En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 361.26 PTS
-0.40 %
5 349.50
-0.42 %
SBF 120 PTS
4 242.44
-0.44 %
DAX PTS
11 497.90
-0.91 %
Dowjones PTS
25 745.67
+0.00 %
7 380.75
+0.00 %
1.139
-0.30 %

Des amendes pour les plateformes qui laissent des propos antisémites

| AFP | 338 | 5 par 1 internautes
Mounir Mahjoubi secrétaire d'Etat en charge du numérique quitte le palais de l'Elysée, le 20 février 2019
Mounir Mahjoubi secrétaire d'Etat en charge du numérique quitte le palais de l'Elysée, le 20 février 2019 ( LUDOVIC MARIN / AFP )

Le projet de loi annoncé mercredi soir par le président français Emmanuel Macron pour mieux lutter contre les propos racistes et antisémites publiés en ligne prévoira des amendes pour les plateformes internet qui ne les suppriment pas, a indiqué jeudi le secrétaire d'État en charge du numérique, Mounir Mahjoubi.

Selon M. Mahjoubi, qui s'exprimait sur France Info, il faut que les plateformes internet "soient obligées de supprimer le plus vite possible ces contenus", a-t-il ajouté.

"On va obliger les plateformes (...) à avoir un dispositif" de modération capable de déceler les contenus haineux avant-même leur publication, "avec des moyens humains derrière", a-t-il également indiqué.

"Et puis après, il y aura une obligation de résultats: si ces contenus ne sont pas supprimés, il y aura une amende et une amende très importante", a-t-il dit.

"Chaque minute ou ce contenu reste en ligne, il augmente le préjudice subi par les victimes et par la société", a-t-il souligné, estimant que "24 heures, c'est bien trop long".

Le secrétaire d'État a aussi indiqué que le projet de loi accélérerait le délai dans lequel elles devront fournir aux magistrats ou aux policiers les éléments d'identification de l'auteur d'un propos antisémite ou raciste.

"Aujourd'hui, ces plateformes mettent beaucoup trop de temps à donner" ces informations, a indiqué M. Mahjoubi, évoquant un délai de "plusieurs semaines, plusieurs mois".

"Elles n'ont pas d'obligation de résultat en terme de délai", et "il faut qu'on soit capable d'améliorer cela" en imposant un temps de réponse minimum, a-t-il expliqué.

Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir lors du dîner annuel du Conseil représentatif des organisations juives de France (Crif) de "nouvelles lignes rouges" pour lutter contre la "haine" antijuive sur internet ou dans les écoles publiques, au lendemain d'une mobilisation en France contre la flambée des actes antisémites.

Le président a notamment annoncé le dépôt en mai d'une proposition de loi pour freiner les propos racistes et antisémites sur le net et "renforcer la pression sur les opérateurs".

Pour M. Mahjoubi, la nouvelle loi permettra notamment de poursuivre très rapidement les auteurs de propos comme ceux qui ont forcé France 3 Alsace à interrompre mardi la retransmission en direct sur sa page Facebook de la visite de M. Macron au cimetière juif profané de Quatzenheim.

Mais alors que le débat fait rage sur l'anonymat du net, le ministre s'est déclaré opposé à l'exigence de la production d'une carte d'identité avant de s'inscrire sur une plateforme.

"Si on oblige Twitter et Facebook à faire ça, une grande partie des utilisateurs se déporteront sur d'autres plateformes qui ne seront pas de type réseaux sociaux" et qui échapperont à l'obligation de produire une pièce d'identité, a-t-il estimé.

"Il y a dans la profondeur des réseaux, de ce que sont ces protocoles l'incapacité de contraindre à donner une pièce d'identité", a-t-il expliqué.

"Ce que nous souhaitons, c'est lever l'anonymat d'une personne quand elle a commis un délit, et aujourd'hui c'est faisable", a-t-il résumé.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/03/2019

Euroland Corporate revalorise le dossier Visiativ de 31,4 à 33,6 euros après avoir rehaussé ses prévisions de résultats...

Publié le 21/03/2019

Gain express

Publié le 21/03/2019

Le fabricant de mémoires informatiques Micron a présenté des résultats meilleurs que prévu. Au deuxième trimestre, clos fin février, le groupe a enregistré un bénéfice net de 1,62 milliard…

Publié le 21/03/2019

Le secteur bancaire européen flanche, pénalisé par le recul des taux à long terme des deux côtés de l’Atlantique. La Fed s’est en effet avérée plus accommodante que prévu hier soir lors…

Publié le 21/03/2019

Quelle évolution attendre du périmètre ?