer les informations numérisées sur leurs patients vers leur espace dédié sur le cloud de Google.

Les outils d'intelligence artificielle doivent aider les médecins à mieux déterminer les traitements.

Mais ce partenariat suscite beaucoup d'inquiétude depuis que des quotidiens américains ont assuré la semaine dernière que des employés de Google avaient accès à ces données confidentielles et que les personnes concernées chez Ascension, personnel et patients, n'ont pas été prévenues.

"Pour être clair: (...) Les données des patients ne peuvent pas et ne seront pas combinées avec des données consommateurs de Google", avait insisté Google dans un communiqué le 11 novembre dernier, rappelant que le groupe travaille déjà avec des "douzaines d'autres entreprises fournissant des services de santé".

Ascension avait de son coté répondu que des médecins et des infirmiers ont été formés pour le projet.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2019

Le conseil d'administration de Renault aurait pris position pour la candidature de l'Italien Luca de Meo, patron de Seat (groupe Volkswagen), au poste de nouveau directeur général du…

Publié le 11/12/2019

Plusieurs déclarations à l'Autorité des marchés financiers font état de cessions de titres du président du conseil de surveillance et fondateur de...

Publié le 11/12/2019

Rallye poursuit sa remontée...

Publié le 11/12/2019

Suspendu depuis le 5 décembre, Oeneo bondit de 13% à 13,66 euros pour dépasser le prix de l'offre amicale formulée par Rémy Cointreau. Andromède (une société contrôlée par la famille…

Publié le 11/12/2019

Par courrier reçu le 10 décembre 2019 par l'AMF, la société anonyme Sycomore Asset Management, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la...